Le KGB: outil politique

K.G.B. Trois lettres qui suscitaient la crainte aux temps de la Guerre froide et qui suscitent toujours énormément de curiosité. Et pour cause, puisque comme le rappelle Bernard Lecomte dans son dernier livre, KGB: La véritable histoire des services secrets soviétiques, cet organe de sécurité et de terreur « […] s’est confondu avec l’URSS du début de son histoire (en 1917) jusqu’à son effondrement (en 1991). »

Mise en place sous le règne des Tsars, sous Alexandre II en 1880 pour être plus précis, la police politique russe n’est pas une invention du régime bolchévique. Dès son arrivée sur la scène en 1917, Lénine aura tôt fait d’instrumentaliser cet outil étatique pour asseoir son pouvoir. La violence, nous indique l’auteur, est érigé en système gouvernemental par le fondateur de l’URSS. « La police politique, solidement installée au cœur du nouvel État communiste, n’aura donc pas attendu le règne de Staline pour instaurer le plus terrifiant système de répression politique qu’on eût conçu dans l’histoire des hommes. » En parcourant les premiers chapitres du livre, on constate rapidement que le successeur de Lénine n’avait rien à lui envier en tant que bourreau sanguinaire.

L’un des outils développés par les services de sécurité soviétiques – qui changent périodiquement de nom mais certainement pas de philosophie – se veut une méthode qui deviendra légendaire et qui perdure jusqu’à ce jour: « la désinformation. Le terme vient du mot original russe dezinformatsia, que l’on traduirait sans doute aujourd’hui par « fake news ». On comprend mieux pourquoi Donald Trump raffole tellement de l’expression.

Chemin faisant, la compétence des agents secrets soviétiques permettra notamment à Staline d’avoir la main haute lors la Conférence de Yalta avec Winston Churchill et Franklin D. Roosevelt. Quelques années plus tard, le KGB (né officiellement le 1er janvier 1954) jouera un rôle déterminant dans l’éviction du Premier secrétaire Nikita Khrouchtchev, reconnu coupable par ses détracteurs de « faiblesses coupables » en octobre 1964. 27 ans plus tard, en ces journées fatidiques du mois d’août 1991 au cours desquelles Mikhaïl Gorbatchev se voit asséner une blessure politique mortelle lors du coup d’État manqué qui dévoilera à la face du monde la faiblesse du père de la perestroïka, le KGB de Moscou fera savoir au grand patron de la Loubianka, Vladimir Krioutchkov, que ses agents ne se saliront pas les mains. Le putsch avortera, l’URSS mourra le 26 décembre suivant et Boris Eltsine prendra les commandes du pouvoir à l’ombre des bulbes multicolores de la place Rouge.

Affublé d’une réputation de faiblesse, le premier président de la Fédération de Russie permettra cependant aux services de conserver leur influence. Tout d’abord, en leur permettant, « […] dans la discrétion, sans faire de vagues, sans faire peur à personne, de rebâtir un jour leur empire – dans une autre époque, sous un autre nom, pour un autre pouvoir. Tel le Phénix, cet oiseau de feu qui, dans la légende, renaît toujours de ses cendres… » Quoi de mieux, pour y arriver, de passer ensuite les rênes du pays à l’un des leurs, le lieutenant-colonel à la retraite et ancien patron du FSB (le Service fédéral de sécurité de la fédération de Russie, successeur du KGB) Vladimir Poutine, le 31 décembre 1999.

Le livre de Bernard Lecomte permet incontestablement de parcourir les grandes lignes de l’histoire de cette mystérieuse et lugubre agence de sécurité que fut le KGB, notamment des sombres opérations « mouillées » (assassinats, empoisonnements, etc,) qui sont toujours une spécialité de la maison. De manière encore plus importante, il permet aussi surtout de prendre la mesure du poids politique de celui-ci tout au long de l’histoire. Sa plus grande force fut notamment observable, au lendemain de la chute de l’empire soviétique. C’est ainsi que l’auteur évoque que « le Parti est [alors] en miettes, l’armée est en rade, le complexe militaro-industriel est en crise. Reste, dans l’ombre, le KGB. Frustré, humilié certes, mais puissant et uni. » Puissant et uni, il le demeure visiblement toujours sous la gouverne de Vladimir Poutine. Si cet état de fait venait à changer, il y a fort à parier que le maître du Kremlin prendrait probablement le chemin de la retraite.

Le spécialiste des arcanes des pouvoirs soviétique et russe (qui est également un fin connaisseur du Vatican) émaille son propos d’anecdotes croustillantes. Par exemple : « Les beuveries et les orgies sont quotidiennes. Presque tous les tchékistes consomment de la cocaïne. Cela leur permet, disent-ils, de mieux supporter la vue du sang. » Il remet aussi les pendules à l’heure, arguant que le KGB n’y était pour rien dans la tentative d’assassinat perpétrée contre le pape Jean-Paul II sur la Place Saint-Pierre à Rome en 1981. Il nuance enfin la conception selon laquelle le FSB serait le maître du jeu à Moscou, expliquant que le KGB n’a pas pris le pouvoir sur les rives de la Moskova, mais qu’il y est positionné aux premières loges.

Une lecture fascinante et très actuelle, à l’heure où le monde mesure l’ampleur et la portée des manœuvres de la Russie dans les coulisses de la politique internationale. Même s’ils doivent composer avec la réalité d’un statut global réduit par rapport aux belles heures de la Guerre froide, les caciques de la Place rouge n’entendent pas céder un pouce d’influence sur l’échiquier mondial. Les opérations « spéciales » constituent ainsi un moyen privilégié et souvent efficace d’atteindre cet objectif.

Fidèle à son habitude, Bernard Lecomte nous offre une plume précise et agréable. Un livre à lire, pour tous ceux et celles qui veulent comprendre comment on en est arrivés où nous en sommes actuellement. Sous-estimer les descendants du KGB serait et est une grave erreur.

____________

Bernard Lecomte, KGB : La véritable histoire des services secrets soviétiques, Paris, Perrin, 2020, 376 pages.

Je tiens à remercier Mme Céline Pelletier, de Interforum, de m’avoir transmis un exemplaire de ce livre et à Marie Wodrascka, des Éditions Perrin, pour son assistance toujours empressée.

La Lumière au coeur des ténèbres

Le Major-général Guy Chapdelaine, Aumônier général des Forces armées canadiennes (Source: The Catholic Register)

L’année 2020 aura présenté un lot impressionnant de défis pour tous. L’Aumônier général des Forces canadiennes, le Major-général Guy Chapdelaine, n’a pas échappé à cette dynamique planétaire.

Féru d’affaires militaires et en prévision des fêtes de Noël et du Nouvel an, j’ai eu le plaisir et le privilège de m’entretenir avec lui pour discuter de cette année pour le moins particulière.

D’entrée de jeu, celui qui veille au bien-être spirituel des militaires canadiens avoue que le service de l’aumônerie en est à actualiser son offre de service, et ce, afin de demeurer au diapason des besoins des femmes et des hommes qui servent sous l’unifolié.

« Le gros de notre travail se situe à l’extérieur des chapelles. Nous devons être présents sur le terrain, auprès de nos militaires qui sont confrontés à la solitude, à des problèmes reliés au coût de la vie – comme par exemple sur la côte ouest – qui sont aux prises avec la pénurie des places en garderie, qui vivent des crises », de préciser le haut gradé qui cumule, avec plus de 6 ans, le plus long mandat dans l’histoire des forces à ce poste.

« Nous devons visiblement composer avec de nouvelles réalités et répondre à des besoins changeants auprès d’une clientèle appartenant à plusieurs confessions religieuses », d’ajouter celui qui participait au début du mois de décembre à une rencontre virtuelle avec la synagogue juive du Temple El Emanu Beth Sholom en compagnie du Lieutenant-général (retraité) Roméo Dallaire.

« Durant la première vague de la Covid-19, nos militaires ont été déployés dans les CHSLD et nous avions proposés que les aumôniers puissent les accompagner, d’une part pour apporter leur soutien à ces jeunes femmes et hommes confrontés à la mort – une réalité gommée dans notre société – mais aussi pour offrir un accompagnement spirituel à la clientèle frappée de plein fouet par la pandémie. Cette proposition a été déclinée pour des raisons de santé publique que nous comprenons très bien », de poursuivre le Major-général Chapdelaine qui affirme du même souffle que les membres de l’aumônerie sont toujours en première ligne des interventions militaires, et ce, même en zone de guerre comme ce fut notamment le cas en Afghanistan.

En dressant le bilan de l’année qui s’achèvera dans quelques jours, le Major-général se veut philosophe en exprimant que la pandémie a forcé tout le monde à s’adapter. « Les rencontres virtuelles n’étaient pas aussi développées qu’elles le sont maintenant. Beaucoup de temps et d’énergies étaient consacrées aux déplacements. Nous pouvons maintenant maximiser nos énergies grâce à la technologie », de se réjouir celui qui affirme du même souffle que le contact avec la troupe lui a beaucoup manqué. De par ses fonctions, l’Aumônier général se déplace autour du monde, du Koweït à l’Ukraine en passant par Israël, pour soutenir nos militaires. « J’ai eu l’impression, comme un peu tout le monde sans doute, d’avoir été privé de cette nécessité pour l’être humain d’être en contact avec les autres. »

Le Major-général Chapdelaine termine cependant sur une note d’espoir, en mentionnant que la fête de Noël, que nous célébrerons dans quelques heures, ainsi que la fête de Hanukkah qui fut célébrée par la communauté juive entre le 10 et le 18 décembre derniers, se veulent des fêtes de Lumière, une Lumière qu’il voit poindre pour l’année 2021 après des mois plus sombres. D’ici là, « il faut tenir bon », de conseiller le militaire qui se réjouit au passage de la nomination du Vice-amiral Art MacDonald au poste de Chef d’état-major de la défense. « Un gentleman de grande qualité humaine », de terminer le haut gradé originaire de mon coin de pays.

Je me permets de mentionner que le major-général Chapdelaine célèbrera les 4 messes de Noël à la Chapelle historique Notre-Dame-du-Bon-Secours de Montréal les 24 et 25 décembre. Il précise que celles-ci seront diffusées sur YouTube.

Joyeux Noël à tous!

Le Berlin de l’Orient

J’ai tellement apprécié la lecture de son précédent ouvrage Dans la tête de Xi Jinping que j’étais impatient de mettre la main sur le plus récent livre du sinologue, journaliste et auteur réputé François Bougon, Hong Kong, l’insoumise : De la perle de l’Orient à l’emprise chinoise (Tallandier).

L’auteur y brosse avec maestria un tableau historique fascinant de la relation entre Londres et ce territoire colonial aux portes de la Chine. C’est donc durant le règne du roi George III que l’empire britannique s’est d’abord intéressée à la péninsule qu’allait devenir Hong Kong. Le commerce de l’opium allait instrumentaliser une relation entre l’impérialisme et le « port parfumé » si convoité par l’Orient et l’Occident.

Si le commerce justifiait l’incursion de Londres dans cette partie du monde – après tout, il fallait bien que le soleil ne se couche jamais sur les aspirations commerciales et politiques de Londres – c’est la force des armes qui aura permis d’asseoir le tout. Que ce soit lors des deux Guerres de l’opium au milieu du 19e siècle ou pendant la Révolte des Boxers à la fin du même siècle, la puissance militaire permettait d’assurer la prédominance des intérêts britanniques devant un empire chinois chancelant. Quelques décennies plus tard, le drapeau japonais éclipsera le Union Jack le jour de Noël 1941. Sombre jour pour les Britanniques.

François Bougon rappelle qu’au sortir du conflit, un diplomate britannique prône «« qu’il serait très peu sage d’entretenir même l’idée de laisser tomber Hong Kong ». D’autant qu’il faut se préparer à l’émergence d’une Chine forte, placée dans les rangs des futurs vainqueurs de la guerre. » Le vieux lion Winston Churchill soutient naturellement cette position, à laquelle la République populaire de Chine naissante contribuera pour un certain temps, parce que la récupération de Hong Kong n’était pas une priorité à court terme. Pour Mao, il s’agit d’«une mission à long terme». On ne perdrait rien pour attendre…

Pour un temps, Hong Kong devient donc un « Berlin de l’Orient ». Les choses bougeront sous le règne de Deng Xiaoping, lequel coïncidera avec les années où Margaret Thatcher était locataire du 10 Downing Street. Malgré la victoire dans la Guerre des Malouines, les Britanniques n’ont plus l’avantage sur l’échiquier international devant Pékin et le pouvoir chinois n’a pas l’intention de se laisser damer le pion. Londres doit respecter l’obligation stipulée dans le bail de 100 ans signé en 1898 au sortir de la seconde Guerre de l’opium. Le compte à rebours est lancé pour la rétrocession de la mégalopole et le système politique instauré par les représentants de Whitehall sera éclipsé par les diktats de Pékin. À cet égard, le déroulement des pourparlers entre le Petit Timonier et la Dame de Fer tel que relaté par François Bougon est très éclairant.

La table est ainsi mise pour l’opposition aujourd’hui incarnée par les héritiers de cette tradition démocratique occidentale que les sbires de Pékin aimeraient bien voir s’évanouir devant leur agenda.  

Plusieurs personnages hauts en couleur font leur apparition sous la plume alerte et agréable de François Bougon. Des Écossais négociants d’opium James Matheson et William Jardine (au 19e siècle) au résistant Joshua Wong en passant par le pragmatique et fascinant Zhou Enlai et le célèbre écrivain Ernest Hemingway, le destin du territoire a toujours été forgé par des personnalités plus grandes que nature. Les Gurkhas, ces soldats d’élite britanniques, y font également une apparition lorsqu’ils sont appelés à contenir la violence sévissant sur le territoire dans les années 1960.

Pour tout dire, aucune page de cette brillante analyse n’est superflue. Entre les lignes, on peut facilement comprendre que, à l’heure où la puissance militaire est passée du côté chinois, seul le pragmatisme permettra à l’Occident de tirer son épingle du jeu dorénavant. Un peu comme Berlin durant la Guerre froide, il serait étonnant que les capitales occidentales veuillent faire entendre le bruit des bottes pour résoudre le dossier. Nous pourrons certes continuer à admirer ces jeunes fougueux qui défendent les thèses démocratiques devant le rouleau compresseur communiste, mais la balance du pouvoir semble maintenant être fermement du côté de Xi Jinping.

Il s’agit donc d’un livre à lire, et rapidement, par tous ceux et toutes celles qui s’intéressent à la place de la Chine dans les affaires mondiales et au destin de la démocratie sur la planète. Cette dernière ne pourra être efficacement défendue que si nos gouvernants décident d’y investir les efforts nécessaires, notamment en prenant conscience que seule la force (principalement militaire) peut efficacement sauvegarder les principes démocratiques dans une confrontation avec un régime dont les valeurs sont aux antipodes. Toutes les discussions de salon, les banderoles et les bons souhaits ne peuvent équivaloir à une dissuasion sérieuse. Pékin ne le sait que trop bien.

______________

François Bougon, Hong Kong, l’insoumise : De la perle de l’Orient à l’emprise chinoise, Paris, Tallandier, 2020, 272 pages.

Malgré plusieurs démarches, il m’a été impossible d’obtenir un exemplaire de ce livre auprès du service de presse des Éditions Tallandier au Canada. Je suis néanmoins très reconnaissant envers Mme Isabelle Bouche, responsable des communications de la maison d’édition à Paris, de m’en avoir transmis une version électronique.

Why Wellington Lost the Battle of Memory

On a beautiful June day in 2014, I travelled from Brussels to Waterloo by train. For a long time, I longed to walk the battlefield where one of my favorite military heroes, Arthur Wellesley, earned his laurels. Before ascending the Lion’s Mound with my family, I wanted to visit and spend time at Wellington’s HQ, the iconic house where the famous British warlord spent the night before and after the battle.

Being a huge booklover, I expected to leave with a few tomes about the Iron Duke under my arms. Instead, I was greeted by a bleak, quasi non-existential array of books of the said subject adorning the bookshelves. The only titles offered were of Napoleon and his Marshals. All I could come out with was a Christmas ornament at the effigy of the famous British soldier. An affront, in my humble opinion. I understand why so many people are fascinated and enthralled by the Little Corporal, but to the point of overshadowing his victorious nemesis at the very place where Wellington tried to snatch a few hours of rest? Where he let one of his subordinates, Lieutenant-Colonel Alexander Gordon die in his camp bed after being mortally wounded during the battle? This sad state of affairs has haunted me for several years now.

That was until I received a copy of the book Waterloo, written by the renowned British historian Alan Forrest, which is part of the Great Battles series published by The Folio Society (the book was originally published in 2015 by Oxford University Press). I have to admit that I regret not having read it before. Not only does it answer my long-lasting question, but it is also written by a masterful author. After all, who would not enjoy reading a passage about Field Marshal Blücher treating a concussion “[…] with an interesting mixture of garlic and schnapps”? And Alan Forrest even makes a mention of my beloved “Cantons de l’Est” (Eastern Townships, in Quebec), where I live.

More seriously, Alan Forrest first tells the reader that Waterloo was a political victory for Wellington and the United Kingdom, serving to plaster the cracks in British national identity and unity, notably in Scotland. The outcome of what happened on 18 June 1815 on the “Morne Plaine” was used to flatter the legendary military ethos of the Scottish people. Having lived for several months in the land of my ancestors, I visited quite a few Regimental Museums and I can attest that the legacy of Waterloo is still extremely vibrant in Caledonia.

Second, the military confrontation in Belgium was not a crucial victory, in the sense that “even if he had won at Waterloo, Napoleon would surely have lost the war, and victory would have provided him with only the briefest of respites.” Furthermore, “Britain already had its hero from the Napoleonic Wars, an unambiguous figure on whom all could agree, in the person of Horatio Nelson. It did not need Wellington […].” The subject of my admiration arrived too late, 10 years after the battle of Cape Trafalgar and did not serve in the right branch of the British Armed Forces. History can be brutal.

Thirdly, there was a question of character. While Napoleon draped himself in the “cult of a heroic French defeat”, his British opponent was the opposite. “Weariness and sadness for the loss of his companions-in-arms made it impossible for him to exult, though his apparent lack of excitement at the scale of his victory was widely assumed to stem from a cold aloofness that would make him a hard man to like and a somewhat ambivalent national hero.” Napoleon did not lose sleep over the death of soldiers, because that was their ultimate duty in war. Wellington was made of a different fabric.

Napoleon could not defeat the British squares and the Prussian reinforcements on the battlefield on that fateful summer day, but he etched himself in the memory – and affection – of future generations. While I will probably never fully embrace this outcome at Waterloo – contributing to my desire to read even more about Wellington – I came to understand what Winston Churchill meant when he said that history would be kind towards him because he would write it. The commander of the British troops would have needed to learn how to become a tragic hero and be able to count on better advocates.

Alan Forrest’s book might not be first pick for those wanting to stick to battle stories, troop movements, logistics and the minutiae of a battle. But it is an excellent explanation of the aftermath and legacy of one of history’s most famous battles. As we approach the Holiday Season, I would highly recommend this excellent book for the history buff in your circle. As we stare down few more weeks of Covid-19 related confinement, I am confident this new (and beautifully bound) edition of Waterloo will be an ideal companion for long winter evenings.

_____________

Alan Forrest, Waterloo, London, The Folio Society, 2020, 224 pages.

I would like to express my sincere gratitude to Ms. Cathleen Williamson, who is in charge of public relations for The Folio Society for generously providing me with a complimentary copy of this fascinating book.

Theodore Roosevelt fut un grand président, soutient Maurin Picard

Je publiais vendredi dernier ma recension de l’exceptionnel livre Le Manoir: Histoire et histoires de la Maison-Blanche (Éditions Perrin) de l’historien et journaliste Maurin Picard. Dans la foulée de cette publication, cet auteur généreusement sympathique a accepté de répondre à quelques questions aux fins d’une entrevue exclusive que je vous livre aujourd’hui.

Pour ceux et celles qui seraient encore à la recherche du cadeau idéal à l’approche de la période des Fêtes pour le féru politique, l’historien ou le mordu de politique américaine dans votre entourage, déposer un exemplaire de ce livre sous le sapin assurera à cet être estimé des heures de plaisir intellectuel garanti. Surtout à l’approche de l’inauguration du 46e président des États-Unis et de son entrée à la Maison-Blanche le 20 janvier prochain.

Même sur le départ, Lyndon B. Johnson aurait pu épargner 4 ans de guerre à l’Amérique.

On parle beaucoup et on aime lire à propos des grands présidents, les Washington, Lincoln, Roosevelt et Kennedy pour ne nommer que ceux-là. Y a-t-il un président qui a été particulièrement maltraité dans l’histoire selon vous?

Il est de bon ton aujourd’hui de restaurer l’image de deux présidents mal-aimés, Lyndon B. Johnson et Jimmy Carter.

Mais il ne faut pas oublier le contexte, qui désamorce quelque peu l’entreprise actuelle de réhabilitation de LBJ et Carter : le premier fut réellement incapable de résister aux pressions de l’état-major, qui demandait toujours plus d’hommes au Vietnam et mentait ouvertement sur le bilan quotidien des combats. Ses cauchemars récurrents le rendent plus humain et réclament notre compassion, mais ils n’excusent pas cette faillite décisionnelle. Le refus de dénoncer le sabotage des négociations de paix à Paris en 1968 par le candidat républicain Richard Nixon est lui aussi absolument inexcusable. Johnson, même sur le départ, aurait pu épargner 4 ans de guerre à l’Amérique et autant d’années de captivité pour les résidents du « Hanoi Hilton », dont un nommé John McCain. Et qui sait, le Watergate?

Quant à Jimmy Carter, sa franchise, son honnêteté typiques du fermier pieux et bon de Géorgie, peuvent être aujourd’hui louées. Mais face à la crise pétrolière de 1979 et au fiasco de l’opération « Eagle Claw » en Iran (sauvetage avorté des otages de l’ambassade de Téhéran), qui couronnait une décennie maudite, l’Amérique avait besoin d’un cheerleader. Et ce fut Ronald Reagan.

Les années sombres, polarisantes, destructrices à bien des égards, que connaissent en ce moment les États-Unis, n’ont rien d’inédit.

Qu’est-ce qui vous a le plus frappé dans vos recherches?

Sans surprise, la valeur exceptionnelle de certains individus parvenus au sommet du pouvoir, que l’on ne peut que comparer à la médiocrité intellectuelle de nombreux hommes politiques en 2020. La seconde découverte est une lapalissade, ou presque : les années sombres, polarisantes, destructrices à bien des égards, que connaissent en ce moment les États-Unis, n’ont rien d’inédit. Le pays fut maintes fois dans sa jeune histoire au bord de l’implosion, que ce fut en 1814, 1861, 1930 ou 1968.

La troisième, enfin, est une révélation : la période 1960-1974, de Kennedy à Nixon, recoupe proportionnellement le plus grand nombre de chapitres. Les bouleversements de l’Amérique durant ces années sanglantes, sombres mais aussi exaltantes, continuent de propager les secousses telluriques jusqu’à nous aujourd’hui, qu’il s’agisse des tensions raciales, du fossé nord-sud, des violences policières, des guerres étrangères, et bien sûr de la morale des occupants du Bureau ovale, tout aussi vacillante chez JFK que chez Nixon. Johnson, comme je le disais plus haut, est quant à lui un personnage absolument fascinant, admirablement raconté par son ex-confidente, l’historienne Doris Kearns Goodwin.

Y a-t-il des sujets que vous avez été contraint d’écarter et que l’on ne retrouve pas dans Le Manoir?

La pagination était limitée, ce qui a donc nécessité un choix éditorial, toujours douloureux! Ulysses Grant à la Maison Blanche aurait mérité un chapitre, en président aimé mais trop crédule, confronté à un après-guerre de Sécession malaisé, douloureux. J’aurais aimé également parler un peu plus des années Carter et Reagan à la Maison Blanche, de l’ombre à la lumière pour une Amérique convalescente, mais qui allait toutefois vaciller sur ses bases avec le fiasco en Iran (voir ci-dessus), puis le scandale des contras et de l’Irangate, qui aurait pu (dû?) valoir un procès en destitution à Ronald Reagan.

Theodore Roosevelt (source: Pittsburgh Post-Gazette).

Si on vous demandait d’écrire davantage au sujet d’un président de votre choix, lequel choisiriez-vous et pourquoi?

Theodore Roosevelt, sans l’ombre d’une hésitation, dans la mesure où sa vie fut exceptionnelle, entre drames intimes, aventures à dresser les cheveux sur la tête, défis sportifs insensés, accomplissements présidentiels, gestes fantasques et grands éclats de rire. Je suis également très attiré par l’ère Truman, si déterminante pour le sort du monde avec un président « accidentel » que personne n’attendait. La « tragédie » de Lyndon B. Johnson est elle aussi passionnante, s’agissant d’un homme qui nourrissait de grands rêves, possédait certainement les compétences pour mener à bien son grand œuvre, la résorption de la pauvreté, mais fut détruit par une guerre à l’engrenage incompréhensible, le Vietnam.

La Covid-19 nous oblige à traverser une période difficile de l’histoire. Cela dit, les catastrophes n’ont pas manqué dans l’histoire de la Maison-Blanche et de ses occupants. Qu’est-ce que les Lincoln et FDR peuvent nous enseigner sur le leadership en temps de crise?

Il y a dans ces deux hommes plusieurs qualités communes, qui semblent plus nécessaires que jamais à l’issue de l’ère Trump et en pleine pandémie : humilité, conviction, patriotisme, bon sens. Lincoln et Roosevelt ont une certitude : la grandeur de leur pays, et sa capacité à se redresser, fût-ce d’une guerre de Sécession en 1865 ou de la pire crise économique de l’histoire en 1929. Ils sélectionnent judicieusement leur cabinet gouvernemental, épargnent leurs adversaires politiques, recherchent le compromis et font adopter de haute lutte les réformes nécessaires à la survie des États-Unis, au détriment de leur santé physique et nerveuse. D’où la question, inévitable : même bien entouré et déterminé à apaiser les esprits, Joe Biden tiendra-t-il la distance?

Theodore Roosevelt suit Abraham Lincoln et Franklin Delano Roosevelt de près sur l’échelle de grandeur des présidents américains. Il fut un très grand chef d’État, tant par son exceptionnelle palette de talents d’aventurier et d’intellectuel, de « fonceur » et d’érudit.

Theodore Roosevelt figure parmi mes présidents favoris. Sur l’échelle de grandeur des occupants du Bureau Ovale, où le situeriez-vous?

Je vous rejoins sur cette opinion. « TR » suit Abraham Lincoln et Franklin Delano Roosevelt de près sur l’échelle de grandeur des présidents américains.

Il fut un très grand chef d’État, tant par son exceptionnelle palette de talents d’aventurier et d’intellectuel, de « fonceur » et d’érudit, qui perd un œil en boxant tout à fait clandestinement, mais qui décrochera le Prix Nobel de la Paix pour ses efforts de médiation dans la guerre russo-japonaise de 1904-1905. Et puis, il faut l’avouer, la Maison Blanche sous son règne et celui de ses affreux jojos de rejetons donnait envie d’y être ! Il est l’homme qui, par son enthousiasme, sa vision, sa personnalité hors-normes, projette l’Amérique au sommet des nations. On peut se demander si un homme comme lui aurait « tenu » la promesse de Société des Nations, que son successeur Woodrow Wilson ne sut pas honorer, et aurait prolongé la paix après 1920. Mais la mort de son fils préféré, Quentin, en 1918 dans le ciel de France avait déjà diminué l’homme, qui décède relativement jeune, à 60 ans.

L’apport de George H.W. Bush fut immense pour la résolution pacifique de la guerre froide, et son refus de crier victoire pour ne pas humilier Moscou.

J’ai toujours eu un faible pour le président George H. W. Bush. Un homme d’État décent, intelligent et très porté sur les relations humaines. J’aurais certainement aimé lire sur lui dans Le Manoir. Suite à vos recherches, auriez-vous quelque chose à ajouter relativement à sa personnalité?

Il y avait, à l’évidence, de quoi écrire sur le mandat unique de George H. W. Bush, son approche modérée et respectueuse des joutes politiques, son apport immense pour la résolution pacifique de la guerre froide, et son refus de crier victoire pour ne pas humilier Moscou. Mais là encore, il me fallait faire des choix.

Le risque existe donc, comme un Clinton face au génocide du Rwanda ou un Obama face aux armes chimiques en Syrie ou l’invasion de la Crimée, que l’administration Biden se tienne en retrait le jour J, absorbée par les questions intérieures.

Selon moi, le profil du président-élu Joe Biden ressemble justement beaucoup à celui du 41e président. En observateur averti (et quotidien) de la Maison-Blanche, quelle sera sa meilleure alliée, parmi ses qualités, pour relever les défis qui se présenteront à lui?

Son expérience, immense. Mais la plus grande qualité de Joe Biden est aussi son défaut, si l’on veut rester modéré dans ses projections : fin connaisseur de la politique internationale, Joe Biden a intégré dans son ADN le traumatisme de la guerre du Vietnam, le refus occidental d’intervenir en ex-Yougoslavie durant le siège de Vukovar puis de Sarajevo, et Srebrenica, sa propre « erreur » en 2002 lorsqu’il soutint l’invasion de l’Irak. Cela fait de lui un multilatéraliste convaincu, mais également un décideur prudent, qui pèsera et soupèsera longuement chaque crise internationale. Le risque existe donc, comme un Clinton face au génocide du Rwanda ou un Obama face aux armes chimiques en Syrie ou l’invasion de la Crimée, que l’administration Biden se tienne en retrait le jour J, absorbée par les questions intérieures. Mais donnons-lui sa chance!

Le tandem Eisenhower-Marshall s’impose comme l’exemple à suivre pour la future Administration américaine, face à la pire pandémie du coronavirus.

Une question à propos de l’histoire militaire américaine, si vous me permettez et parce que je connais votre appétence pour le sujet (je me propose de dévorer Des héros ordinaires pendant le congé des Fêtes). Quel chef de guerre (Grant, Patton, Eisenhower, Marshall, MacArthur ou un autre) aurait le plus à nous enseigner dans la période actuelle?

Ulysses Grant serait une piste intéressante, lui qui évita toujours d’accabler l’ennemi défait durant la guerre de Sécession. Mais sa gestion passive de la Reconstruction, et la rémanence des tensions raciales, ternissent son bilan. Le tandem Eisenhower-Marshall, qui sut tout à la fois gagner la guerre et la paix en 1945 et après, s’impose comme l’exemple à suivre pour la future Administration américaine, face à la pire pandémie du coronavirus : vision stratégique, mobilisation des ressources pour endiguer le mal et reconstruire une Amérique qui, sous Donald Trump, ressemble à un État « failli ». Il faut bien sûr modérer le propos, en se rappelant que Dwight Eisenhower, devenu président en 1953, n’osa jamais s’opposer frontalement à l’épouvantail qui avait pris les rênes du Parti républicain, le sénateur Joe McCarthy. Biden sera-t-il confronté aux résidus, voire à une survivance du trumpisme? Et si oui, aura-t-il les épaules pour faire rentrer le génie dans sa boîte? C’est une poigne à la Patton ou à la MacArthur qu’il lui faudrait alors, même si les deux hommes n’eurent jamais d’instinct politique développé.

Avez-vous des projets pour un nouveau livre dans un avenir prochain? Si oui, serait-ce indiscret de savoir quel en serait le sujet?

Je poursuis mes recherches sur la crise du Katanga en 1960-1961, après l’enquête menée sur la mort mystérieuse du secrétaire-général de l’ONU Dag Hammarskjöld (« Ils ont tué Monsieur H », Seuil 2019). Le Katanga fut un théâtre d’intervention méconnu des barbouzes gaulliens, sur lequel il reste beaucoup à dire. Loin, très loin de la Maison Blanche!

Les fantômes de la Maison-Blanche

Cœur du pouvoir et des tractations de la plus grande puissance mondiale, la Maison-Blanche fascine. Tout comme le parcours de tous ceux qui l’ont occupée. On aime naturellement se souvenir de ces figures hors normes, de par leurs accomplissements et leurs idées. Mais l’histoire des coulisses de cet auguste Manoir n’est pas moins intéressante, pour ne pas dire fascinante.

Dans son dernier livre, Le Manoir : Histoire et histoires de la Maison-Blanche, l’historien Maurin Picard nous propose une visite guidée enlevante de l’épopée présidentielle. On y rencontre tour à tour l’inventeur Alexander Graham Bell qui y présente son invention, le militaire américain John Philip Sousa, le roi des marches militaires, compositeur de la célèbre Stars and Stripes Forever ou encore – pour les amateurs de Ghost Adventures – le fantôme d’un Andrew Jackson « jurant abondamment ».  

Cela dit, j’ai également ressenti beaucoup de colère en lisant le correspondant du quotidien Le Figaro à Washington. Dans son chapitre consacré à l’assassinat de Abraham Lincoln pour être plus précis. Le 14 avril 1865 au soir, Abraham Lincoln se passerait bien d’aller au théâtre. Il est épuisé, mais il veut faire plaisir à son épouse Mary. Mal lui en prit. C’est le moment où l’assassin John Wilkes Booth frappe le destin de l’Amérique en plein cœur. Le président dispose de quatre policiers, recrutés parmi les meilleurs de la police métropolitaine de la capitale, mais celui qui l’accompagne ce soir-là est le moins professionnel du lot. Pour ne pas dire un incompétent. Je vous laisse juger par vous-même : « À l’intermission, au lieu de regagner son poste, il rejoint le cocher et le valet de pied d’Abraham Lincoln dans le bar situé à côté du théâtre. La voie est libre pour l’assassin. » Vous connaissez la suite…

Quel ne fut pas également mon étonnement de lire que, suite à la Première Guerre mondiale, « un compromis sur le vote ratifiant le traité de Versailles » aurait été envisageable entre le président démocrate Woodrow Wilson et le chef de file des Républicains au Sénat Henry Cabot Lodge. Le président n’y donne malheureusement pas suite et l’influence de son épouse Edith qui garde jalousement l’accès à son mari atteint par la maladie n’est certainement pas étrangère à ce scénario qui aurait pu influer sur le cours des affaires mondiales et, qui sait, permettre d’éviter le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale.

Les gens de ma génération ont de la Maison-Blanche une image largement influencée par les personnages de la légendaire série télévisée The West Wing. Mais la réalité historique est beaucoup plus tragique. Un président a tragiquement perdu un fils juste avant d’y entrer (Franklin Pierce), deux pendant leur mandat (Abraham Lincoln et Calvin Coolidge) et un autre, Theodore Roosevelt, succombera moins de 6 mois après que son fils favori, Quentin, fut abattu par les Allemands dans le ciel français pendant la Première Guerre mondiale. Un dernier, Andrew Jackson, enterra sa douce Rachel, le 24 décembre 1828. Elle a succombé à une crise cardiaque deux jours plus tôt, suite à une campagne où les adversaires de son mari l’ont copieusement calomniée.

À l’instar de celle qui n’accompagnera jamais son mari à la Maison-Blanche, trois présidents – James Garfield, Warren Harding et Theodore Roosevelt – ont eux aussi été enlevés à ce monde de la même manière. Quant à Dwight D. Eisenhower, il subit une crise cardiaque en septembre 1955 et devra en encaisser 6 autres durant ses vieux jours. Pour tout dire, occuper le Manoir est tout sauf une sinécure. Nous pourrions également évoquer les insomnies de Lyndon B. Johnson ou encore les effets pernicieux des eaux saumâtres sur l’état de santé de quelques-uns de ses prédécesseurs pour appuyer cet état de fait.

Le livre de Maurin Picard brosse certes le tableau d’une résidence qui se veut en même temps une institution. Mais son mérite principal réside dans le fait qu’il humanise les individus qui ont souhaité et qui ont été appelés à l’occuper. Ces figures emblématiques de la vie politique américaine y ont souvent vécu des moments bien difficiles, comme nous venons de l’évoquer. Mais ils ont également connu de beaux moments. Le chapitre consacré à la vie familiale très dynamique de Theodore Roosevelt et de ses 5 petits monstres (« Les domestiques terrifiés voient les enfants Roosevelt se frayer un chemin en rampant jusque sous la table, harcelant les invités, nouant leurs lacets, tirant sur les robes des dames et quémandant à manger sans honte aucune ») verra inévitablement un sourire se manifester sur votre visage.

Personnellement, j’aurais certainement aimé lire quelques pages de cet auteur talentueux à propos de deux de mes présidents favoris – Reagan et George H. W. Bush – mais je comprends qu’il lui fallait faire des choix éditoriaux.

À l’aube d’un nouveau chapitre dans l’histoire de la Maison-Blanche, laquelle accueillera bientôt son résident le plus âgé mais certainement pas le moins sympathique, Maurin Picard offre aux férus d’histoire politique américaine un ouvrage captivant qui figure désormais parmi mes favoris. Et ça se lit d’une traite.

______

Maurin Picard, Le Manoir : Histoire et histoires de la Maison-Blanche, Paris, Perrin, 2020, 304 pages.

Je tiens à exprimer des remerciements particuliers à Marie Wodrascka des Éditions Perrin de m’avoir offert une version électronique de cet ouvrage.

Machiavelli’s Crown Prince

Rumors of a meeting last weekend between Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu and Saudi Crown Prince Mohammed bin Salman (MBS) had the effect of a bombshell in diplomatic circles. I was not the least surprised, because I have been expecting developments of the sort for quite some time now. MBS is one the world’s shrewdest political operators and it would be quite logical to observe developing relations between him and the Israeli leadership – if only because they share a common enemy with Iran.

I was therefore very happy to put my hands on a copy of Blood and Oil: Mohammed bin Salman’s Ruthless Quest for Global Power, in which I learnt quite a lot about this young prince who, at 35 years old, has already made his way among world leaders in a fascinating – yet sometimes thin-skinned and abrasive – way.

Those interested about his financial dealings of secret operations allegedly launched in his name might want to stop reading right now, because these are not the angles that caught my attention. Inspired by Machiavelli, MBS is a keen student of history who is fascinated with Alexander the Great and consumes history books. I do not know if he likes to read about US political history, but from what I take from Bradley Hope and Justin Scheck’s book, he would be enthralled to read Robert A. Caro’s The Path to Power. The way he reached the position of Crown Prince is not alien to the young Lyndon B. Johnson’s capacities to pivot his youth and poverty into becoming an unavoidable and shrewd political actor. In MBS’s case, the Crown Prince not only took advantage of his youth, but also of being underestimated by his (and his father’s, King Salman) numerous rivals, in his quest to help his father reach the throne.

During King Abdhullah’s terminal hospital stay, the authors report that his main courtier tried to marginalize future King Salman. Upon learning that the Custodian of the Two Holy Mosques had died, MBS “[…] hurried his father into a convoy of cars and sped to the National Guard hospital” – ensuring that no shenanigans could be orchestrated to sideline the future king. Earlier, his father had become addicted to painkillers after back surgery. Mohammed helped him “[…] beating the addiction, staying up with his father around the clock and handing him pills identical to those he’s been taking for years. Only they were actually new ones specially ordered up by Mohammed with lower doses.” The dutiful son – who understand that his power stems “[…] from his family, not an electorate” – is also a canny practitioner of power and his round-the-clock work ethic would leave most of us dead tired after a few days.

For sure, MBS is in no lack of detractors. But anyone adopting a realistic perspective in international relations understands that 1) he is the heir to the throne of one of the most vital and strategic geopolitical actors in the world and 2) he will be around for several decades. Anyone counting on the support of Saudi Arabia to pursue any international agenda should remember that – notably to oppose Iran, whose current régime is an existential threat to the West.

I have to admit that the thing I disliked with this insightful book was its title. Labelling MBS solely as a ruthless and bloodthirsty prince fails to convey the bigger picture that, in a country like Saudi Arabia, the alleys of power are not comparable to the halls of a philosophical society. One does not need to be an expert at international politics to understand that several nemeses must eye the Crown Prince’s position with envy and would not hesitate to depose him if they were given the opportunity.

MBS has a vision for his country. He seeks its influence beyond the markets of oil and into the technological avenues of the future. Bringing a traditionalist and conservative country like Saudi Arabia in that direction must not be a small challenge. But, as a student of history, the Crown Prince understands that kingdoms of past, present and future must adapt to survive. In an unforgiving world, the future king of Saudi Arabia learnt “[…] from his time sitting in the majlis [a gathering room for advisors and petitioners] with his father, day after day […] the inner workings of power in Saudi Arabia.”

Like anyone, he will make mistakes. And those will fade with the passage of time. But long after Donald Trump, Vladimir Putin and Xi Jinping will have departed from public life, this fascinating character will be one of the main players in tomorrow’s world affairs. The fact that countries like (former adversary) Israel are now allegedly in discussions with him is an eloquent testimony that he already is. Like a true disciple of Machiavelli, MBS knows how to seize the moment.

As for Bradley Hope and Justin Scheck, they offer the readers an excellent biography of a world leader who knows how to navigate the treacherous waters of politics at its highest level, guided by an astute sense of history. Honestly, this is one of the best books I have read this year.

__________

Bradley Hope and Justin Scheck, Blood and Oil: Mohammed bin Salman’s Ruthless Quest for Global Power, New York, Hachette Books, 2020, 368 pages.

I would like to express my sincere gratitude to Stephanie Palumbo of Hachette Books Canada and Ryan E. Harding of Hachette Books for their invaluable assistance, notably in offering me a copy of this biography.

Les erreurs ne sont jamais orphelines

« La victoire a cent pères, mais la défaite est orpheline », affirmait le président John F. Kennedy. En prolongeant cette logique en attribuant une condition orpheline aux erreurs commises durant un conflit, une campagne, une entreprise ou un projet, on comprend un mieux pourquoi peu de livres sont mis en chantier pour explorer et détailler les échecs qui ont influencé le cours de l’histoire.

Dans un récent ouvrage regroupant 20 chapitres courts mais fascinants, les auteurs – des spécialistes en histoire militaire – expliquent les raisons ayant conduit à la rédaction des chapitres catalogués au rang des échecs que leurs planificateurs auraient sans doute voulu écrire autrement.

D’emblée, Les grandes erreurs de la Seconde Guerre mondiale (publié sous la direction des historiens chevronnés Jean Lopez et Olivier Wieviorka) a ravivé des souvenirs mémorables dans ma mémoire, puisque j’ai foulé le sol de plusieurs endroits décrits entre les couvertures. J’ai vu le hérisson tchèque indiquant l’endroit jusqu’où les troupes de la Wehrmacht ont avancé à Moscou, visité le domaine campagnard du Kent d’où Winston Churchill lançait des alertes relativement au péril de l’apaisement, été ébahi en sortant du train dans le bucolique village italien de Cassino de constater à quel point la prise du monastère portant le même nom avait dû relever d’une véritable mission impossible, déambulé dans les rues de Prague – capitale sacrifiée sur l’autel du manque de vision des dirigeants franco-britanniques en 1938, parcouru les couloirs souterrains où l’opération Dynamo fut orchestrée à Dover, marché sur le pont d’Arnhem – celui-là même que le maréchal Montgomery avait ordonné à ses troupes de capturer et vécu plusieurs mois à Varsovie en m’y imprégnant de la mémoire du soulèvement de 1944.

De manière frappante, les bévues détaillées sont souvent associées à une carence au niveau du renseignement. Dès le premier chapitre consacré à l’apaisement, sous la plume de la brillante historienne Raphaële Ulrich-Pier, on y apprend que:

« Avant Munich, par ailleurs, l’armée tchécoslovaque, bien organisée, avec un bon moral, disposait de solides fortifications dans la région des Sudètes : les Tchèques auraient pu fixer une partie non négligeable de la Wehrmacht, obligeant l’Allemagne à mener une guerre sur deux fronts si Paris puis Londres s’étaient portées au secours de Prague. »

Face à Hitler et sa horde brune, la partie était donc jouable avant que le monde ne s’embrase. Mais la volonté politique des décideurs en place était carencée par un aveuglement volontaire et le mirage de « la paix pour notre époque ». Si seulement Churchill avait été aux commandes… Mais il ne faut pas succomber aux sirènes de l’uchronie.

La cécité comporte aussi son lot d’adhérents et aura notamment causé la catastrophe (pour Moscou) de l’opération Barbarossa. Un autre épisode à ranger dans le même rayon fut l’insurrection de Varsovie à l’été 1944, puisque « la décision était fondée sur l’espérance hâtive que la Wehrmacht ne serait pas en mesure de contre-attaquer et d’arrêter l’offensive de l’Armée rouge. » Un calcul ne prenant aucunement en considération la capacité de rebondir des Allemands, du refus de Staline de secourir ses adversaires Polonais et l’incapacité des Alliés de forcer la main du maître du Kremlin. Autant de raison qui auraient conduit tout bon stratège à ne pas lancer les hostilités.

J’ai particulièrement apprécié le chapitre (il en a rédigé 3 pour ce livre) de Jean Lopez consacré au rembarquement de la British Expeditionary Force (BEF) à Dunkerque, à l’intérieur duquel le célèbre auteur nous apprend que, même s’il avait été un « coup dur, la perte d’une partie du BEF n’aurait pas été la catastrophe si complaisamment dépeinte. » De l’eau au moulin d’une réflexion à contre-courant de la trame de fond glorieuse associée au sauvetage des 338 000 soldats britanniques en français en mai-juin 1940 et entretenue avec respect et admiration dans les îles britanniques.

Mentionnons également qu’étant fasciné par le rôle de la Chine durant la Seconde Guerre mondiale – une contribution trop souvent ignorée – j’ai été captivé de lire Benoist Bihan à propos des erreurs commises par le Japon en envahissant la Chine à partir de 1937. Le régime de Tokyo et les dirigeants militaires n’avaient alors aucun buts de guerre précis, ni aucun « plan mûrement réfléchi ».

Les grandes erreurs de la Secondes Guerre mondiale se veut donc un ajout à la fois agréable et incontournable dans la bibliothèque de tout passionné d’histoire militaire, mais aussi de quiconque souhaite comprendre les ressorts de ces calculs qui peuvent souvent s’avérer tragiques. L’histoire militaire prodigue de nombreux enseignements applicables dans la vie de tous les jours, notamment dans la période difficile que l’humanité traverse actuellement.

J’oserais même dire que nous apprenons souvent plus des défaites (et des erreurs qui les engendrent) que des victoires. Elles ne sont jamais orphelines, parce qu’enfantées par des êtres humains dont les décisions sont orientées par leur tempérament, leur vision du monde, leurs expériences et les carences qui les accompagnent inévitablement. Nous en avons actuellement un exemple tristement nocif et tragique à la tête des États-Unis. Mais ça, c’est une autre histoire.

___________

Jean Lopez et Olivier Wieviorka (sous la direction de), Les grandes erreurs de la Seconde Guerre mondiale, Paris, Perrin, 2020,320 pages.

Je tiens à remercier vivement Mme Marie Wodrascka des Éditions Perrin de m’avoir fourni une version du livre aux fins de la présente recension.

President-elect Joe Biden and the Return of Empathy

Like millions of people around the world, I’m impatient to see the results of Tuesday’s US presidential elections. Full disclosure, I ardently root for a Joe Biden victory. Not because I’m a traditional Democrat supporter (I am not, I canvassed in New Hampshire for my favorite contemporary president George W. Bush and I attended the 2004 and 2008 Republican National Conventions), but because of my profound lack of affinities for his opponent.

If you’re a Trump supporter, you can stop right here (and I suspect you will), because you won’t like the rest of this review.

When I read Bob Woodward’s latest book, Rage, a few weeks ago, I was struck by the following passage from one of his discussions with the current president of the United States:

“When’s the last time you apologized?”, asked Woodward. “Oh, I don’t know, but I think over a period – I would apologize. Here’s the thing: I’m never wrong.”

To me, that exchange encapsulates the Trump problem. Like kings of the Middle Ages, he thinks he can do no wrong. And he believes he can do or say whatever he wants, to hell with the consequences.

You don’t expect a head of state or government to be perfect. You want him or her to abide by certain standards but also to be human – like the rest of us. In this day and age, that’s precisely Joe Biden’s main quality in this race.

I was therefore curious to read Evan Osnos’ Joe Biden: The Life, The Run, and What Matters Now, to see what more could I learn about the man who might be on his way to march on Pennsylvania street after his inauguration on January 20th, 2021. I did not seek a policy book. I wanted a full-rounded portrait of a man seeking the highest office in the US, detailing his qualities and shortcomings. By all means, the author did not disappoint. An avid reader, Biden is known for his loyalty and being humble, as well as being arrogant and sometimes sloppy. He’s human!

Evan Osnos writes that he is such a tactile politician that “When Biden and Obama worked a rope line, Biden sometimes took so long that aides had to restart the soundtrack.” Or when “Leon Panetta recalled listening to Biden work the phone at the White House: “You didn’t know whether he was talking to a world leader or the head of the political party in Delaware.””

In a nutshell, Biden is the kind of guy you’d like to sip a caramel macchiato with on a Saturday morning.

Thanks to the author, I learnt that Joe Biden – contrary to some political accusations – is not part of the establishment. He was, incidentally, “[…] among the least prosperous members of the United States Senate” and he planned to take a second mortgage to pay for his son’s cancer treatments (who passed away later). President Obama offered to help him financially, but his vice-president never came back to ask for it.

Biden suffered in his life. A lot. And one of his strongest traits (in my humble opinion) is that he is not afraid to share his humanity. A few days before Christmas 1972, he lost his first wife and daughter in a car accident. He went through serious health issues. The most touching part of the book for me is when the author writes about “Brayden Harrington, a thirteen-year-old from New Hampshire, [that] gave credit to Biden for telling him that they belonged to “the same club – we stutter.””

America is in a state of turmoil. Americans are suffering. Greatly. This mood won’t disappear at the touch of a magic wand nor at the turn of a blind eye. If he is elected this week, Joe Biden will probably never rank among the transformational presidents such as FDR, LBJ or Reagan. But he can be a gifted and consequential transitional one like Harry S. Truman or George H. W. Bush. The grandfather who looks like he’s just out of the gym (I borrow this formula from the author) would bring a healthy dose of much-needed humanity, sincerity, modesty, decency and, dare I say, sometimes vulnerability in the White House.

This electoral cycle, I suspect many people are voting against Donald Trump and not necessarily for Joe Biden. For those unfamiliar with who Joe Biden’s character, Evan Osnos opens a window on the personality of an attaching man whose challenges will be of Himalayan proportions depending on Tuesday’s electoral results.

Joe Biden most certainly won’t be able to transform US politics in a heartbeat, but at least Americans will have a good man at the helm of the ship of state.

Let us now hope that Evan Osnos will put his exceptional talents as a biographer at our service in writing about another political or historical figure in the near future. In his book about Joe Biden, he mentions the Democratic contender has read one of the tomes about LBJ by Robert A. Caro. Having myself tremendously enjoyed this four-volumes biography of JFK’s successor, I find Osnos talents to be comparable to those of the iconic writer.

__________

Evan Osnos, Joe Biden: The Life, The Run, and What Matters Now, New York, Scribner, 2020, 192 pages.

I would like to express my heartfelt gratitude to the always helpful Athena Reekers of Simon & Schuster Canada for providing me with a copy of this book.

How to Fail in Foreign Affairs

Upon his arrival at the presidency, any individual disposes of a considerable array of tools to influence foreign policy. The most important national security apparatus in the world is loyally at his disposal.

Since the title of President of the United States has been bestowed upon him, Donald Trump has taken great pains to devalue the work and impact of the men and women who give their best – and sometimes their lives – to protect their country.

In a brilliant and insightful exposé, CNN’s chief national security correspondent and former diplomat Jim Sciutto provides ample munitions to those who, like me, think that the 45th president is a threat for the future of the United States as a world leader. And the title of his book, The Madman Theory: Trump Takes on the World is reminiscent of Richard Nixon’s reckless tactics trying to bully his way to end the Vietnam War. As history recalls, his gambit failed.

One doesn’t need to spend an inordinate amount of time following international politics to understand how much Trump is in a league of his own. I was shocked to read the details about how the standard bearer of American values abandoned his Kurdish allies in the space of 2 phones calls with Turkish President Recep Tayyip Erdoğan – hardly the best ally of the US.

Lots of ink was spent during the current presidential campaign about Ukraine, the dealings of Joe Biden’s son, Hunter, and the intervention of Trump towards the Ukrainians to seek an investigation – a move Richard Nixon probably would have approved when he was in the Oval Office. Doing so, the president tossed aside the duty of reserve any normal statesman would respect and functioned outside the established channels and methods. Jim Sciutto writes that this “[…] shadow foreign policy was so far outside the normal process that it ran contradictory to it—and that appeared to be the intention.”

Donald Trump does not respect his diplomats, his machinery of government, his allies and his counterparts.

And, to the chagrin of any James Bond enthusiast (RIP Sean Connery, who passed away just a few hours ago), Donald Trump hates spies.

Let me quote the author at length:

“In his view, foreign spies do more harm than good, in particular to his personal relationships with foreign leaders such as Vladimir Putin. […]” He ““believes we shouldn’t be doing that to each other,” one former Trump administration official told me. In private conversations, President Trump has repeatedly expressed opposition to the use of foreign intelligence from covert sources, including overseas spies who provide the US government with crucial information about hostile countries.”

Let’s just say I’m happy Trump was not the leader of the free world during the Cold War. We probably would be living in a much different world, and probably not the best. I think Ronald Reagan and George H. W. Bush would agree with me.

Disliking spies who often helped prevent doomsday scenarios – as it often happened during history, but Trump doesn’t read, so how could he care – and lacking trust in his national security are alarming enough. But Trump goes even further in blindly accepting the rationale of Vladimir Putin (about Russia’s interference in US elections), not holding Kim Jong-un responsible for the death of American citizen Otto Warmbier (after his release from North Korea) or mentioning that Iran’s shooting of a US drone was probably a mistake made by a general. You can’t invent that. I could also mention how Trump capitulated to China in his trade deal with Beijing, highlighting the fact that this man is ill-equipped to occupy the function he does. But I think you get the point.

To his credit, Trump has brought NATO countries to invest more of their budget on defence, which is no small feat given the manifest abhorrence of Western countries to spend more in that domain. I would also be very curious to know what’s the author’s analysis about the establishment of diplomatic relations between Israel and several Arab countries in the Persian Gulf like the UAE and Bahrain. This major development will have lasting consequences in global geopolitics and the 45th president will have played a determining role at that level. It is still unclear why and how he did it, but I’m sure this would be an excellent sequel book for Jim Sciutto.

I have been devouring books about US presidents since childhood. My understanding is that each of them had a sense of history. That was until Donald Trump came to Washington. He seems consumed with the tyranny of short-term impact, a notion that is reflected in his anti-intellectualism.

Every president who took office at the White House became a consumer of intelligence reports and information. This is a vital aspect of commanding the number 1 power on the surface of the planet. But, once again, Donald Trump defies the norm. His national security can’t get him to even read “[…] the day’s topics into three simple bullet points on a single note card”, therefore generating the need to restrict the information submitted to the man sitting in the Oval Office and making him less aware of vital threats to the country – and there are not a few.

All of this would be entertaining if the consequences were not potentially tragic.

Apart from the troubling rationale documented by Jim Sciutto, The Madman Theory is an insightful and fast-paced book that should be mandatory reading for any student of international relations.

_______________

Jim Sciutto, The Madman Theory: Trump Takes On the World, New York, Harper, 2020, 320 pages.

I would like to express my heartfelt gratitude to Jonathan Jao and Leslie Cohen of HarperCollins for providing me with a version of this book.