True heroism can’t be found in the absence of risk

I discovered Admiral (US Navy – retired) James Stavridis as an author at the beginning of the pandemic two years ago. This warrior-intellectual always amazes me by the depth of his thought and the finesse of his writing style. His last book, To Risk It All: Nine Conflicts and the Crucible of Decision (Penguin Press) depicts nine characters – 8 men and 1 woman – who left their mark on US military history.

You can almost hear the lyrics of the US Marines hymn and its reference to the shores of Tripoli when you read about Lieutenant Stephen Decatur’s expedition in North Africa to save US Navy comrades detained by pirates and you want to watch Captain Philips with Tom Hanks another time after completing the chapter devoted to Rear Admiral Michelle Howard who was in command of the successful rescue operation in the Gulf of Aden.

But my favorite – by far – was Cook Third Class Doris “Dorie” Miller. If there is one chapter I would love to see the author expand in a whole book, the life and lessons of that exceptional warrior would be my choice. Think about it for a moment. You’re an African-American and you enlist in the US Navy to better support your family, seeking advancement out of the segregationist South. But you must still endure sanctioned racism. Admiral Stavridis reminds the reader that “the high-tech specialties of communication, gunnery, navigation, and engineering were closed to African Americans; in fact, the only jobs they were permitted to do were cooking, cleaning, and serving as valets for the senior officers in the ships.”

Continue reading “True heroism can’t be found in the absence of risk”

De la solidité du système Poutine

Igor Setchine et le président russe Vladimir Poutine (source: The Moscow Times)

Il y a deux semaines, un article paru dans The Telegraph rapportait les propos du chef d’état-major de la Défense de la Grande-Bretagne, Sir Tony Radakin, selon lequel ceux et celles qui prétendent que le président russe Vladimir Poutine serait affligé d’une santé en détérioration ou serait potentiellement la cible d’une tentative d’assassinat se bercent d’illusion. Dit autrement, le grand patron du Kremlin est toujours bien en selle.

Un argument renforcé à la lecture d’une étude récente de l’Ifri (l’Institut français des relations internationales) sous la plume du chercheur Régis Genté, lequel est également coauteur de la biographie Volodymyr Zelensky – Dans la tête d’un héros (Robert Laffont) que je recenserai bientôt sur cette page. C’est ainsi que Cercles dirigeants russes : Infaillible loyauté au système Poutine? dresse la carte du système planétaire qui gravite autour de l’astre russe.

poursuivre la lecture

Pour Kissinger, le désordre est le mal absolu

À 99 ans, son esprit et sa plume demeurent toujours aussi aiguisés. Henry Kissinger distille son expertise aguerrie des relations internationales et, malgré les controverses suscitées comme lorsqu’il conseillait que l’Ukraine devienne « […] un État-tampon entre la Russie et l’Union européenne », ses lumières sont toujours aussi éclairantes parce qu’elles sont dénuées de l’émotion chevillée au corps de la « tyrannie de l’instant ».

Henry Kissinger m’accompagne intellectuellement depuis mes années universitaires, alors que je me plongeais dans son livre-phare Diplomatie et que je partais à la recherche de sa dernière tribune. Nous n’avions pas accès aux banques de données à cette époque. L’exercice n’était donc pas aussi simple et rapide qu’aujourd’hui. Il ne cesse depuis de me fasciner et je prête toujours une oreille très attentive à ses propos.

J’étais donc extrêmement heureux de plonger le nez dans la biographie que lui a récemment consacré le diplomate français Gérard Araud. Henry Kissinger : le diplomate du siècle (Éditions Tallandier) propose un tour d’horizon solide de la vie, de la pensée et de l’oeuvre du grand homme. Alors que l’Holocauste frappe son Allemagne natale, l’adolescent juif de 15 ans arrive avec sa famille aux États-Unis en août 1938. C’est le début d’un parcours exceptionnel qui verra le jeune académique s’épanouir dans les cercles du pouvoir américain après la Seconde Guerre mondiale.

poursuivre la lecture