China’s Role and Image in the Era of Covid-19

KerryBrown_TheDiplomat
Professor Kerry Brown (source The Diplomat)

Cliquer ici pour la version française

In light of the current crisis about Covid-19, Professor Kerry Brown, one of the world’s most renowned specialist on China who is also a biographer of Xi Jinping and who serves as Director of the Lau China Institute at King’s College London has accepted to respond to a few questions. Here is the content of this written interview.

Professor Brown: many sincere thanks for accepting to receive the following questions for my blog.

 I’ve read the fascinating article you wrote with Ruby Congjiang Wang about China and the Coronavirus in Asian Affairs. This is an extremely timely topic these days.

One thing we have learned in this current chaotic situation: we all have to become much more attuned and knowledgeable about each other before we end up simply shouting past each other and making things even worse.  

In the article, you write that China’s image is damaged in the West. Just today (May 13th), a Canadian poll was released detailing that “More than four-in-five (85%) Canadians say the Chinese government has not been honest about what has happened in its own country.” Since China wants to be considered and respected as a world power, it cannot tolerate that its prestige be tarnished. What will Beijing do to correct that situation? Do you think they might try to mount a PR campaign or any sort of outreach operation to reverse that trend?

XiJinping_SourceCNBC
Chinese President Xi Jinping (source: CNBC)

It was always going to be hard for a country with China’s political system, its cultural, social and historical differences with the outside world, and its quite specific world view informed by its own complex, often fragmented history to be able to speak easily to the world at a time when its economy is growing more and more important. COVID19 has just made this challenge even harder. It has deepened some of the issues that were already there, and showed that in the US, Canada, etc, a combination of unfamiliarity towards China along with the speed with which China has come to people’s attention has at the very least proved disorientating. This is exacerbated by the ways in which China itself undertakes messaging – something which is often heavy handed, and ill adapted to the sort of audiences in the West it is aimed at. Everyone has to have a rethink about where things are going. Beijing’s messaging needs to fundamentally change – probably the reason behind the government accepting an investigation at some point of the spread of the pandemic, and the stress at the late May National People’s Congress on the need for co-operation. But as the world moves into addressing the massive economic impact of the virus, rhetoric needs to move to actions, and to seeing what sort of collaboration and co-operation is going to be possible. One thing we have learned in this current chaotic situation: we all have to become much more attuned and knowledgeable about each other before we end up simply shouting past each other and making things even worse.

China did some things right and some things not so well – but so did everyone else.

The article illustrates very well that China has swiftly collaborated with other countries and institutions, after the “Chinese health authorities officially identified the new strain of COVID-19”. Why isn’t this more recognized?

The narrative in January for many outside China was that this was going to be a SARS 2, and that like the SARS of twenty years ago it would largely be a Chinese and regional problem. Western governments were complacent, and the criticisms were mostly about the failure of Chinese governance. When the virus spread, and it started to expose massive issues for governments in Europe and North America, part of their response was to pin blame back on China. There are certainly things China could have done better in January when the first problems emerged. But there are also things everyone else could have done better. Criticisms should now be placed in a more balanced way. China did some things right and some things not so well – but so did everyone else. 

China wants responsibility with others, not on its own.

Going forward, you evoke that Xi’s regime could adopt a more nationalistic and coercive agenda. Might this not be counterproductive, given that China seeks to broaden its appeal to the world as a competitor to the United States as a world leader? If Beijing goes in that direction, would it be a setback regarding all the work accomplished in the last years and decades?

China may become more nationalistic because of the economic challenges it is facing, and the backlash from the outside world. The Xi government has always been quite nationalistic. But it also understands the importance of co-operation and collaboration. That will not go away. The main risk is that with the US leadership so compromised and confused at the moment, and with Europe as ever in turmoil and lacking direction, China has to operate in a void where it has to take leadership over issues it does not really feel are in its self-interest, and might not do well, because no one else is. It is simply not ready for this role, and in fact probably not suitable for it – and knows this. It wants responsibility with others, not on its own.

Chinese leaders are realists. They do understand their limitations. They know that their power and their prominence are a major issue for many others.

Pragmatism is not much on the radar of the Trump administration when it comes to China, since that country “is a huge strategic competitor”. 2020 being an election year, the Covid-19 might be advantageous to the Trump campaign if it can convince the voters that all of this might be Beijing’s fault. The man working in the White House functions perfectly in the “overt hostility” you refer to in the article. Since world politics is a huge chess game and based on your knowledge of the Chinese leader, what will be Xi Jinping’s response to that? Does he have what it takes, in terms of chess-player qualities, to confront Trump on the global chessboard?

In Terms of realpolitik, many in China think the current American president being re-elected in November would be good news, as it would continue to create divisions, erode the US’s global role, and weaken its global prominence. But there are others who understand that such a sudden and dramatic deterioration of the situation is not good for China, or the world, and that a US looking so beset by internal divisions it looks like it increasingly cannot handle is not a good thing. Chinese leaders are realists. They do understand their limitations. They know that their power and their prominence are a major issue for many others. They have just failed to find the right way of trying to convey this. This has not been helped by the way in which they have implemented policy in Xinjiang, Hong Kong, and of course towards Taiwan. On these issues, they feel adamantly they are domestic, and therefore no one else’s business. The problem is that of course now China’s internal affairs do impact on the outside world. That makes them by default other people’s business. COVID19 only underlines that.

Many countries, like Great Britain, have a stark choice. Jettisoning economic interests or antagonizing security ones.

In the final page of the article, you mention UK’s attitude towards China. In this zero-sum game between Washington and Beijing, what do you think will be the posture adopted by Whitehall going forward? What is Prime Minister Johnson’s mindset about this rivalry?

Johnson is a practitioner of the “cake and eat it” approach, where he believes that the UK can continue to balance good economic relations with China with its close security relation with the US. Of course, COVID19 has made this balancing act almost impossible The UK is hardening its stance on Huawei, and also on how it screens Chinese investment. The issue however is how – when it leaves the EU customs union at the end of this year, and it potentially faces its worst economic crisis in modern times and deals with a US that might be in a similarly difficult position – it can find new sources of growth. China is the most viable at the moment The British have a stark choice, jettisoning economic interests or antagonizing security ones.

This is not therefore a simple case of democracies proving their decision making is better and autocracies failing. The UK has seen high fatalities, but Taiwan, also a democracy, has seen very low ones – still in single digits.

 Xi’s opponents within the CCP (Chinese Communist Party) might be tempted to take advantage of the crisis to destabilize and jeopardize his rule. What are the main sources of opposition to Xi at the current time?

Very hard to say. There has been little sign of dissent to Xi’s rule for a number of years. This sort of crisis might have shown divisions, were it only something that China experienced. However, it has shown the rest of the world is quite a hostile place towards China at the moment, removing the idea that jettisoning Xi will make things easier for anyone domestically in their relations with the world around them. It is also clear that, while many Chinese people might feel their government didn’t do a great job over COVID19, they can see plenty of examples of other places doing as bad, if not worse. This is not therefore a simple case of democracies proving their decision making is better and autocracies failing. The UK has seen high fatalities, but Taiwan, also a democracy, has seen very low ones – still in single digits. In a confusing situation like this, it is unsurprising that most people in China opt for the status quo.

Xi Jinping is pretty clear and has set out what he wants.

What are Xi’s best qualities as a leader and statesman in your opinion?

He is pretty clear and has set out what he wants. He is clearly formidable as a domestic politician. And while most western leaders have been floored by dealing with Trump, Xi has largely been competent – taking Trump’s position as president seriously, and understanding that the man is not what they are dealing with. It is the office they are facing, and which they have to craft a response to.

Some are frustrated that China wants to go its own way

On the other side of the coin, what are his main shortcomings?

That he is clear! In the past, Chinese leaders could be ambiguous and amorphous, and avoid making commitments. Hu Jintao typified this. No one really knew where he was coming from. Xi has at least answered the questions about what China wants, what its vision is – but in doing that, of course, he has aroused a lot of criticism in the US and elsewhere simply because the idea of China having its own agency and wants is something that offends a lot of its critics – especially having invested so much into seeing how economic engagement would lead to political change, something that of course has so far never happened, and which has caused the frustration and anger of the Trump era.

 I could not conclude this interview without asking if you are working on an upcoming book and, if so, what it will be about?

I have a book on Chinese modern history coming out with Polity Press on 1st July.  I am working on another proposal for a book about the global future and a dual track world where China and the US somehow, despite their differences, manage to get on with each other.

Many sincere thanks again Professor for the generosity of your time. I’m looking forward to reading your upcoming articles about Xi Jinping and Chinese politics.

*********************************************************************************** 

Version française

Le rôle et l’image de la Chine à l’ère de la Covid-19

À la lumière de la crise actuelle en lien avec la Covid-19, le professeur Kerry Brown, spécialiste internationalement reconnu de la Chine, biographe de Xi Jinping et directeur de la Lau China Institute du King’s College London a accepté de répondre à mes questions. Voici le contenu de cette entrevue écrite.

Professeur Brown: Je vous remercie sincèrement d’avoir accepté de répondre aux questions suivantes pour mon blogue.

J’ai lu le fascinant article que vous avez écrit avec Ruby Congjiang Wang au sujet de la Chine et de la Covid-19 dans la revue Asian Affairs. C’est un sujet extrêmement d’actualité ces jours-ci.

Une chose que nous avons apprise dans cette situation chaotique actuelle, c’est que nous devons tous être beaucoup plus à l’écoute et informés les uns des autres, avant de nous invectiver et ainsi aggraver les choses.

Dans l’article, vous écrivez que l’image de la Chine est vilipendée en Occident. Pas plus tard qu’aujourd’hui (13 mai), un sondage canadien a été publié selon lequel « plus de quatre Canadiens sur cinq (85%) sont d’avis que le gouvernement chinois n’a pas été honnête au sujet de ce qui s’est passé dans son propre pays. » Puisque la Chine veut être considérée et respectée en tant que puissance mondiale, elle ne peut tolérer que son prestige soit terni. Que fera Pékin pour corriger cette situation? Pensez-vous qu’on pourrait tenter de lancer une campagne de relations publiques ou toute autre opération de sensibilisation pour inverser cette tendance?

Ce type de situation sera toujours difficile pour un pays doté d’un système politique comme celui de la Chine, en plus de ses différences culturelles, sociales et historiques avec le monde extérieur. Et sa vision du monde assez spécifique articulée selon sa propre histoire complexe et souvent fragmentée fait en sorte qu’il n’est pas facile d’interagir facilement avec le monde à un moment où son économie prend de plus en plus d’importance. La Covid-19 vient de rendre ce défi encore plus difficile. La pandémie a accentué certains des problèmes qui existaient déjà et a illustré qu’aux États-Unis, au Canada, etc., une combinaison alliant la méconnaissance de la Chine à la rapidité avec laquelle la Chine a retenu l’attention des gens s’est révélée pour le moins déroutante. Cela est exacerbé par la manière dont la Chine elle-même livre le message – une méthode souvent brutale et mal adaptée au type de public occidental auquel celui-ci est destiné. Tout le monde doit repenser l’évolution des choses. Les messages de Pékin doivent changer fondamentalement – c’est probablement la raison pour laquelle le gouvernement a accepté à un moment donné la tenue d’une enquête sur la propagation de la pandémie et que l’accent a été mis, à la fin mai, sur la nécessité d’une coopération lors du Congrès national du peuple. Mais à mesure que le monde s’attaque à l’impact économique massif du virus, on doit passer de la parole aux actes et voir quel type de collaboration et de coopération seront possibles. Une chose que nous avons apprise dans cette situation chaotique actuelle, c’est que nous devons tous être beaucoup plus à l’écoute et informés les uns des autres, avant de nous invectiver et ainsi aggraver les choses.

Les critiques doivent maintenant être attribuées de manière plus équilibrée. La Chine a bien fait certaines choses et d’autres moins bien – mais ce fut le cas pour tout le monde aussi.

L’article illustre très bien que la Chine a rapidement collaboré avec d’autres pays et institutions, après que les « autorités sanitaires chinoises eurent officiellement identifié la nouvelle souche de la Covid-19». Pourquoi n’est-ce pas davantage reconnu?

Pour plusieurs, le récit en dehors de la Chine au début du mois de janvier était à l’effet que ce serait une répétition du SRAS et que, comme le SRAS d’il y a vingt ans, il s’agirait en grande partie d’un problème chinois et régional. Les gouvernements occidentaux étaient complaisants et les critiques portaient principalement sur l’échec de la gouvernance chinoise. Lorsque le virus s’est propagé et qu’il a commencé à s’accompagner de problèmes énormes pour les gouvernements européens et nord-américains, une partie de leur réponse fut de jeter le blâme sur la Chine. Il y a certainement des choses que la Chine aurait pu mieux faire en janvier lorsque les premiers problèmes sont apparus. Mais il y a aussi des choses que tout le monde aurait pu mieux faire. Les critiques doivent maintenant être attribuées de manière plus équilibrée. La Chine a bien fait certaines choses et d’autres moins bien – mais ce fut le cas pour tout le monde aussi.

La Chine veut prendre des responsabilités de manière collégiale, pas seule.

En ce qui a trait à l’avenir, vous évoquez que le régime de Xi pourrait adopter un agenda plus nationaliste et coercitif. Cela ne serait-il pas contre-productif, étant donné que la Chine cherche à élargir son attrait au monde en tant que concurrent des États-Unis comme leader mondial? Si Pékin va dans cette direction, serait-ce un recul, relativement à tout le travail accompli au cours des dernières années et décennies?

La Chine pourrait devenir plus nationaliste, en raison des défis économiques auxquels elle est confrontée et des contrecoups du monde extérieur. Le gouvernement Xi a toujours été assez nationaliste. Mais il comprend également l’importance de la coopération et de la collaboration. Cela ne disparaîtra pas. Le principal risque est qu’avec le leadership américain si compromis et confus en ce moment, et avec l’Europe toujours en ébullition et désorientée, la Chine doit opérer dans un vide où elle doit prendre le leadership sur des questions qui ne figurent pas vraiment dans ses intérêts propres et à propos desquelles elle pourrait ne pas bien performer, parce que personne d’autre n’est en mesure de le faire. Elle n’est tout simplement pas prête pour ce rôle et, pour tout dire, elle n’y est probablement pas adaptée – et elle le sait. Elle veut prendre des responsabilités de manière collégiale, pas seule.

Les dirigeants chinois sont réalistes. Ils comprennent leurs limites. Ils savent que leur pouvoir et leur importance constituent un problème majeur pour plusieurs.

Le pragmatisme n’est pas beaucoup au menu de l’administration Trump en ce qui concerne la Chine, car ce pays est considéré comme étant « un énorme concurrent stratégique ». Une élection étant inscrite au calendrier de 2020, la Covid-19 pourrait être avantageuse pour la campagne Trump si celle-ci peut convaincre les électeurs que Pékin est responsable de tout cela. Le locataire de la Maison-Blanche fonctionne parfaitement dans un climat d’« hostilité manifeste » que vous évoquez dans l’article. Étant donné que la politique mondiale est un énorme jeu d’échecs et d’après votre connaissance du dirigeant chinois, quelle sera la réponse de Xi Jinping face à tout cela? A-t-il ce qu’il faut, en termes de qualités de joueur d’échecs, pour affronter Trump sur l’échiquier mondial?

En termes de realpolitik, il s’en trouve plusieurs en Chine pour penser que la réélection du président américain actuel en novembre serait une bonne nouvelle, puisqu’il continuerait de fomenter des divisions, à éroder le rôle mondial des États-Unis et à affaiblir leur importance mondiale. Mais il s’en trouve d’autres qui comprennent qu’une telle détérioration soudaine et dramatique de la situation n’est pas bonne pour la Chine ou le monde, et qu’une Amérique qui semble afficher des divisions internes qui semblent ingérables n’est pas une bonne chose. Les dirigeants chinois sont réalistes. Ils comprennent leurs limites. Ils savent que leur pouvoir et leur importance constituent un problème majeur pour plusieurs. Ils n’ont tout simplement pas trouvé la bonne manière d’essayer d’exprimer cet état de fait. La manière utilisée pour mettre en œuvre leur agenda à Xinjiang, à Hong Kong et bien sûr à Taiwan n’a pas aidé non plus. Sur ces questions, ils ont le sentiment catégorique qu’il s’agit de politique intérieure et, par conséquent que les autres n’ont pas à s’en mêler. Le problème est que, bien entendu, les affaires intérieures chinoises ont désormais un impact sur le monde extérieur. Par défaut, cela fait en sorte qu’elles deviennent l’affaire des autres. La Covid-19 ne fait que mettre l’emphase là-dessus.

Comme d’autres pays, les Britanniques doivent faire un choix dénué d’ambiguïté. Abandonner les enjeux économiques ou s’aliéner ceux où priment la sécurité.

À la dernière page de l’article, vous évoquez l’attitude de la Grande-Bretagne envers la Chine. Dans ce jeu à somme nulle entre Washington et Pékin, quelle sera selon vous la posture adoptée par Whitehall dans l’avenir? Quel est l’état d’esprit du Premier ministre Boris Johnson à propos de cette rivalité?

Johnson est un praticien de l’approche « le beurre et l’argent du beurre », et il pense que la Grande-Bretagne peut continuer à équilibrer les bonnes relations économiques avec la Chine et ses relations étroites avec les États-Unis sur le plan sécuritaire. Bien entendu, la Covid-19 a rendu cet équilibre presque impossible. La Grande-Bretagne durcit sa position sur Huawei, ainsi que sur la façon dont elle filtre les investissements chinois. La question est toutefois de savoir comment – lorsqu’elle quittera l’union douanière de l’UE à la fin de cette année, et qu’elle sera potentiellement confrontée à la pire crise économique des temps modernes et qu’elle négociera avec les États-Unis qui pourraient être dans une situation similaire – pourrait-elle trouver de nouvelles sources de croissance. La Chine est la plus viable à l’heure actuelle. Les Britanniques doivent faire un choix dénué d’ambiguïté, soit abandonner les enjeux économiques ou s’aliéner ceux où priment la sécurité.

Il ne s’agit donc pas d’un simple cas où les démocraties prouveraient que leur prise de décision serait meilleure et que les régimes autocrates sont un échec. La Grande-Bretagne a enregistré de nombreux décès, mais Taïwan, qui est aussi une démocratie, affiche un très faible taux de décès – toujours à moins de 10%.

Les opposants de Xi au sein du PCC (parti communiste chinois) pourraient être tentés de profiter de la crise pour déstabiliser et compromettre son règne. Quelles sont les principales sources d’opposition à Xi à l’heure actuelle?

C’est très difficile à dire. Il y a eu peu de signes de désaccord face au pouvoir de Xi depuis un certain nombre d’années. Des divisions auraient pu se faire jour avec ce genre de crise, même si ce n’était qu’un problème chinois. Cela a cependant illustré que le reste du monde représente un environnement assez hostile à l’égard de la Chine en ce moment, éliminant de ce fait le scénario selon lequel le largage de Xi faciliterait les choses au niveau des relations avec le monde qui les entoure pour quiconque à l’échelle nationale. Il est également manifeste que même si de nombreux Chinois peuvent penser que leur gouvernement n’a pas accompli un excellent travail dans le dossier de la Covid-19, ils peuvent constater que d’autres pays affichent une gestion aussi mauvaise, sinon pire. Il ne s’agit donc pas d’un simple cas où les démocraties prouveraient que leur prise de décision serait meilleure et que les régimes autocrates sont un échec. La Grande-Bretagne a enregistré de nombreux décès, mais Taïwan, qui est aussi une démocratie, affiche un très faible taux de décès – toujours à moins de 10%. Dans une situation confuse comme celle-ci, il n’est pas étonnant que la majorité des Chinois optent pour le statu quo.

La clarté est la marque de commerce de Xi Jinping et il sait ce qu’il veut.

Selon vous, quelles sont les principales qualités de Xi en tant que leader et homme d’État?

La clarté est sa marque de commerce et il sait ce qu’il veut. Il est manifestement formidable en tant que politicien national. Alors que la plupart des dirigeants occidentaux ont été bousculé en traitant avec Trump, Xi a été communément chevronné – prenant la position de Trump au sérieux en tant que président et mesurant qu’il ne s’agit pas simplement d’un homme. C’est plutôt la fonction envers laquelle on doit articuler une politique.

Certains sont frustrés que la Chine ait ses propres aspirations

 À l’inverse, quelles sont ses principales lacunes?

Sa clarté, justement! Dans le passé, les dirigeants chinois pouvaient se montrer ambigus et amorphes, évitant ainsi de prendre des engagements. Hu Jintao en est un exemple typique. Personne ne savait vraiment où il se situait. Xi a au moins répondu aux questions au sujet des aspirations de la Chine, quelle est sa vision. En faisant cela, il a naturellement suscité beaucoup de critiques aux États-Unis et ailleurs simplement parce que l’idée que la Chine ait sa propre identité et aspirations offusque plusieurs de ses détracteurs – en particulier après avoir tant investi pour voir comment les relations économiques conduiraient à un changement politique, un scénario qui, bien sûr, ne s’est jamais produit jusqu’à présent, et qui a provoqué la frustration et la colère qui se manifestent dans la période Trump.

Je ne pourrais pas conclure cette entrevue sans vous demander si vous travaillez sur un livre à venir et, dans l’affirmative, quel sera le sujet abordé?

Je viens de terminer un livre au sujet de l’histoire contemporaine de la Chine qui sera publié par Polity Press le 1er juillet. Je travaille également sur une autre proposition de livre portant sur l’avenir du monde et un système international à deux vitesses où la Chine et les États-Unis parviennent à une forme d’entente, et ce, malgré leurs différences.

Je vous remercie encore infiniment, Professeur, pour la générosité de votre temps. Je suis impatient de lire vos prochains articles à propos de Xi Jinping et de la politique chinoise.

Churchill et la Covid-19

ChurchillAndrewRoberts

La crise actuelle face à la Covid-19 fait en sorte que plusieurs d’entre nous peuvent non seulement profiter de notre isolement (involontaire mais salutaire) pour avaler les chapitres de ces livres fascinants qui nous tombent entre les mains, mais aussi pour chercher à établir – et c’est mon cas – des parallèles intéressants et inspirants avec le passé.

J’ai donc eu le plaisir de demander à l’historien et biographe britannique Andrew Roberts quelles étaient ses observations à savoir comment Sir Winston Churchill se comporterait dans la période que nous traversons actuellement. Il a donc rapidement et généreusement accepté que je reproduise ici, pour le bénéfice de mes lectrices et lecteurs, une traduction de mon cru d’une analyse très pertinente qu’il a justement signée à ce sujet il y a moins d’une semaine. J’espère que ce texte vous plaira et saura vous motiver dans la résistance à cette pandémie.

Churchill et la grippe

Les PDG et chefs d’entreprise sont actuellement appelés à prendre des décisions qui auront des conséquences potentielles de vie ou de mort. Andrew Roberts explore les pandémies qui ont façonnées Winston Churchill et les leçons que nous lègue son leadership.

Le seul poème que Winston Churchill ait écrit au cours de sa longue vie était intitulé « Influenza ». Il portait sur l’épidémie qui ravageait l’Asie et l’Europe et qui a finalement terrassé un million de vies humaines entre 1889 et 1890. Il avait alors quinze ans et les douze vers de son ouvrage avaient été publiés dans le journal de son école, The Harrovian. En voici les premiers vers:

Ô comment dois-je relater ses combats
Ou mesurer la somme incalculable
Des maux qu’elle a causés
De la lumineuse terre céleste de Chine 
Jusqu’aux sables assoiffés de l’Arabie
Elle a voyagé avec le soleil 

Dans chacune des strophes suivantes, Churchill avait ensuite suivi la trace géographique de la maladie vers l’ouest jusqu’à ce qu’elle atteigne la Grande-Bretagne, dans un mélange de rimes juvéniles (« Jusque dans les sombres plaines de Sibérie / Où les exilés russes peinés en chaînes ») et des éclairs occasionnels d’un genre linguistique vivant (« Fléau vil et insatiable », « Dont la main répugnante et la cruelle morsure / Dont le souffle empoisonné et l’aile flétrie ») qui devaient être entendus à nouveau six décennies plus tard lorsque Churchill sera aux commandes du pouvoir en temps de guerre.

Dans l’avant-dernière strophe du poème, l’épidémie s’était estompée :

Son pouvoir létal s’est essoufflé
Et avec les vents favorables du printemps
(Bienheureuse est la période que j’évoque)
Elle a quitté notre mère-patrie

Avant que la Covid-19 ne quitte nos frontières, y a-t-il quelque chose que nous puissions apprendre de la geste churchilienne au sujet de la meilleure réponse que nous pourrions apporter à cette crise?

Parfois sans succès, certains dirigeants ont déjà tenté de s’inspirer de Churchill dans la crise actuelle.

Parfois sans succès, certains dirigeants ont déjà tenté de s’inspirer de Churchill dans la crise actuelle. La BBC rapportait que le Premier ministre italien, Giuseppe Conte, « citait Churchill » dans son allocution à la population italienne quand il déclarait que: « Nous vivons notre heure la plus sombre, mais nous allons surmonter la crise. » En fait, Churchill évoquait la « plus belle heure » de la Grande-Bretagne dans son grand discours du 18 juin 1940, alors que Darkest Hour (l’heure la plus sombre) était plutôt le titre du film de Gary Oldman à son sujet.

Au cours de sa vie, Churchill a pu observer plusieurs grippes et épidémies pseudo-grippales. Pendant la période de la grippe espagnole de 1917-19, il avait d’abord occupé le poste de Secrétaire d’État aux Munitions, avant d’être appelé à servir en tant que ministre de la Guerre. Catharine Arnold, auteure de Pandemic 1918, relate qu’au cours des 25 premières semaines de cette horrible pandémie, pas moins de vingt-cinq millions de personnes en sont mortes. La maladie a fini par terrasser plus de cinquante millions de personnes et a peut-être même fauché jusqu’à cent millions de vies à travers le monde, c’est-à-dire beaucoup plus que les victimes du conflit mondial cataclysmique qui l’a chevauchée chronologiquement.

La grippe – que les « fausses nouvelles » alliées attribuaient dans leur propagande à un phénomène délibérément développé par des scientifiques allemands, de la même manière que la propagande allemande blâmait les scientifiques alliés – est devenue particulièrement virulente dans les endroits où la guerre causait déjà la malnutrition. Il est une statistique remarquable que des 116 516 militaires américains tombés au combat durant la Première Guerre mondiale, pas moins de 63 114 (54,2%) sont décédés de la maladie (principalement la grippe espagnole), tandis que 53 402 (45,8%) sont tombés sur les champs de bataille.

« Les découvertes de la science de la guérison doivent profiter à tous. Il s’agit là d’une évidence. Tout simplement parce qu’elle incarne l’ennemi, la maladie doit être combattue, qu’elle mine l’individu le plus pauvre ou le plus riche ; on doit s’y attaquer de la même manière que les sapeurs mobiliseraient tous leurs efforts à combattre les flammes, qu’elles s’attaquent à la plus humble des maisonnettes ou à la demeure la plus cossue. »

 Winston Churchill

 Discours au Royal College of Physicians, le 2 mars 1944

Le sous-titre que Laura Spinney a choisi pour son livre Pale Rider est « La grippe espagnole de 1918 et comment elle a transformé le monde ». Dans son ouvrage, elle explique comment la maladie avait été porteuse d’effets politiques, culturels et sociaux incroyablement puissants dans le monde de l’après-guerre, dans des sociétés encore sous le choc de l’Armageddon militaire. Elle lui attribue même l’ascension du grand adversaire de Churchill, Mahatma Gandhi, et du mouvement nationaliste indien, notamment en raison du fait que des millions de personnes ont succombé à la grippe dans ce pays, un fléau que les autorités britanniques n’avaient pas été en mesure de contenir.

« Nous vivons une période périlleuse », écrivait Churchill à Sir Thomas Inskip, le ministre de la Coordination de la défense, dans une lettre de janvier 1937 au sujet du programme de réarmement nazi. Plutôt qu’à la menace allemande, Churchill faisait référence à la grippe dont souffrait Inskip. Il enjoignait le secrétaire d’Inskip de ne pas lui montrer la lettre avant qu’il ne soit rétabli. « J’espère que vous vous assurerez de prévoir les périodes de convalescence nécessaires. Toute ma famille a été frappée par ce fléau mineur et un certain nombre de jours de repos complets et libres de tout travail est absolument nécessaire pour une récupération parfaite. Jusqu’à présent, j’ai survécu et si j’en réchappe, je l’attribuerai à une bonne conscience ainsi qu’à une bonne constitution. » L’épidémie de 1937 était en effet mineure par rapport aux éclosions antérieures. Cependant, bien qu’une bonne constitution ait pu en effet s’avérer utile pour atténuer les effets du virus, il existe peu de preuves épidémiologiques pour suggérer qu’une bonne conscience ait été utile.

Sir Patrick Vallance, conseiller scientifique en chef du gouvernement, déclarait que, compte tenu de son étendue, si la Grande-Bretagne s’en sortait avec seulement vingt mille décès causés par la Covid-19, comparativement aux huit mille qui succombent normalement de la grippe à chaque année, ce serait « un bon résultat », tout bien considéré. Il avait naturellement raison. Il est bénéfique de rappeler que la Grande-Bretagne a cependant pleuré pas moins de 19 240 décès le premier jour de l’offensive de la Somme, le 1er juillet 1916. La bataille devait se poursuivre pendant encore cinq mois. Churchill la dénonçait comme étant une perte de vie abominablement importante, et ce, en comparaison de la quantité minime de terrain gagné. Il y eut également plus de 38 000 blessés ce jour-là. En comparaison, ceux et celles qui survivront à la Covid-19 s’en sortiront indemnes, sans perdre les membres et les organes affectés suite aux combats qui faisaient rage sur le front occidental [pendant la Première Guerre mondiale].

Comprenez bien que personne n’est déprimé dans cette demeure. Nous ne sommes pas intéressés par des scénarios de défaite : ils sont inexistants. – la Reine Victoria

En 1940, Churchill avait fait placer une carte sur la table du bunker du Cabinet de guerre à Whitehall. Elle y est toujours exposée dans les Churchill War Rooms. La carte consistait en une citation extraite de la lettre envoyée par la reine Victoria à Arthur Balfour pendant la Black Week (semaine noire) – la pire semaine de la guerre des Boers, en décembre 1899 – et qui se lisait comme suit: « Comprenez bien que personne n’est déprimé dans cette demeure. Nous ne sommes pas intéressés par des scénarios de défaite : ils sont inexistants. » À l’heure où les foyers du pays s’isolent face à la Covid-19, il y aurait pire devise à adopter.

Les scientifiques devraient être omniscients et non omnipotents. – Winston Churchill

La fille de Churchill, Mary Soames, me racontait un jour qu’il ne fallait jamais supposer de « ce que papa aurait pensé ou dit » à propos d’une situation ou d’un phénomène survenu après son décès, survenu en janvier 1965. Inutile de faire preuve d’une imagination très fertile pour deviner que sa réponse à la Covid-19 aurait été – fidèle à son habitude – résolue, éclairée par les scientifiques sans jamais être dominée par eux. « Les scientifiques devraient être omniscients et non omnipotents », affirmait-il un jour. C’est donc une très bonne chose que notre Premier ministre [Boris Johnson] soit un admirateur – en fait un biographe – de Churchill.

Pour affronter le long terme qui nous attend, les gens doivent être remplis d’espoir. – Winston Churchill

Alors que PDG et cadres supérieurs doivent prendre des décisions qui auront des conséquences bouleversantes pour leurs employés, il existe une autre citation, cette fois extraite du grand discours de Churchill prononcé le 14 juin 1940, qui pourrait leur être utile, une fois adaptée aux exigences qui prévalent en temps de paix, comparativement à un contexte de guerre.

« Pour affronter le long terme qui nous attend, les gens doivent être remplis d’espoir », de déclarer Churchill à la Chambre des communes, seulement dix jours après que les nazis eurent forcé le Corps expéditionnaire britannique à évacuer le continent à Dunkerque. « La tragédie va-t-elle se répéter? Que non! Ce n’est pas la fin de l’histoire. Les astres proclament la délivrance de l’humanité. Il ne sera pas si facile d’entraver le progrès des peuples. Les lumières de la liberté ne s’éteindront pas si facilement. Mais le temps presse. Chaque mois qui s’écoule s’ajoute à la longueur et aux périls de la route à parcourir. L’union fait la force. Divisés, nous tombons. La division cause notre perte et contribue au retour de l’Âge des ténèbres. L’union nous permettra de sauver et guider le monde. »

Andrew Roberts est l’auteur de Churchill: Walking with Destiny (dont la version française sera publiée chez Perrin à la fin du mois d’avril). Il est également le Roger & Martha Mertz Visiting Reader à la Hoover Institution de l’Université de Stanford. Son épouse, Susan Gilchrist, est présidente du groupe Global Clients au sein du Brunswick Group.

Traduit et reproduit avec l’aimable permission de l’auteur.

Source : https://www.brunswickgroup.com/churchill-flu-pandemic-i15478/

Les Red Arrows impressionnent Gatineau

7lbZB4cWRyyhbVyJpEvcvg
La haute-commissaire britannique Susan le Jeune d’Allegeershecque.

J’avais l’immense privilège d’être invité hier à l’arrivée des légendaires Red Arrows (l’escadrille acrobatique de la Royal Air Force) à l’aéroport de Gatineau. Ceux-ci prendront part aujourd’hui au spectacle aérien organisé par Aéro Gatineau-Ottawa.

En attendant l’atterrissage des 10 pilotes en formation, les représentants des médias ont pu assister au décollage de deux Spitfire et du majestueux et imposant C-400 servant au transport du matériel et du personnel de soutien de l’équipe.

Présente sur place, la haute-commissaire du Royaume-Uni au Canada, Susan le Jeune d’Allegeershecque, était ravie de la venue des Red Arrows en sol canadien. « Je pense qu’il s’agit là d’une belle manifestation des relations très étroites qui existent entre nos deux pays, une relation que nous ne devons jamais prendre pour acquise », d’avancer la diplomate qui se réjouissait par ailleurs du fait que les pilotes britanniques s’exécutent d’abord dans le ciel canadien avant de s’envoler pour les États-Unis pour poursuivre leur tournée nord-américaine. Il s’agit de la première présence des Red Arrows au Canada depuis 11 ans.

5AB22568-EA4D-4DCC-BF44-378737D6D983
En compagnie du Squadron Leader Martin Pert, un Écossais fort sympathique.

Rencontré à la toute fin de l’événement, le Squadron Leader Martin Pert (Red 1) – qui est originaire de Glasgow en Écosse – exprimait lui aussi son bonheur de séjourner chez nous. Questionné à savoir quels sont les ingrédients du succès pour lui et ses coéquipiers, il n’a pas hésité à mentionner la préparation et la patience. Le sympathique et généreux pilote expliqua également à des représentants des médias qu’une telle prestation nécessite beaucoup de travail. On parle d’environ un an de préparation. Lui et son équipe ne prennent donc rien à la légère pour en mettre plein la vue à leurs spectateurs.

F+pVz3%cQN2Bt9SvnV3%2w
Un appareil de l’escadrille des Red Arrows.

À l’heure où la Grande-Bretagne traverse une période politique très intense avec le Brexit et l’arrivée de Boris Johnson aux commandes du pays, la tournée des Red Arrows constitue une expression vrombissante et saisissante de l’immense et efficace soft power (puissance douce)de cette nation attachante qui n’en est pas aux premières heures difficiles de son histoire. La présence dans le ciel gatinois des deux Spitfire était d’ailleurs un beau clin d’œil à la bataille d’Angleterre, en 1940, durant laquelle les pilotes britanniques ont vaincu leurs adversaires de la Luftwaffe, évitant ainsi au pays de devoir composer avec un débarquement allemand.

L’histoire se répète souvent, bien que sous des déguisements différents, et elle sert de muse à ceux et celles qui veulent en retenir les leçons. Quoi qu’il arrive dans les prochaines semaines et les prochains mois, les Britanniques entendent bien demeurer une nation forte et inspirante à l’échelle internationale.

Pour l’heure, merci infiniment aux gens de Aéro Gatineau-Ottawa pour cette magnifique activité et pour la généreuse invitation à y prendre part.

Per Ardua ad Astra.