FDR was a model for Vladimir Putin

PutinFDR

LA VERSION FRANÇAISE SUIT

After reading his insightful, well-written and gripping book about President Vladimir Putin, I asked Professor Mark Galeotti if he would accept to answer a few questions for this blog. He swiftly agreed and I’m very grateful for the generosity of his time. Here is the content of our exchange.

Many sincere thanks Pr. Galeotti for accepting to respond to a few questions for my blog.

His very privacy means we all get to imagine our own personal Putin…

PutinMarkGaleottiOn page 22 of your excellent book about President Putin, you write “If people think you are powerful, you are powerful.” On page 53, you refer to “purposeful theatricality”. In your book, Putin doesn’t come across as a bad person. Is there an important difference between the public and private persona of the Russian President? How is Mr. Putin different in private than what he shows in public?

The thing is that we really have very little sense of the true private self of Vladimir Putin: he absolutely protects that side of his life, and instead what we see is a guarded and carefully managed public persona. I think that for all the opulence of his lifestyle – the palaces, the personal staff, the thousand-dollar tracksuits – he is actually something of a lonely and distant figure, now almost trapped within the public persona, but this is very much my own imagining. In a way, that’s the point: his very privacy means we all get to imagine our own personal Putin…

On page 75, you debunk the notion that Vladimir Putin is some kind of social conservative (he notably upholds abortion rights), arguing that he is a pragmatist first. This notion is unfortunately not widely known in the West. Why do you think observers and commentators still hold to the notion that he is some kind of conservative ideologue?

First of all, since we tend to associate extreme nationalism and extreme conservatism, but secondly because the Russians themselves have fostered this image abroad. It is one of the ways they try to build constituencies of support, ‘selling’ Russia – and Putin as an icon of Russia – to different groups by playing to their own interests. To the left, which is often critical of the US role in the world, Putin is presented as the one leader willing to stand up to Washington. To the socially conservative right, he is portrayed as a traditionalist leader – religious, manly – of the sort they esteem.

Although the prevailing image in the West is of Putin as the austere, brooding and dispassionate geopolitical chess player, he is actually driven much more by emotion.

Would you say that Vladimir Putin’s most important quality is loyalty and how does it define him?

Yes, but it is what I could describe as the very personal and visceral loyalty of the tribal chief rather than loyalty to ideals or nations. He does not make strong personal connections easily, but those who are in his close circle he will defend, indulge and heed. On the other hand, those he considers “traitors” he will see persecuted and hunted down, even killed. Coupled with that, though, is an equally primordial notion of “respect” – when he feels Russia is disrespected, he seems to feel that he too has been disrespected, and regards it as right and necessary to retaliate. It is interesting that although the prevailing image in the West is of Putin as the austere, brooding and dispassionate geopolitical chess player, he is actually driven much more by emotion.

On the other side of the coin, what would be his worst shortcoming and how does it affect him negatively?

Those notions of “loyalty” and “respect” are also shortcomings. They lead to his making Russia something of a pariah state with its interventions into Ukraine (which “betrayed” Moscow by seeking a closer relationship with the West) and even murders abroad (of “traitors”). They also mean he turns a blind eye to the way his cronies embezzle Russia on an industrial scale, a level of corruption which eats at both the national treasury and also the legitimacy of his regime.

You cannot force people to respect you; you can only earn it.

For many, the Russian President is a major threat to the West. Would you agree with this assessment or are his actions oriented around the simple fact that he seeks for Russia to be respected in the world?

I see Russia as a major challenge to the West but not a threat – this is a declining, post-imperial state, most of whose people would actually live lives more like those we live in the West. He believes that Russia deserves to be treated as a “great power” and granted special rights, not least over most of its neighbours. Because we are not willing to agree, he regards us as the aggressors, and he also considers domestic political opposition as stirred up by the West (I think he’s 95% wrong). So, yes, his actions are defensive in his eyes: he feels he has to push back against the West, to force us to grant Russia the special status he feels is its birthright. But you cannot force people to respect you; you can only earn it.

I read on many occasions that the Russian President is a history buff and that he likes to read biographies notably. Do you know more about his reading habits?

He has mentioned Hemingway and Dumas – manly adventures! – in interviews, but otherwise, beyond history, it has generally been Russian heavyweights such as Dostoevsky, Turgenev and Tolstoy. To be honest, though, I think it is pretty much de rigueur for any Russian leader to affect to love these classics of their country’s literary canon – I don’t know if he genuinely is a fan!

I don’t see Putin considering Stalin a role model.

Who are his historical models (in Russia and abroad if there are any in the latter)?

He only speaks of Russian ones, the great nation-builders such as Peter the Great and the early 20th century prime minister Peter Stolypin. He has also presided over a partial rehabilitation of Stalin that stresses victory in the Second World War and modernization of the country rather than the murderous tyranny, but I don’t see Putin considering him a role model.

Interestingly enough, in his early years as president, Putin also compared himself with America’s longest-serving president, Franklin Delano Roosevelt, specifically in that just as FDR “rescued” his country from the Great Depression, Putin led Russia out of the chaos and poverty of the 1990s. These days, as he has taken a more nationalist turn, we don’t get such parallels!

For his succession, he will probably jump a generation and go for someone currently relatively unknown.

Who are the rising stars, figures we should start following with meticulous interest, in the entourage of the President?

First of all, I think we should accept that if he ends up picking a successor in a time of his choosing, it is unlikely to be anyone currently on our radar: he will probably jump a generation and go for someone currently relatively unknown, not least to ensure his successor continued to need his support. That said, fate may take a hand, and at present the most interesting figures within the senior ranks of the elite who might yet rise further include the minister of defence, Sergei Shoigu and the mayor of Moscow, Sergei Sobyanin. But at present I’d be surprised if either ever became president.

What he has to fear are these strokes of fate, either relating to his own health or Russia itself.

Alternatively, who represents the greatest threat to this rule?

His real threats are not whos but whats. His control over the security apparatus is still strong; his public approval, while declining, is still solid; his capacity to sideline or eliminate rivals unchallenged. However, he is not especially good in dealing with the unexpected, something we are seeing in his unwillingness to show real leadership in the Covid-19 crisis. What he has to fear are these strokes of fate, either relating to his own health or Russia itself.

I certainly would have been happy to read several more pages about the Russian President in your book, since you are visible a well-informed and talented writer. I’m therefore looking forward to reading your upcoming book about the history of Russia.

________________________________________________

Mark Galeotti, We Need to Talk About Putin: How the West Gets Him Wrong, London, Ebury Press, 2019, 143 pages.

********************************************

FDR a été un modèle pour Vladimir Poutine

Après la lecture de son récent livre à propos du président Vladimir Poutine, un ouvrage révélateur, bien écrit et passionnant, j’ai demandé au professeur Mark Galeotti s’il accepterait de répondre à quelques questions pour ce blogue. Il a rapidement accepté et je suis très reconnaissant pour la générosité de son temps. Voici le contenu de notre échange.

Je vous remercie sincèrement, professeur Galeotti, d’avoir accepté de répondre à quelques questions pour mon blogue.

L’importance qu’il accorde à son intimité signifie que nous pouvons tous imaginer notre propre Poutine…

À la page 22 de votre excellent livre au sujet du président Poutine, vous écrivez: « Si les gens pensent que vous êtes puissants, vous êtes puissants. » À la page 53, vous faites référence à la « théâtralité délibérée ». Dans votre livre, Poutine n’est pas dépeint comme étant une mauvaise personne. Y a-t-il une différence importante entre les personnalités publique et privée du président russe? Comment est-il différent en privé de ce qu’il montre en public?

Le fait est que nous avons vraiment très peu d’informations à propos de la vie intime de Vladimir Poutine: il protège jalousement cet aspect de sa vie et, au lieu de cela, nous observons une personnalité publique très prudente et bien gérée. Je pense que, malgré toute l’opulence de son style de vie – les palais, le personnel, les survêtements à mille dollars – il est en quelque sorte une figure solitaire et distante, maintenant pratiquement piégée par sa personnalité publique, mais c’est vraiment seulement mon impression. D’une certaine manière, c’est un peu l’objectif de l’exercice: l’importance qu’il accorde à son intimité signifie que nous pouvons tous imaginer notre propre Poutine…

À la page 75, vous réfutez l’idée selon laquelle Vladimir Poutine est une sorte de conservateur social (il défend notamment le droit à l’avortement), en faisant valoir qu’il est d’abord et avant tout un pragmatique. Cette notion n’est malheureusement pas largement connue en Occident. Pourquoi pensez-vous que les observateurs et les commentateurs s’emploient toujours à le dépeindre comme une sorte d’idéologue conservateur?

D’abord parce que nous avons tendance à associer le nationalisme extrême et le conservatisme extrême, mais ensuite parce que les Russes eux-mêmes ont favorisé cette image à l’étranger. C’est l’une des manières par lesquelles ils essaient de constituer des groupes de soutien, en « vendant » la Russie – et Poutine en tant qu’icône de la Russie – à différents groupes en mettant l’emphase sur des caractéristiques qui rejoignent leurs propres intérêts. Pour la gauche, qui est souvent critique à propos du rôle des États-Unis dans le monde, Poutine est présenté comme étant le seul dirigeant prêt à tenir tête à Washington. Pour la droite socialement conservatrice, il est représenté comme étant un chef traditionaliste – religieux, viril – le genre d’homme qu’ils admirent.

Bien que l’image dominante en Occident soit celle d’un joueur d’échecs géopolitique austère, sombre et circonspect, Vladimir Poutine est en réalité beaucoup plus émotif.

Diriez-vous que la qualité la plus importante de Vladimir Poutine est la loyauté et comment la définit-il?

Oui, mais c’est ce que je pourrais décrire comme la loyauté très personnelle et viscérale du chef de tribu plutôt que la loyauté envers les idéaux ou les nations. Il n’est pas facile d’établir de solides relations personnelles avec lui, mais il défendra, sera complaisant et aura de la considération envers les membres de son cercle intime. En revanche, il s’assurera que ceux qu’il considère comme étant des « traîtres » soient persécutés et traqués, voire même tués. À cela s’ajoute cependant une notion tout aussi primordiale de « respect » – quand il a l’impression que la Russie n’est pas respectée, il estime qu’on lui manque de respect personnellement et considère qu’il est juste et nécessaire de riposter. Il est intéressant de noter que, bien que l’image dominante en Occident soit celle d’un joueur d’échecs géopolitique austère, sombre et circonspect, il est en réalité beaucoup plus émotif.

De l’autre côté de la médaille, quelle serait son pire défaut et comment cela l’affecte-il négativement?

Ces notions de « loyauté » et de « respect » sont également des lacunes. Elles ont conduit à faire de la Russie un État paria en raison de ses interventions en Ukraine (laquelle « a trahi » Moscou en voulant nouer des relations plus étroites avec l’Occident) et même des assassinats (de « traîtres ») à l’étranger. Elles signifient également qu’il ferme les yeux sur la façon dont ses copains commettent un détournement d’ampleur industrielle du pays, un niveau de corruption qui ronge à la fois le Trésor national et la légitimité de son régime.

Vous ne pouvez pas forcer les gens à vous respecter; vous ne pouvez que le mériter.

Pour beaucoup, le président russe est une menace majeure pour l’Occident. Seriez-vous d’accord avec cette évaluation ou ses actions sont-elles orientées selon le simple fait qu’il veut que la Russie soit respectée dans le monde?

Je perçois la Russie comme un défi majeur pour l’Occident, mais pas comme une menace – il s’agit d’un État post-impérial en déclin, dont la majorité de la population vivrait en réalité davantage comme la population occidentale. Il estime que la Russie mérite d’être traitée comme une « grande puissance » et de bénéficier de droits spéciaux, notamment par rapport à la plupart de ses voisins. Parce que nous sommes en désaccord, il nous considère comme étant les agresseurs et il considère également l’opposition politique intérieure comme étant fomentée par l’Occident (je pense qu’il a tort à 95%). Donc, oui, ses actions sont défensives à ses yeux: il estime qu’il doit réagir aux actions occidentales, pour nous forcer à accorder à la Russie le statut spécial qu’il considère comme étant un droit inné. Mais vous ne pouvez pas forcer les gens à vous respecter; vous ne pouvez que le mériter.

J’ai lu à plusieurs reprises que le président russe est un passionné d’histoire et qu’il aime notamment lire des biographies. En savez-vous plus sur ses habitudes de lecture?

Il a mentionné Hemingway et Dumas – des aventures viriles! – dans les entrevues, mais sinon, au-delà de l’histoire, il s’agit généralement de grands noms de la littérature russe comme Dostoïevski, Tourgueniev et Tolstoï. En toute honnêteté, cependant, je pense qu’il est à peu près de rigueur pour tout dirigeant russe d’afficher une affinité avec ces classiques du canon littéraire de leur pays – je ne sais pas s’il est vraiment un fan!

Je ne pense pas que Poutine considère Staline comme un modèle.

Quels sont ses modèles historiques (en Russie et à l’étranger (s’il y en a)?

Il ne parle que des Russes, des grands bâtisseurs de la nation comme Pierre le Grand et Piotr Stolypine, premier ministre en fonction au début du XXe siècle. Il a également été aux commandes d’une réhabilitation partielle de Staline qui met l’accent sur la victoire durant la Seconde Guerre mondiale et la modernisation du pays, plutôt que sur la tyrannie meurtrière, mais je ne pense pas que Poutine le considère comme un modèle.

Chose intéressante, Poutine, au cours de ses premières années à la présidence, s’est également comparé à celui qui a occupé le plus longtemps la présidence des États-Unis, Franklin Delano Roosevelt, notamment parce que, à l’image de FDR qui a « sauvé » son pays de la Grande Dépression, Poutine a conduit la Russie hors du chaos et de la pauvreté des années 1990. Aujourd’hui, comme il a effectué un virage plus nationaliste, on ne cite pas de tels parallèles!

Pour sa succession, il va probablement sauter une génération et opter pour un individu relativement inconnu actuellement.

Qui sont les étoiles montantes, les figures que nous devrions commencer à observer avec un intérêt méticuleux, dans l’entourage du président?

Tout d’abord, je pense que nous devrions accepter que s’il finit par choisir un successeur au moment de son choix, il est peu probable que cet individu se trouve actuellement sur notre radar: il va probablement sauter une génération et opter pour un individu relativement inconnu actuellement, si ce n’est que pour s’assurer que son successeur ait toujours besoin de son soutien. Cela dit, l’avenir peut nous réserver un coup de main et, à l’heure actuelle, le ministre de la Défense, Sergei Shoigu, et le maire de Moscou, Sergei Sobyanin, font partie des figures les plus intéressantes de l’establishment qui pourraient encore prendre du galon. Mais pour le moment, je serais surpris si l’un ou l’autre accédait à la présidence.

Ce qu’il a à craindre, ce sont les coups du destin, ceux liés à sa propre santé ou à la Russie elle-même.

Alternativement, qui représente la plus grande menace pour ce régime?

Les vraies menaces qui le guettent ne sont pas qui mais quoi. Son contrôle sur l’appareil de sécurité est toujours solide; bien que déclinant, son taux d’approbation publique est toujours solide; sa capacité de tenir à l’écart ou d’éliminer des rivaux est incontestée. Cependant, il n’est pas particulièrement doué pour faire face aux imprévus, ce que nous constatons dans sa réticence à faire preuve d’un véritable leadership dans la crise de la Covid-19. Ce qu’il a à craindre, ce sont les coups du destin, ceux liés à sa propre santé ou à la Russie elle-même.

J’aurais été très heureux de lire plusieurs pages additionnelles au sujet du président russe dans votre livre, car vous êtes un auteur bien informé et talentueux. J’ai donc bien hâte de lire votre prochain livre sur l’histoire de la Russie.

________________________________________________

Mark Galeotti, We Need to Talk About Putin: How the West Gets Him Wrong, London, Ebury Press, 2019, 143 pages.

The Russian Phoenix

VVPImmoralRegiment_TASS
Russian President Vladimir Poutine carrying his father’s picture during the March of Immortal Regiment that is held every year on the occasion of Victory Day (source: TASS News Agency).

“Russia is like a phoenix: it repeatedly turns to ashes only to be reborn in some new guise”. In itself, this quote from Dmitri Trenin’s recent book encapsulates why we need to continually learn more about the history of this country, which is, whether we like it or not, one of the great powers jockeying for influence in today’s world.

There has been a tendency, after the dismantling of the USSR in the early 1990s, to assume that the Soviet régime has been a failure and that its architects had failed, automatically sending their statecraft experiment to the dustbin of history. Dmitri Trenin gives plenty of material to those who do not subscribe to that school of thought.

RussiaDmitriTreninI will always be amazed at how Lenin succeeded in carrying the day in the Fall of 1917, with only a handful of followers. But one of the main characteristics of the first Soviet leader, according to the author, who is also Director of the Carnegie Moscow Center, was that “Lenin’s political genius lay in his uncanny ability to adapt to fast-changing circumstances.” In a nutshell, he was a pragmatist who knew how to fill the void of leadership at a crucial time. The same could be said about his successor, Stalin, who “[…] reversed his stance on the Russian Orthodox Church” during the Great Patriotic War, when he realized that religion was a glue that could mobilize the people behind the war effort.

As a fan of Mikhail Gorbachev since my youth, I therefore found it hard to read Dmitri Trenin’s assessment of the last leader of the USSR. Between the lines, one can understand that the chief proponent of Perestroika was not a pragmatist and a student of Realpolitik because the country “[…] was by no means doomed, but it required a leader who could act decisively, albeit thoughtfully, professionally, and very carefully. What it got instead was a dreamer.” Ouch.

In the darkest hours of its history, Russia needs “strong leadership and discipline [to keep] the country together.”

Some people and observers might have forgotten it, but Russia during the reign of Boris Yeltsin was not the most successful experiment. Savage capitalism, rampant criminality, lack of standing on the world scene were only a few hallmarks of what any keen student of the country could see or read in the daily news. If you add the Russian president’s dire health condition to the picture, you realize that the country was living another of its turning point. Everything was in the balance. And then came Vladimir Putin.

For all his shortcomings – tons of trees have been felled to please the intellect of his detractors – Yeltsin’s successor has met the challenge of Russian statecraft. “Russians have never had it so good”, according to Dmitri Trenin. Aside from being a strong leader, “the secret of Putin’s staying power at the top of the Russian system […] is his ability to reach out to millions of ordinary people, and to feel their needs.”

One of those needs is to know that their country is recognized as a great power. While not responding to any material, concrete and day-to-day basic need, Russians are aware that the successful battle they waged at Stalingrad to defeat the German troops was “the turning point in the war”, after which “the frontline started moving westward”. Academics and armchair generals can argue for days trying to decide if Stalingrad really was the true turning point, but it doesn’t matter what outsiders think. What matters is what Russian people think. And, on that score, President Putin has always shown that he is on the same page as them, a feeling that can be observed when he strolls down the streets of Moscow at the same time as millions of his countrymen and countrywomen who sacrificed their lives to stand in the way of the Nazi hordes. And when we can observe the growing presence of Russia, notably with boots on the ground, in the Middle East. Russian are very proud of and attached to their brand of exceptionalism.

And for those who might underestimate the resilience of the Russian people in front of adversity, the author points out that Russian troops did not wave the white flag of surrender in front of advancing Germans tanks and infantrymen, contrary to what happened on the Western Front. In itself, the evocation of this attitude is at the same time a warning to all those who think that the Russian spirit can be vanquished with sanctions, confrontation or underestimation.

History attests to the fact that the Russian phoenix has always risen to the occasion. In many instances, whether it was with “Orthodox monarchy, Soviet Communism, or crony capitalism”, the country mastered the art of transforming adversity in opportunity. In itself, that should be a sufficient reason to be fascinated with its history.

And Dmitri Trenin’s insightful book is an excellent starting point for anyone wanting to understand this fascinating country.

________________

Dmitri Trenin, Russia, Cambridge, Polity, 2019, 212 pages.

I would like to express all my gratitude to Mr. Lucas Jones, publicist for Polity Books in North America for his generous assistance in providing me with a review copy of Dr. Trenin’s books.

Comprendre le pouvoir russe

MarcWithGorby
L’auteur photographié en compagnie de l’ancien président Mikhaïl Gorbatchev en 2011.

À quelques jours de mes 17 ans, en août 1991, j’apprenais que le dirigeant soviétique Mikhail Gorbatchev était victime d’un coup d’État. Fasciné que j’étais par tout ce qui concernait ce pays et son histoire, il n’en fallait guère plus pour m’inquiéter au sujet de ce leader admiré, mais aussi de me fasciner de ce que cet événement signifiait dans la grande trame de l’histoire du pays des tsars. À l’époque, nous ne disposions pas de toutes les plateformes médiatiques permettant de suivre l’évolution du putsch en temps réel – mis à part les bulletins de nouvelles à la radio. Je m’étais donc employé à téléphoner, plusieurs fois par jour, à la salle de rédaction du quotidien local pour m’enquérir des développements à Moscou et en Crimée, là où Gorbatchev était retenu contre son gré. Fort probablement au grand désespoir du directeur de l’information qui me répondait toujours généreusement.

Le Kremlin et ses locataires m’ont toujours fasciné. Je raffole depuis mon jeune âge de lectures détaillant les intrigues ourdies au sommet du pouvoir rouge et permettant de mieux connaître les grandes figures qui en étaient la cause.

SecretsduKremlinC’est avec un peu de retard, mais ô combien de plaisir que j’ai dévoré Les secrets du Kremlin 1917-2017 sous la plume avertie de l’historien et journaliste Bernard Lecomte. Les 16 chapitres de ce livre agrémenté par l’une des plumes les plus agréables qu’il m’ait été donné d’apprécier permettent de franchir les murs de cette enceinte dont l’aura de mystère fait non seulement sa réputation historique, mais lui confère également son influence.

L’idée principale que j’en retiens est que, pour arriver au pouvoir en Russie et y demeurer, il faut savoir jouer de ruse et ne jamais baisser la garde. Bernard Lecomte nous permet à cet égard de marcher sur les pas d’un Lénine prenant le pouvoir à force d’obstination et malgré une révolution mal préparée. Et d’un Nikita Khrouchtchev qui prend les commandes de l’État en 1953, mais « […] en qui personne ne voit encore un leader de premier plan. » Pour revenir au putsch de 1991, ce moment charnière aura permis à un Boris Eltsine sous-estimé par les comploteurs de devenir une figure incontournable en se hissant sur un char d’assaut. Et que dire de ce Vladimir Poutine relativement inconnu qui devient maître des lieux en exhibant la jeunesse et la vigueur devant un Eltsine malade et au bout de ses forces, alors les 12 coups de minuit sonnent l’arrivée de l’an 2000 sur la Place Rouge? Dans ce registre, force est d’admettre que le meilleur chapitre est celui (tout simplement savoureux) où l’historien relate la partie d’échecs entre Staline et De Gaulle.

L’auteur nous permet également de constater que ceux qui n’ont pas maîtrisé cette leçon en ont payé le prix fort. Que ce soit Nicolas II qui refuse d’éloigner le clivant et scandaleux Raspoutine et qui évince ceux qui lui prodiguent ce sage conseil, Trotsky qui ne se méfie pas de son futur assassin ou encore Khrouchtchev qui fait la sourde oreille aux propos de son fils qui le met en garde contre les basses messes des artisans de son prochain renversement en 1964. Pour ce qui est de Gorbatchev, celui-ci ne se méfie pas de ses plus proches collaborateurs, dont le secrétaire général de la présidence (Valeri Boldine) et le chef de la sécurité du Kremlin (Iouri Plekhanov). Quant à ceux qui veulent le déposer, ils sont menés par « […] un quarteron de médiocres, incapables de parler en public, et qui n’ont même pas su se donner un chef, un vrai! »

Bernard Lecomte permet de mesurer à quel point la perception de puissance et de contrôle est vitale pour ne pas perdre l’équilibre au sommet de l’État en Russie (ou en URSS dans le passé). Ébranlé par les événements, Staline craignait d’être mis hors circuit par ses collaborateurs venus le rencontrer dans sa datcha après l’invasion allemande de juin 1941.

Un dernier commentaire, avant de terminer. Le maréchal Joukov fait trois apparitions remarquées dans les épisodes relatés par Bernard Lecomte, notamment lorsque le temps est venu de régler son compte à Beria en juin 1953 et pour sauver la peau de Khrouchtchev en juin 1957 (en tant que ministre de la défense, il envoya alors des avions cueillir les membres du comité central dans les régions les plus éloignées pour les transporter à Moscou). Les forces armées sont un partenaire inséparable du pouvoir au Kremlin. Quiconque souhaite comprendre la nature et le fonctionnement du pouvoir russe doit inévitablement suivre les mouvements de la nomenklatura militaire. Les journées fatidiques d’août 1991 auraient pu prendre une tournure bien différente si les forces russes s’étaient rangées derrière les putschistes. L’historien constate que « […] chacun sait qu’il suffit d’une dizaine de chars, quelques lance-grenades et un commando de forces spéciales pour anéantir la résistance. »

On attribue à Vladimir Poutine un vif intérêt pour l’histoire. Il serait notamment un lecteur vorace de biographies. Praticien rusé du pouvoir, il a sans doute retenu toutes ces leçons pour se hisser et exercer le pouvoir pendant deux décennies. Sa succession – aussi éventuelle soit-elle – risque de susciter la rédaction d’un nouveau chapitre, lequel sera sans doute aussi fascinant que ceux contenus dans cet agréable livre.

Une lecture incontournable pour ceux et celles qui veulent mieux comprendre les ressorts du pouvoir de la puissance russe.

Malheureusement, trop peu de livres sont consacrés à l’histoire politique russe et ses acteurs dans la langue de Molière. Soyons donc reconnaissants à Bernard Lecomte pour cet excellent ouvrage, en espérant qu’il récidivera.

__________________

Bernard Lecomte, Les secrets du Kremlin 1917-2017, Paris, Perrin, 2016, 384 pages.

Je tiens à remercier Caroline Babulle, des Éditions Perrin, pour sa précieuse collaboration et son soutien envers ce blogue.

Napoléon et La Marseillaise

LaMarseillaise
Source: https://www.defense.gouv.fr/terre/actu-terre/archives/la-marseillaise-et-la-fete-nationale

En ce 199e anniversaire de la disparition de Napoléon du monde terrestre, il est approprié de publier un billet au sujet de l’Empereur aujourd’hui.

ThierryLentz_FondationNapoleon
Thierry Lentz (source: Fondation Napoléon)

Je suis abonné à la Lettre hebdomadaire de la Fondation Napoléon, dont la lecture me procure toujours énormément de plaisir. Depuis aussi loin que je me souvienne, j’aime l’hymne national français, La Marseillaise. Ses accents militaristes rejoignent toujours mes dispositions favorables envers la Res Militaris. Vendredi dernier, le directeur de la Fondation et éminent historien Thierry Lentz y publiait un excellent article portant justement sur les origines de l’hymne composé par Rouget de l’Isle, lesquelles m’étaient jusqu’alors inconnues. Je sais, c’est scandaleux.

Thierry Lentz publiera un Dictionnaire historique sur Napoléon en septembre prochain chez Perrin.

L’auteur, dont j’ai recensé le livre Le diable sur la montagne : Hitler au Berghof 1922-1944 il y a deux ans, me confiait d’ailleurs que son prochain livre : Napoléon. Dictionnaire historique sera publié le 3 septembre chez Perrin.

Inutile de vous confier que suis déjà impatient de mettre la main sur un exemplaire.

D’ici là et parce que Bonaparte, en son temps, a, lui aussi passé un printemps difficile, je crois que je vais relire Les vingt jours de Fontainebleau : La première abdication de Napoléon 31 mars – 20 avril 1814. Un autre excellent livre sous la plume de cet auteur fort sympathique.

D’ici là, bonne lecture!

________________________

Composé dans la nuit du 25 au 26 avril 1792 sous le titre de Chant de guerre pour l’armée du Rhin, devenue l’Hymne des Marseillais puis La Marseillaise après qu’elle eut été adoptée par les fédérés de la cité phocéenne remontant vers Paris au mois de juillet suivant, l’œuvre de Claude-Joseph Rouget de l’Isle (1760-1836) est réputée avoir été « interdite » par Napoléon. Il s’agit largement d’une idée reçue.

La Marseillaise fut rejouée par la musique de la Garde au début de la bataille de Waterloo, moment où il fallait relier les combattants de 1815 à ceux de la levée en masse contre l’Europe coalisée.

Parce que ce chant lui rappelait trop le 10 août 1792 et le massacre des Suisses, auxquels il avait assisté, il n’aimait certes pas la composition, mais sans pour autant l’interdire. Ainsi, en 1797, pendant la campagne d’Italie, il avait prescrit à Berthier de la faire jouer, mais seulement pendant les revues, jamais pendant les assauts. Plus tard, après son accession au pouvoir, même si les paroles lui déplaisaient, il en toléra l’interprétation aux armées, mais jamais en sa présence. La Marseillaise ne faisait plus partie des sonneries réglementaires. Elle fut toutefois rejouée par la musique de la Garde au début de la bataille de Waterloo, moment où il fallait relier les combattants de 1815 à ceux de la levée en masse contre l’Europe coalisée. Malgré ces quinze ans de sommeil, aucune prohibition formelle ne fut édictée, contrairement à ce qui se passa sous le Second Empire, moment où La Marseillaise gagna ses galons de chant de ralliement des opposants républicains.

Napoléon n’appréciait pas beaucoup Rouget de l’Isle, mais l’auteur repose ironiquement avec l’Empereur aux Invalides.

À la composition de Rouget de l’Isle, Napoléon préférait Le Chant du départ, d’Étienne-Nicolas Méhul, la Marche consulaire, du chef de musique Guillardel, ou le Veillons au salut de l’Empire, écrit en 1791 par le chirurgien Adrien-Simon Boy sur une romance tirée de l’opéra Renaud d’Ast de Nicolas Dalayrac (1787).

RougetDeLIsle_MuseeDeLArmee
Claude-Joseph Rouget de l’Isle (source: Musée de l’Armée)

Ajoutons que Rouget de l’Isle n’était guère apprécié de Napoléon. Militaire défroqué, il occupait un poste de conseiller d’ambassade en Hollande au moment de Brumaire. Il jouissait alors d’efficaces protections, comme celles de Carnot, des Tallien et de Joséphine. Cette dernière, qui le connaissait depuis les temps chauds de la Révolution, a même été soupçonnée à tort d’avoir été sa maîtresse. Tout sembla bien commencer pourtant pour le compositeur qui se vit commander un « chant guerrier » par le Premier Consul, en mars 1800. L’œuvre, intitulée Chant des combats, fut achevée, jouée sans aucun succès et vite oubliée. L’auteur en fut amer, continua à solliciter la bienveillance (c’est-à-dire : des commandes) des autorités et, n’essuyant que des refus, assomma le chef de l’État de lettres critiques sur sa pratique du pouvoir. Il se lança aussi dans les affaires, convainquant Joséphine d’investir dans l’immobilier avec la Compagnie Goisson, par ailleurs chargée de fournitures aux armées espagnoles. L’opération fut un échec. Goisson attaqua Rouget devant les tribunaux et celui-ci ne trouva rien de mieux pour se défendre que de mettre en cause Mme Bonaparte. Il est vrai qu’elle s’était montrée imprudente en soutenant les spéculations et en recommandant ses associés à plusieurs ministres. Une fois l’affaire réglée à l’amiable, l’auteur de La Marseillaise n’eut plus rien à espérer de ses anciens protecteurs, ce qui ne l’empêcha pas de réclamer sans cesse un poste. Il n’en eut aucun, se renfrogna de plus en plus et se laissa aller à écrire des pamphlets contre le régime. Il vivota ainsi jusqu’à la chute de l’Empire, traduisant des ouvrages anglais et rédigeant des préfaces aux livres des autres. Rallié à Louis XVIII, il ne fut pas plus aidé par la Restauration, en dépit de ses écrits peints aux couleurs du royalisme militant. Il dut attendre l’avènement de Louis-Philippe pour retrouver quelques moyens, le roi bourgeois se rappelant que La Marseillaise avait accompagné les armées révolutionnaires dans lesquelles il avait combattu en 1792.

L’ironie de l’histoire veut que le cercueil de Rouget de l’Isle a été transféré aux Invalides en juillet 1915, en attendant d’être porté au Panthéon. La loi de panthéonisation n’ayant pas été votée, il se trouve encore dans la crypte des gouverneurs, à quelques mètres de celui de l’Empereur.

Thierry Lentz
Directeur de la Fondation Napoléon
Avril 2020

Source : https://www.napoleon.org/histoire-des-2-empires/articles/napoleon-et-la-marseillaise/

 

De Gaulle et Israël

PhotoBenGourionDeGaulle_NouvelObservateur
Le Premier ministre israélien David Ben Gourion et le président Charles de Gaulle (source: Nouvel Observateur)

Nous célébrerons dans quelques heures le 72e anniversaire de l’indépendance de l’État d’Israël, une célébration connue sous le nom de Yom Ha’atzmaut.

 

C’est donc un réel privilège pour moi de publier ici les réponses aux questions que j’ai adressées à l’historien et journaliste Éric Branca, lesquelles portaient principalement sur la relation – amicale, me permettrez-vous de le souligner – entre Charles de Gaulle et David Ben Gourion, premier Premier ministre d’Israël.

Je rappelle ici que M. Branca est l’auteur d’un livre passionnant, De Gaulle et les grands (publié par les Éditions Perrin) qui contient notamment un chapitre portant sur la relation fascinante entre les deux hommes d’État. Un livre à lire, absolument!

Voici le contenu de notre échange.

De Gaulle reconnaissait le génie politique de David Ben Gourion et appréciait Shimon Peres.

Après avoir lu De Gaulle et les grands, une conception qui m’habitait a été battue en brèche, celle suivant laquelle le Général était un politicien conservateur (je pense principalement à votre chapitre sur sa relation avec Jean XXIII). Selon vous, où se situerait-il aujourd’hui sur l’échiquier?

DeGaulleEtLesGrandsDe Gaulle n’était, par nature, ni conservateur ni progressiste, ou si vous préférez, il était les deux à la fois, ce qui revient au même. Comme président de tous les Français, il tenait pour son devoir d’emprunter ce qu’il y avait de meilleur dans les deux traditions politiques pour assurer le Salut public. Nul n’a mieux résumé sa propre position sur le sujet que lui-même, lors de son entretien télévisé du 15 décembre 1965 avec Michel Droit : « La France, c’est tout à la fois. Ce n’est pas la gauche, la France! Ce n’est pas la droite, la France! Naturellement, les Français, comme de tout temps, ressentent en eux des courants. Il y a l’éternel courant du mouvement qui va aux réformes, qui va aux changements, qui est naturellement nécessaire, et puis, il y a aussi un courant de l’ordre, de la règle, de la tradition, qui, lui aussi, est nécessaire. C’est avec tout cela qu’on fait la France. Prétendre faire la France avec une fraction, c’est une erreur grave, et prétendre représenter la France au nom d’une fraction, c’est une erreur nationale impardonnable. » 

Je m’intéresse beaucoup à l’histoire politique d’Israël. Et votre chapitre sur la relation de de Gaulle avec Ben Gourion fut un véritable délice. Vous évoquez, à la page 280, que le Général reconnaissait le génie politique et militaire du premier ministre israélien. Puisque je comprends que vous ne pouviez tout écrire dans votre livre (faute d’espace), accepteriez-vous de nous en dire plus à ce sujet?

Le génie politique de Ben Gourion s’est notamment manifesté dans l’affaire de l’Exodus, laquelle a plus fait pour la cause israélienne que tous les attentats de l’Irgoun.

Ce qui a convaincu de Gaulle du génie politique de Ben Gourion, c’est la manière dont il a mené sa barque à l’égard des Britanniques en se rangeant loyalement à leur côté contre les nazis jusqu’à la capitulation du Reich puis, au lieu de combattre ouvertement la Grande-Bretagne quand celle-ci cherchait à se maintenir de force en Palestine, en prenant le monde à témoin de l’injustice que l’Angleterre faisait subir au peuple juif en empêchant l’installation en Palestine des victimes de la Shoah. L’affaire de l’Exodus a plus fait pour la cause israélienne que tous les attentats de l’Irgoun. Pour de Gaulle, cette stratégie était la marque d’un grand politique, l’équivalent de ce que lui-même avait fait quand, après le débarquement américain en Afrique du Nord, il avait pris l’opinion à témoin de l’injustice que Roosevelt faisait subir à la France en préférant pactiser, à Alger, avec les représentants de Vichy plutôt qu’avec les Résistants de la première heure… De Gaulle, comme Ben Gourion, étaient passés maîtres dans l’art de la stratégie asymétrique, autrement dit, de la dissuasion du faible au fort.

À juste titre, Ben Gourion prévoyait que le refus du plan de partage de 1947 par les Arabes serait la cause de beaucoup de conflits ultérieurs.

Le Général avait également jugé à sa juste valeur le réalisme de Ben Gourion qui, en 1948, avait accepté le plan de l’Onu de partager la Palestine entre juifs et Arabes… Et sévèrement jugé le rejet de ce plan par ces derniers, qui privaient, ipso facto, les Palestiniens de frontières internationalement reconnues et garanties, à l’égal des frontières israéliennes. Il prévoyait, à juste titre, que ce refus serait la cause de beaucoup de conflits ultérieurs. Remarquez bien aussi qu’il ne mettait pas en cause les Palestiniens eux-mêmes, auxquels on n’avait guère demandé leur avis, mais bien les États arabes de la région qui, en refusant l’existence de l’État d’Israël, faisait preuve d’un maximalisme qui mettait en cause la sécurité même desdits Palestiniens. Accepter la création d’Israël était, pour lui, la garantie même de l’existence d’un État palestinien.

Au Moyen-Orient comme ailleurs, de Gaulle a toujours considéré l’équilibre comme la principale vertu pour maintenir la paix.

Une autre idée reçue qui a été mise à mal en lisant votre livre est justement relative à la relation entre de Gaulle et Israël. Je n’avais pour seule impression que celle de son propos (incendiaire) sur « le peuple dominateur », mais je perçois que sa position n’était pas aussi tranchée. À part Ben Gourion, qu’il considérait comme son ami, avait-il noué des relations avec d’autres grandes figures du pays?

N’oubliez pas l’entièreté de la phrase : « peuple d’élite, sûr de lui et dominateur ». Si de Gaulle avait une grande admiration pour le peuple israélien et sa combativité, il le mettait en garde contre la tentation de tout État, juif ou non, ce n’est pas la question, d’user et d’abuser de sa force. « N’exagérez pas! » a toujours été son maître mot quand il rencontrait des dirigeants israéliens. Ce n’est pas parce que les Arabes ont eu tort de ne pas saisir la main tendue de 1948 qu’il fallait en profiter pour les écraser. Car alors, on entre dans le cycle mortel « occupation, répression, expulsion » qu’il décrit dans sa fameuse conférence de presse de 1967. Et on crée, en retour, les conditions d’un terrorisme non moins injuste. Au Moyen-Orient comme ailleurs, de Gaulle a toujours considéré l’équilibre comme la principale vertu pour maintenir la paix. C’est pourquoi il a toujours dit que la France serait toujours du côté de l’État d’Israël si son existence devait être mise en cause, mais qu’il ne le soutiendrait pas s’il lui arrivait de s’en prendre à ses voisins, même « préventivement ». Il ne vous aura pas échappé, d’ailleurs, que ceux qui attaquent font toujours usage du concept de « prévention »… Les Arabes en 1957 ou 1973; les Israéliens en 1967. De Gaulle n’était pas dupe de ce petit jeu sémantique.

Quant à votre question sur les personnalités sionistes que de Gaulle appréciait, j’en vois au moins deux : le grand écrivain Albert Cohen qui, comme directeur de l’Agence juive, avait puissamment aidé la France Libre à ses débuts ; et Shimon Peres, qui deviendra premier ministre puis président de l’État d’Israël, et qu’il avait connu quand celui-ci était le bras droit de Ben Gourion au parti travailliste.

La pensée sociale de de Gaulle fit en sorte qu’il s’intéressait aux Kibboutz et aux réalisations sociales du sionisme « travailliste » dont il admirait les réalisations.

Vous exposez fort bien que de Gaulle se situait dans le camp du progressisme, ce qui constitue une passerelle avec le peuple juif, lequel est très attaché à des valeurs que l’on pourrait qualifier « de gauche ». En raison du fait que c’est l’un des sujets à propos duquel votre livre suscite la plus grande curiosité en moi, accepteriez-vous de nous en dire plus sur la pensée sociale du célèbre personnage?

Attention à ne pas faire du général un « progressiste » au sens actuel du terme. De Gaulle était un apôtre du progrès social – au sens de la lutte contre les inégalités – il n’était pas pour le « progressisme » au sens qu’a pris ce mot depuis longtemps en Amérique du Nord, ou dans la France d’Emmanuel Macron, qui consiste à considérer que toutes les revendications issues de la société sont acceptables, fussent-elles les plus minoritaires. Pour de Gaulle, l’État a pour vocation d’incarner l’intérêt général, le bien commun. Cela signifie qu’il n’est pas dans sa nature de se mettre à la remorque des pulsions individualistes qui peuvent se faire jour à tel ou tel moment, à la faveur de telle ou telle atmosphère. Sa pensée sociale, rappelons-le encore et toujours, puisait ses racines à la fois dans la doctrine sociale de l’Église (Ozanam, Lamennais, La Tour du Pin) et dans la tradition du socialisme français non marxiste, celui de Proudhon, en particulier. L’idée de « l’association capital-travail », qui a donné naissance à la « participation » est directement issue de ces deux courants, complémentaires dans son esprit. D’où son intérêt pour les Kibboutz et les réalisations sociales du sionisme « travailliste » dont il admirait les réalisations, comme il l’a écrit en 1940 à Albert Cohen.

Merci de citer la source si vous utilisez ce texte.

___________________________

Éric Branca, De Gaulle et les grands : Churchill, Hitler, Roosevelt, Staline, Tito, Adenauer, Jean XXIII, Houphouët-Boigny, Kennedy, Ben Gourion, Nasser, Nixon, Franco, Mao…, Paris, Perrin, 2020, 432 pages.

De Gaulle et la Covid-19

ÉricBranca_LigueDéfenseJuive
L’historien et journaliste Éric Branca (source: Éditions Perrin)

Suite à la lecture de son excellent De Gaulle et les grands publié chez Perrin, me suis entretenu avec l’historien et journaliste Éric Branca à propos du général et de la crise de la Covid-19. Je vous invite d’ailleurs à lire ma recension de cet excellent livre. Voici donc, sans plus de cérémonies, le contenu de notre échange, pour lequel je lui suis d’ailleurs sincèrement très reconnaissant.

Est-ce que Charles de Gaulle serait bien équipé pour affronter une crise comme celle de la Covid-19 et pourquoi?

Vous savez, il est toujours imprudent de refaire l’histoire avec des « si »! Mais votre question est pleine d’intérêt parce que, dans ce cas précis, on sait très exactement ce que de Gaulle aurait fait… puisqu’il l’a fait! De Gaulle ou plutôt la France redevenue une très grande puissance économique grâce à son action.

Le monde a connu une crise sanitaire très semblable à celle de 2020 : la grippe de Hong Kong de 1968.

DeGaulleEtLesGrandsOn l’a oublié aujourd’hui, mais le monde a connu une crise sanitaire très semblable à celle de 2020 : la grippe de Hong Kong de 1968 qui a tué non pas 130 000 personnes dans le monde, comme le Covid-19 à la mi-avril, mais largement plus d’1 million, à une époque où la planète comptait moins de 4 milliards d’hommes. La moitié moins qu’aujourd’hui… En France, cette même grippe de 1968 a tué 17 000 personnes, sur une population de 50 millions d’habitants (contre 65 millions en 2020). C’est dire si l’alerte a été sévère.

Pour autant, le système de santé n’a pas été débordé, on n’a pas confiné toute une population chez elle, l’économie ne s’est pas arrêtée, bref, personne n’a pensé une seconde qu’une grippe, aussi contagieuse soit-elle, allait provoquer un collapsus économique planétaire semblable à la crise de 1929.

L’ouragan néo-libéral a rendu nos sociétés fragiles et détruit nos réflexes de survie sous prétexte de rationalité comptable.

Pourquoi? Parce que l’ouragan néo-libéral n’avait pas encore rendu nos sociétés si fragiles ni surtout détruit nos réflexes de survie sous prétexte de rationalité comptable. Parce que la santé publique était encore considérée comme un sanctuaire. Bref, parce que nos hôpitaux avaient les moyens de recevoir tout le monde dans de bonnes conditions, y compris les personnes âgées les plus fragiles. Pensez qu’entre 1980 et 2020 la France a perdu 40.000 lits d’hôpitaux! 1000 par an pendant 40 ans. Sous prétexte de « bonne gestion » on a généralisé les soins dits « ambulatoires », au point qu’en 2019, la doctrine officielle du ministère français de la santé, c’était qu’un établissement de santé bien géré était un établissement avec 0 lit disponible. 0 lit disponible comme 0 stock disponible pour une entreprise prétendument « bien gérée » elle aussi!!!

Le flux tendu, en fait, c’est la pensée 0. Le primat de l’immédiateté sur la mémoire, donc sur la projection dans l’avenir. Flux tendu, et rationnement (sauf pour les stock options), voilà pourtant le maître-mot du néolibéralisme dans tous les domaines. Y compris d’ailleurs pour la Défense nationale. Est-ce utile d’épiloguer sur le résultat ? Si un ministre avait expliqué cela à de Gaulle, c’est lui que le Général aurait envoyé en confinement immédiatement… Et définitivement. Pas les Français!

J’ajoute que si la situation n’était pas aussi tragique, on aurait envie de rire en entendant ceux qui ont désarmé la France nous expliquer qu’elle est en « guerre ».

Bref, pour lui comme d’ailleurs pour la plupart des dirigeants de l’époque, soyons juste, l’idée que l’hôpital ne possède pas une force de réserve pour faire face à une épidémie de grande ampleur était aussi stupide que d’envisager une économie dépendante de l’étranger pour ses stocks stratégiques, une armée dont les soldats tiennent à peine dans le stade de France et une police qui renonce à entrer dans certains quartiers…  J’ajoute que si la situation n’était pas aussi tragique, on aurait envie de rire en entendant ceux qui ont désarmé la France nous expliquer qu’elle est en « guerre ».

De Gaulle qui, c’est le moins qu’on puisse dire, savait ce qu’était la guerre, n’employait jamais ce mot à tort et à travers. Faire avancer la cause de la paix (en s’opposant à l’hégémonie des super grands) et œuvrer à long terme pour la prospérité et la sécurité des Français dont il avait la responsabilité suffisait à son bonheur. Qui peut dire qu’il n’a pas réussi dans le temps si court qui lui fut imparti et au milieu des crises qu’il eut à affronter?

Quelle fut, selon vous, la pire crise affrontée par le général de Gaulle et comment y a-t-il répondu?

 Celle, justement qui l’a fait émerger dans l’histoire : l’effondrement de la France et de ses élites, ou prétendues telles, en moins de six semaines, au printemps 1940. Lisez ou relisez les Mémoires de guerre, tout est dit en peu de mots sur ce traumatisme originel quand, le 16 mai 1940, alors que lui-même monte au front, il croise des soldats qui refluent en troupeau et auxquels les Allemands ont seulement confisqué leurs armes en leur criant : « Nous n’avons pas le temps de vous faire prisonniers! ». Il écrit : « Alors, au spectacle de ce peuple éperdu et de cette déroute, au récit de cette insolence méprisante de l’adversaire, je me sens soulevé d’une fureur sans bornes. Ah! c’est trop bête! La guerre commence infiniment mal. Il faut donc qu’elle continue. Il y a, pour cela, de l’espace dans le monde. Si je vis, je me battrai, où il faudra, tant qu’il faudra, jusqu’à ce que l’ennemi soit défait et lavée la tache nationale. Ce que j’ai pu faire, par la suite, c’est ce jour-là que je l’ai résolu. »

Ce n’est pas le Covid-19 qui a dévoré les stocks de masques dont nos hôpitaux disposaient pour protéger nos soignants.

Serait-il exagéré de comparer la crise actuelle au péril nazi qui a déferlé sur la majeure partie de l’Europe pendant la Seconde Guerre mondiale ?

Non seulement exagéré mais injurieux pour la mémoire des 50 millions de morts de ce conflit. Comparer un virus à un ennemi est un biais utilisé par les dirigeants incapables pour dissimuler leur propre impéritie. Les virus et les microbes ont toujours fait partie de la vie : ils ne sont ni mauvais ni bons, ils existent.

Ce n’est pas le Covid-19 qui a dévoré les stocks de masques dont nos hôpitaux disposaient pour protéger nos soignants ; ce n’est pas le Covid-19 qui a englouti le gel hydro-alcoolique que nous n’avions pas;  ce n’est pas le Covid-19 qui a empêché le gouvernement d’acheter, en temps voulu, les tests qui auraient permis de détecter sur une grande échelle et de soigner à temps ceux qui en sont atteints, au lieu de mettre une population entière « aux arrêts de rigueur» ; ce n’est pas le Covid-19 qui a rendu notre pays dépendant des molécules que nos laboratoires (quand ils existent encore) ne produisent plus et que fabriquent à leur place les Chinois! Ce n’est pas le Covid-19 qui a convaincu nos dirigeants de fermer les dizaines et dizaines de petits hôpitaux qui pourraient aujourd’hui servir à accueillir dans de bonnes conditions les personnes âgées ou les patients non justiciables des urgences, afin que nos structures les mieux équipées se consacrent à l’essentiel!

En un mot comme en cent, ce n’est pas le Covid-19, mais le virus néo-libéral qui empêche nos dirigeants de penser… Enfin pas tous, puisqu’en Allemagne, en Suisse et en Corée du Sud, où, que je sache, l’économie de marché n’est pas sacrifiée – bien au contraire! – on dispose d’assez de tests pour déterminer qui doit être « confiné » et qui peut aller travailler avec, bien sûr, les précautions qui s’imposent! Et où, surtout, on a gardé assez de lits disponibles (9 pour 1000 habitants en Allemagne, contre 6 pour la France) pour ne pas avoir à choisir qui a le droit d’être soigné et qui ne l’a pas…

Puisque nous sommes dans la période de Pâques, êtes-vous d’avis que la foi religieuse y était pour quelque chose dans sa légendaire détermination?

La foi de De Gaulle est quelque chose d’inséparable de sa conception de la France. Vous connaissez la devise des Français libres, rédigée de la main même du Général, le 10 août 1940 : « Je suis un Français libre, je crois en Dieu et en l’avenir de ma Patrie ». En même temps, de Gaulle n’était pas un « dévot ». Il détestait l’ostentation, d’où ses rapports souvent tendus, sous la IV° République, avec les démocrate-chrétiens du MRP qu’il comparait à « des enfants de cœur qui auraient bu les burettes ». N’ayant que le mot « religion » à la bouche, mais aussi à l’aise dans les « délices et les poisons du régime » que des poissons dans l’eau (bénite)… Des Tartuffe, en quelque sorte.

En vérité, de Gaulle détestait parler de sa foi. Malraux, qui avait souvent tenté d’amener le Général sur le terrain métaphysique – sans toujours y parvenir car, disait-il, son interlocuteur ébauchait alors « un geste qui semblait chasser les mouches », a bien résumé les choses dans Les chênes qu’on abat : « Je crois sa foi si profonde quelle néglige tout domaine qui la mettrait en question.  C’est pourquoi mon agnosticisme ne le gêne pas. […] Sa foi n’est pas une question, c’est une donnée, comme la France. Mais s’il aime parler de sa France, il n’aime pas parler de sa foi. »

En fait, il n’en a parlé qu’en une seule occasion en public, et c’était d’ailleurs, devant des religieux, réunis, le 31 mai 1967 à la villa Bonaparte. Bien que mentionné à l’époque, et publié depuis dans l’édition complète de ses discours et messages, ce texte n’est pratiquement jamais cité. En voici la fin : « L’avenir, la France qui est aussi la fille aînée de l’Église, le voit avec sérénité, avec fermeté, avec confiance. L’Église est éternelle et la France ne mourra pas. L’essentiel, pour elle, est qu’elle reste fidèle à ce qu’elle est et, par conséquent, fidèle à tous les liens qui l’attachent à notre Église. C’est le cas! Et c’est pourquoi, quels que soient les dangers, les crises, les drames, que nous avons à traverser, par-dessus-tout et toujours, nous savons où nous allons. Nous allons, même quand nous mourrons, vers la Vie ».  C’est autre chose que le prêchi-prêcha actuel, non?

Toutes les fautes, tous les retards, toutes les souffrances n’empêchent pas qu’il y a dans l’univers tous les moyens nécessaires pour écraser un jour nos ennemis. – Charles de Gaulle

Quel était son principal atout, sa principale qualité, pour surmonter tous les écueils qui se sont présentés à lui?

La mémoire qui permet de disposer d’assez de ressources pour comprendre le présent et, partant, pour maîtriser l’avenir… Donc pour garder l’espoir, ce mot-clé du vocabulaire gaullien! Tout est dans l’appel du 18 juin, auquel il faut toujours revenir : « Croyez-moi, moi qui vous parle en connaissance de cause et vous dis que rien n’est perdu pour la France. Les mêmes moyens qui nous ont vaincus peuvent faire venir un jour la victoire. […] Cette guerre n’est pas limitée au territoire malheureux de notre pays. Cette guerre n’est pas tranchée par la bataille de France. Cette guerre est une guerre mondiale. Toutes les fautes, tous les retards, toutes les souffrances n’empêchent pas qu’il y a dans l’univers tous les moyens nécessaires pour écraser un jour nos ennemis. Foudroyés aujourd’hui par la force mécanique, nous pourrons vaincre dans l’avenir par une force mécanique supérieure. Le destin du monde est là ».

Couper les crédits à l’OMS, et après? Déclarer la guerre à la Chine, puisque le virus en vient?

Puisque je suis impatient de débuter la lecture de L’ami américain, je présume que la politique américaine figure parmi les sujets qui retiennent votre attention. Quelle est votre opinion sur la manière dont la crise de la Covid-19 est gérée par l’administration Trump?

N’étant pas citoyen américain, je me garderai bien de porter un jugement ex cathedra. La seule chose que je peux constater, comme tout le monde, c’est que les États-Unis, qui ont été frappés avant la France par le virus néo-libéral, semblent encore plus désarmés qu’elle pour résister convenablement au covid-19…  Quant au président Trump, comment s’étonner que sa politique (ou plutôt son absence de politique) soit à l’avenant de sa pensée, ou de ce qui en tient lieu, à savoir le portefeuille? Couper les crédits à l’OMS, et après? Déclarer la guerre à la Chine, puisque le virus en vient?

Finalement, et j’espère que vous pardonnerez ma curiosité, mais après avoir lu la dernière ligne de votre plus récent livre De Gaulle et les grands, je me demandais sur quoi portera votre prochain (je prends pour acquis qu’un auteur de votre trempe ne demeure pas inactif longtemps)?

Tout ce que je peux dire c’est qu’il sera largement question de la politique américaine au lendemain de la Seconde guerre mondiale…

Vladimir Poutine, ce méconnu

PutinMarkGaleottiNe cherchez pas à savoir pourquoi, mais la fête de Pâques me fait toujours penser à la Russie. J’ignore d’où ça vient, mais c’est comme ça.

Il est donc à propos que je publie quelque chose à propos de ce pays en cette fin de semaine pascale.

On le sait, Vladimir Poutine flotte dans une aura de mystère et d’incompréhension. Homme le plus dangereux du monde pour les uns, objet de curiosité pour plusieurs ou figure inspirante pour les autres, celui qui est aux commandes de la Russie depuis 20 ans laisse peu de gens indifférents. Et ça lui fait probablement bien plaisir, puisque son positionnement médiatique enviable est proportionnel à l’influence qu’il souhaite son pays voir occuper sur la scène internationale.

Le personnage me fascine depuis longtemps et je suis toujours à la recherche de bonnes lectures pour mieux le connaître – au-delà des attaques en règle ou de l’hagiographie.

Le portrait que brosse Mark Galeotti du président russe dans We Need to Talk About Putin : How the West gets Him Wrong mérite assurément de faire partie des lectures incontournables à propos de ce chef d’État.

Selon l’auteur, les malentendus dans nos relations avec la Russie découleraient de notre incompréhension de celui qui la dirige. D’où la nécessité de mieux en comprendre les ressorts.

Acteur politique rationnel, Poutine serait d’abord et avant tout un pragmatique désireux de faire en sorte que la Russie soit respectée sur la scène internationale. Fondamentalement loyal, le dirigeant n’aimerait pas prendre de risques (l’épisode ukrainien serait une erreur de parcours découlant de mauvais conseils selon l’historien britannique) et ne serait pas un idéologue. Il dérogerait également aux normes de plusieurs Russes de sa génération, en épousant une approche positive et inclusive envers les femmes.

Alors que les pays de l’ancien Bloc de l’Est sont une région du globe où l’antisémitisme se métastase avec la montée de l’extrême-droite (comme en Pologne), l’individu ne saurait être accusé d’aucun travers antisémite « dans un pays affichant une histoire sombre dans sa relation avec la communauté juive. » Finalement, pour répondre à l’accusation selon laquelle tous les ennemis du locataire du Kremlin se font zigouiller, Mark Galeotti intitule l’un de ses chapitres « Les ennemis de Poutine ne meurent pas tous » (après tout, Alexei Navalny est toujours vivant), exposant que « les Russes ont plus de chances de succomber à des rivalités criminelles ou d’affaires qu’en raison de démêlés avec le régime. »

Cela n’est pas sans me rappeler mon séjour à Moscou, au cours duquel j’avais aperçu la voiture d’un banquier devant mon hôtel, gardé par un agent de sécurité (qui ressemblait davantage à un mercenaire) armé jusqu’aux dents et se tenant prêt à appuyer sur la gâchette de son AK-17. Toute personne s’intéressant de près ou de loin à l’histoire de la Russie sait que le climat de violence fait partie du tissu social et politique de ce pays depuis des siècles. Il n’est donc pas étonnant que Poutine ait revêtu l’armure publique d’une personnalité forte, puisque « si les gens croient que vous êtes puissants, vous êtes puissants. »

L’auteur attribue les crimes politiques (notamment l’assassinat de Boris Nemtsov) au climat qui s’est fait jour autour des cercles du pouvoir. Même si une commande n’est pas donnée directement, le message passe subtilement et les basses œuvres sont exécutées. Avec un humour noir, il observe que Poutine est un autocrate miséricordieux. Vous ne tomberez pas sous les balles d’un tueur si vous ne l’obligez pas à vous acheminer prématurément vers le Créateur. Ne franchissez donc pas la ligne. Je me questionne cependant à savoir si Poutine cautionne ce système d’emblée ou s’il ne fait que l’instrumentaliser pour demeurer au pouvoir. Je ne retiendrai pas mon souffle en attendant la réponse. C’est brutal et je suis à des années lumières d’être à l’aise avec les règlements de conflits à coups de pistolet ou d’attentats, mais c’est la réalité.

Cela dit, j’ai été étonné de lire que VVP (c’est par ses initiales que plusieurs désignent souvent le chef d’État russe) serait également un sentimental, mais j’aurais dû m’en douter puisque la personnalité très dominante du président russe masque assurément, comme chez tous les individus, des blessures que l’on tient à protéger derrières les barbelées d’une posture « macho ». Mais je ne veux pas jouer les psychologues amateurs.

L’intérêt du travail de Mark Galeotti repose sur le fait que Vladimir Poutine est assurément mal perçu et visiblement mal compris en occident. Depuis longtemps, je suis d’avis que le tsar actuel est une bien meilleure option pour plusieurs que ceux qui pourraient vouloir ou être appelés à le remplacer.

L’historien adresse donc une mise en garde à l’effet que « Toute interférence plus active ou agressive entrainerait probablement des réactions actives et agressives, accordant plus de pouvoir à ces ultranationalistes que Poutine est parvenu à contenir. Le personnage n’est ni un fanatique, ni un lunatique et une Russie vivant dans la stabilité est moins dangereuse que si elle évolue dans le chaos. »

On ne pourrait saurait donc en vouloir à ceux qui souhaitent que les faucons ne délogent pas l’aigle de son nid.

S’il est un défaut dont j’affublerais ce livre, c’est qu’il est malheureusement beaucoup trop court. J’aurais bien avalé plusieurs pages supplémentaires rédigées par cette plume renseignée et agréable.

_________

Mark Galeotti, We Need to Talk About Putin: How the West Gets Him Wrong, London, Ebury Press, 2019, 143 pages.