« Je pense que Harry couche avec le fantôme de sa mère »

L’historien et biographe Jean des Cars (source: The Limited Times)

Le comte Jean des Cars est un personnage des plus sympathiques et généreux. Sa bibliographie est impressionnante et il est le spécialiste de référence des têtes couronnées européennes. Il m’a accordé il y a quelques jours un long entretien à propos de la monarchie britannique, dans la foulée du décès de Sa Majesté la reine Elizabeth II survenu le 8 septembre dernier.

« J’ai été le premier journaliste francophone reçu à Buckingham Palace par le prince Charles [maintenant le roi Charles III]. C’était en 1982, avant son mariage avec Diana », de mentionner fièrement l’auteur du récent livre à succès Pour la reine (Perrin) qui en est à sa cinquième réédition. « J’avais appris qu’il allait venir en France, pour honorer la mémoire des combattants de la Royal Air Force qui s’étaient cachés dans les caves à champagne et qui avaient vécu des moments épouvantables. Il devait être accompagné de Lord Mountbatten. J’ai donc dit au journal (Le Figaro) : « Et si on demandait un entretien au prince de Galles? » Tout le monde me regarde et me dit : « vous êtes fou. » J’ai donc pris l’annuaire téléphonique de Londres. J’ai appelé Buckingham et j’ai demandé à parler à l’officier de presse en charge du prince de Galles. On me passe alors un Australien avec un accent de crocodile qui me demande de lui envoyer par télécopieur une photocopie de mon passeport et ma liste de questions. Deux jours plus tard, on me confirmait un rendez-vous qui était prévu le surlendemain. Personne n’a cru que j’avais simplement obtenu cet entretien simplement à cause d’un appel à Buckingham Palace », de se remémorer l’historien avec gourmandise.

poursuivre la lecture

Elizabeth II a rapproché la monarchie du peuple

Le 10 décembre 1936 marque une date cruciale dans l’histoire de la monarchie britannique en général, mais aussi de la petite Elizabeth Windsor en particulier. Son oncle, le roi Édouard VIII abdique pour vivre pleinement son amour avec Wallis Simpson, une divorcée américaine. La jeune fille est alors âgée de 10 ans. Son monde, celui de sa famille immédiate également, vient de basculer radicalement. Son père, le duc d’York, lui succède de facto et prend le nom de George VI. Il s’agit de l’une des pires crises traversées par la monarchie britannique, un point tournant pendant lequel on s’interroge sérieusement sur l’avenir de la Couronne. Tout aurait pu basculer et les tenues d’apparat rangées dans les musées pour l’éternité. Ce ne fut pas le cas. Heureusement.

George VI, notamment en raison de son stoïcisme, de sa résilience et de son empathie, remet l’ouvrage sur le métier. Les nouveaux locataires de Buckingham Palace commencent à recoudre le blason de la famille royale dans le tissu social britannique et de l’Empire. Elizabeth n’est pas une enfant comme les autres. Le coup de crayon donné par son oncle en cette date fatidique fait en sorte qu’elle ne pourra plus jamais baisser la garde. Elle est l’héritière du trône et, 15 ans plus tard, elle relèvera le gant dans un règne déchaîné de tourments et ponctué de moments glorieux.

poursuivre la lecture

The Crown and the Gurkhas

Lieutenant General Sir Peter Duffell (right) as a Lieutenant Colonel commanding First Battalion 2nd KEO Gurkha Rifles with his Colonel-in Chief, the then Prince of Wales, visiting a training exercise in 1982. (source: Lieutenant General Sir Peter Duffell)

__________

In the aftermath of the passing of our beloved Sovereign, Her Majesty Queen Elizabeth II, I reached out to one of my favorite military figures, Lieutenant-General Sir Peter Duffell, who is a retired high-ranking officer of the Gurkhas and the former Commander of British Forces in Hong Kong. Sir Peter – who is notably the author of the enthralling book Gurkha Odyssey: Campaigning for the Crown (Pen & Sword) – generously accepted to share his insights with me, in an exclusive piece I am extremely happy to share with you below. These comments detail the relationship between the Gurkhas – who are among the very best soldiers in the world, but who also serve in one of my favorite units in the British Army, with the Scottish Regiments – and the Crown.

Many sincere thanks for sharing this with us on this mournful and historic occasion, Sir Peter!

__________

In the volume of commentary that has followed the passing of Her Majesty the Queen, almost every aspect of her reign and the life of King Charles III has been well documented including their very personal links with the Armed Forces of the Crown.

Everyone who has served in uniform will have sworn allegiance to Queen and Country and will have been reminded constantly through their titles, insignia, medals, standards and colours of proud and important links with the monarch.

Continue reading “The Crown and the Gurkhas”

Elizabeth II, fille d’Écosse

La vie a été formidablement généreuse avec moi, en me permettant de vivre en Écosse en 2014-2015. J’y ai d’ailleurs déposé mes bagages un 11 septembre… J’ai alors pris la mesure de toute l’affection que portait ce peuple fièrement enraciné dans un héritage singulier envers la Reine Elizabeth II.

Je regardais avec attention les images diffusées par la BBC du cortège transportant la dépouille de notre défunte souveraine en partance du château de Balmoral vers Édimbourg. Ces images ont fait jaillir de magnifiques souvenirs dans mon coeur et ma mémoire. Il en a été ainsi en parcourant les pages du plus récent livre de Jean des Cars Pour la reine : Hommage à Elizabeth II (Perrin).

poursuivre la lecture

Planet Strongman

In his 2020 bestseller Rage, Washington legendary journalist and author Bob Woodward recalls discussing the direction of the Trump administration’s foreign policy with the President. Mentioning his dealings with Turkish President Recep Tayyip Erdogan regarding the war in Syria, the commander-in-chief said: “I get along very well with Erdogan, even though you’re not supposed to because everyone says ‘What a horrible guy’. But for me it works out good. It’s funny the relationships I have, the tougher and meaner they are, the better I get along with them. You know?”

In his captivating recent book The Age of the Strongman (Other Press), Financial Times foreign affairs commentator Gideon Rachman quotes former National Security Affairs specialist Fiona Hill when she declared that her former boss was seduced by “autocrat envy”. From Jair Bolsonaro (in Brazil) to Vladimir Putin, as well as Saudi Crown Prince Mohammed bin Salman (MBS), the 45th President got along quite well with those whom he perceived as being strong, an expression easily interchangeable with being autocratic. This trend was confirmed early last month when Hungarian Prime Minister Viktor Orbán took the stage at the Conservative Political Action Committee (CPAC) gathering in Dallas, Texas.

Continue reading “Planet Strongman”

“Le vrai héros, c’est le peuple ukrainien”

Soldats ukrainiens en action (source: Harvard Law School)

Régis Genté est spécialiste des cercles du pouvoir en Russie et en Ukraine et il est le coauteur d’une éclairante biographie du président Volodymyr Zelensky que je viens d’ailleurs de recenser. J’apprécie particulièrement son analyse, en raison du recul qu’il prend face au caractère souvent superficiel de l’actualité. Son propos repose sur une lecture renseignée de la situation. Il a aimablement accepté de répondre à mes questions pour cette entrevue dont l’objectif est largement de souligner le 31e anniversaire de l’indépendance de l’Ukraine. Voici donc le contenu de notre échange.

M. Genté, dans votre livre Zelensky : Dans la tête d’un héros, vous brossez le portrait étonnant d’un personnage impulsif, agressif et qui maîtrisait mal ses dossiers à certains moments, notamment devant les médias. Serait-il une bête de communications sans contenu ? Quel a été l’impact de la guerre dans son caractère?

Il y a un peu de cela à la base. Zelensky fait partie de cette génération d’hommes politiques pour qui la communication et l’image jouent un rôle clé. Qui croient qu’avec de la communication, de la production de messages, on peut diriger un pays. Il semble avoir été très longtemps, littéralement jusqu’à la veille de la guerre, déconnecté des réalités, de la réalité des forces qui font ce que la politique est ce qu’elle est en Ukraine.

poursuivre la lecture

Zelensky, chef de guerre malgré lui

Avant le 24 février 2022, rares étaient celles et ceux – hormis les férus d’actualité ou les familiers de son pays – à connaître ou savoir prononcer le nom du président ukrainien Volodymyr Zelensky. Depuis ce jour fatidique, son nom a tellement été lu et entendu qu’il est devenu incontournable dans l’actualité.

Mais qui est donc cet homme qui préside aujourd’hui même le 31e anniversaire de l’indépendance de l’Ukraine et qui tient obstinément tête à Vladimir Poutine, qui sermonne les capitales occidentales quant à la tiédeur de certaines réactions et qui aura inspiré une foule de gens par un courage peu commun face à l’adversité? Napoléon aurait exprimé que « nul n’est grand devant son valet de chambre ». Le même constat s’applique vraisemblablement pour quiconque revêt les habits de biographe d’un illustre personnage.

J’étais donc impatient de parcourir Zelensky : Dans la tête d’un héros (Robert Laffont) sous la plume de Régis Genté et Stéphane Siohan – le premier étant un spécialiste de l’ancien espace soviétique et le second observant le président ukrainien depuis ses débuts dans la vie publique. Et je dois avouer que je n’ai pas été déçu. Ils brossent le portrait d’un comédien jadis russophile doublé d’une bête de communication. À la lecture de l’ouvrage, on comprend rapidement que pratiquement rien ne promettait Zelensky à un destin aux commandes de l’Ukraine à partir de 2019. Il n’avait rien d’un animal politique.

poursuivre la lecture

Le jour où Gorbatchev a perdu

C’était il y a 31 ans. J’étais sur le point de débuter mes études collégiales, antichambre de l’université au Québec. Déjà féru d’actualité politique internationale, tout ce qui concernait Mikhaïl Gorbatchev me captivait. J’aurais le privilège de le rencontrer plus tard, mais c’est une autre histoire. Toujours est-il qu’en ce beau jour du mois d’août 1991, je fus bouleversé d’apprendre qu’on venait d’initier un putsch contre ce leader que j’admirais.

Toutes les heures, je téléphonais à la salle de réaction de mon journal local pour m’enquérir des nouvelles à ce sujet… Nous n’avions ni CNN, ni l’Internet à cette époque. Le généreux directeur de la salle de réaction, Pierre-Yvon Bégin, me répondait toujours avec affabilité et générosité. Il m’avait même offert des photos de Gorbatchev. En souvenir, au cas où…

Ce 19 août 1991 est toujours resté gravé dans ma mémoire, parce qu’il constituait selon moi un point de rupture. Avec le temps, je mesure à quel point ce moment fatidique scella le destin non seulement de Gorbatchev, mais également de Boris Eltsine et aussi, dans une certaine mesure, du jeune Vladimir Poutine qui allait apprendre de cette période fatidique comment ne pas faire de politique dans son pays.

poursuivre la lecture

Poutine parmi les loups

Durant mes études universitaires, un professeur de relations internationales a émis un jour une observation qui m’est demeurée à l’esprit. À un collègue qui lui demandait une suggestion de lecture biographique à propos du président Nixon, le professeur lui avait conseillé le premier tome de la trilogie que lui avait consacré l’historien réputé Stephen E. Ambrose. Devant notre étonnement face à cet éloignement des hauts faits internationaux du grand personnage pour nous diriger vers les pâquerettes de la jeunesse, l’érudit personnage rétorqua que les clés pour comprendre la personnalité et les agissements de tout grand personnage se trouvent dans l’enfance et la jeunesse.

À cet égard, L’Engrenage (Albin Michel) de Sergueï Jirnov, un ancien officier supérieur du KGB, offre aux lecteurs un portrait décapant qui permet de mieux saisir la personnalité de Vladimir Poutine. Comparativement à la majorité des observateurs qui se prononcent au sujet du président russe, l’auteur a « […] croisé la route de Poutine à plusieurs reprises dans le passé. » Il est aussi l’un des rares « […] à l’avoir rencontré quand il n’était encore personne » et à témoigner ouvertement de son expérience et de ses impressions.

poursuivre la lecture

True heroism can’t be found in the absence of risk

I discovered Admiral (US Navy – retired) James Stavridis as an author at the beginning of the pandemic two years ago. This warrior-intellectual always amazes me by the depth of his thought and the finesse of his writing style. His last book, To Risk It All: Nine Conflicts and the Crucible of Decision (Penguin Press) depicts nine characters – 8 men and 1 woman – who left their mark on US military history.

You can almost hear the lyrics of the US Marines hymn and its reference to the shores of Tripoli when you read about Lieutenant Stephen Decatur’s expedition in North Africa to save US Navy comrades detained by pirates and you want to watch Captain Philips with Tom Hanks another time after completing the chapter devoted to Rear Admiral Michelle Howard who was in command of the successful rescue operation in the Gulf of Aden.

But my favorite – by far – was Cook Third Class Doris “Dorie” Miller. If there is one chapter I would love to see the author expand in a whole book, the life and lessons of that exceptional warrior would be my choice. Think about it for a moment. You’re an African-American and you enlist in the US Navy to better support your family, seeking advancement out of the segregationist South. But you must still endure sanctioned racism. Admiral Stavridis reminds the reader that “the high-tech specialties of communication, gunnery, navigation, and engineering were closed to African Americans; in fact, the only jobs they were permitted to do were cooking, cleaning, and serving as valets for the senior officers in the ships.”

Continue reading “True heroism can’t be found in the absence of risk”