China’s Role and Image in the Era of Covid-19

KerryBrown_TheDiplomat
Professor Kerry Brown (source The Diplomat)

Cliquer ici pour la version française

In light of the current crisis about Covid-19, Professor Kerry Brown, one of the world’s most renowned specialist on China who is also a biographer of Xi Jinping and who serves as Director of the Lau China Institute at King’s College London has accepted to respond to a few questions. Here is the content of this written interview.

Professor Brown: many sincere thanks for accepting to receive the following questions for my blog.

 I’ve read the fascinating article you wrote with Ruby Congjiang Wang about China and the Coronavirus in Asian Affairs. This is an extremely timely topic these days.

One thing we have learned in this current chaotic situation: we all have to become much more attuned and knowledgeable about each other before we end up simply shouting past each other and making things even worse.  

In the article, you write that China’s image is damaged in the West. Just today (May 13th), a Canadian poll was released detailing that “More than four-in-five (85%) Canadians say the Chinese government has not been honest about what has happened in its own country.” Since China wants to be considered and respected as a world power, it cannot tolerate that its prestige be tarnished. What will Beijing do to correct that situation? Do you think they might try to mount a PR campaign or any sort of outreach operation to reverse that trend?

XiJinping_SourceCNBC
Chinese President Xi Jinping (source: CNBC)

It was always going to be hard for a country with China’s political system, its cultural, social and historical differences with the outside world, and its quite specific world view informed by its own complex, often fragmented history to be able to speak easily to the world at a time when its economy is growing more and more important. COVID19 has just made this challenge even harder. It has deepened some of the issues that were already there, and showed that in the US, Canada, etc, a combination of unfamiliarity towards China along with the speed with which China has come to people’s attention has at the very least proved disorientating. This is exacerbated by the ways in which China itself undertakes messaging – something which is often heavy handed, and ill adapted to the sort of audiences in the West it is aimed at. Everyone has to have a rethink about where things are going. Beijing’s messaging needs to fundamentally change – probably the reason behind the government accepting an investigation at some point of the spread of the pandemic, and the stress at the late May National People’s Congress on the need for co-operation. But as the world moves into addressing the massive economic impact of the virus, rhetoric needs to move to actions, and to seeing what sort of collaboration and co-operation is going to be possible. One thing we have learned in this current chaotic situation: we all have to become much more attuned and knowledgeable about each other before we end up simply shouting past each other and making things even worse.

China did some things right and some things not so well – but so did everyone else.

The article illustrates very well that China has swiftly collaborated with other countries and institutions, after the “Chinese health authorities officially identified the new strain of COVID-19”. Why isn’t this more recognized?

The narrative in January for many outside China was that this was going to be a SARS 2, and that like the SARS of twenty years ago it would largely be a Chinese and regional problem. Western governments were complacent, and the criticisms were mostly about the failure of Chinese governance. When the virus spread, and it started to expose massive issues for governments in Europe and North America, part of their response was to pin blame back on China. There are certainly things China could have done better in January when the first problems emerged. But there are also things everyone else could have done better. Criticisms should now be placed in a more balanced way. China did some things right and some things not so well – but so did everyone else. 

China wants responsibility with others, not on its own.

Going forward, you evoke that Xi’s regime could adopt a more nationalistic and coercive agenda. Might this not be counterproductive, given that China seeks to broaden its appeal to the world as a competitor to the United States as a world leader? If Beijing goes in that direction, would it be a setback regarding all the work accomplished in the last years and decades?

China may become more nationalistic because of the economic challenges it is facing, and the backlash from the outside world. The Xi government has always been quite nationalistic. But it also understands the importance of co-operation and collaboration. That will not go away. The main risk is that with the US leadership so compromised and confused at the moment, and with Europe as ever in turmoil and lacking direction, China has to operate in a void where it has to take leadership over issues it does not really feel are in its self-interest, and might not do well, because no one else is. It is simply not ready for this role, and in fact probably not suitable for it – and knows this. It wants responsibility with others, not on its own.

Chinese leaders are realists. They do understand their limitations. They know that their power and their prominence are a major issue for many others.

Pragmatism is not much on the radar of the Trump administration when it comes to China, since that country “is a huge strategic competitor”. 2020 being an election year, the Covid-19 might be advantageous to the Trump campaign if it can convince the voters that all of this might be Beijing’s fault. The man working in the White House functions perfectly in the “overt hostility” you refer to in the article. Since world politics is a huge chess game and based on your knowledge of the Chinese leader, what will be Xi Jinping’s response to that? Does he have what it takes, in terms of chess-player qualities, to confront Trump on the global chessboard?

In Terms of realpolitik, many in China think the current American president being re-elected in November would be good news, as it would continue to create divisions, erode the US’s global role, and weaken its global prominence. But there are others who understand that such a sudden and dramatic deterioration of the situation is not good for China, or the world, and that a US looking so beset by internal divisions it looks like it increasingly cannot handle is not a good thing. Chinese leaders are realists. They do understand their limitations. They know that their power and their prominence are a major issue for many others. They have just failed to find the right way of trying to convey this. This has not been helped by the way in which they have implemented policy in Xinjiang, Hong Kong, and of course towards Taiwan. On these issues, they feel adamantly they are domestic, and therefore no one else’s business. The problem is that of course now China’s internal affairs do impact on the outside world. That makes them by default other people’s business. COVID19 only underlines that.

Many countries, like Great Britain, have a stark choice. Jettisoning economic interests or antagonizing security ones.

In the final page of the article, you mention UK’s attitude towards China. In this zero-sum game between Washington and Beijing, what do you think will be the posture adopted by Whitehall going forward? What is Prime Minister Johnson’s mindset about this rivalry?

Johnson is a practitioner of the “cake and eat it” approach, where he believes that the UK can continue to balance good economic relations with China with its close security relation with the US. Of course, COVID19 has made this balancing act almost impossible The UK is hardening its stance on Huawei, and also on how it screens Chinese investment. The issue however is how – when it leaves the EU customs union at the end of this year, and it potentially faces its worst economic crisis in modern times and deals with a US that might be in a similarly difficult position – it can find new sources of growth. China is the most viable at the moment The British have a stark choice, jettisoning economic interests or antagonizing security ones.

This is not therefore a simple case of democracies proving their decision making is better and autocracies failing. The UK has seen high fatalities, but Taiwan, also a democracy, has seen very low ones – still in single digits.

 Xi’s opponents within the CCP (Chinese Communist Party) might be tempted to take advantage of the crisis to destabilize and jeopardize his rule. What are the main sources of opposition to Xi at the current time?

Very hard to say. There has been little sign of dissent to Xi’s rule for a number of years. This sort of crisis might have shown divisions, were it only something that China experienced. However, it has shown the rest of the world is quite a hostile place towards China at the moment, removing the idea that jettisoning Xi will make things easier for anyone domestically in their relations with the world around them. It is also clear that, while many Chinese people might feel their government didn’t do a great job over COVID19, they can see plenty of examples of other places doing as bad, if not worse. This is not therefore a simple case of democracies proving their decision making is better and autocracies failing. The UK has seen high fatalities, but Taiwan, also a democracy, has seen very low ones – still in single digits. In a confusing situation like this, it is unsurprising that most people in China opt for the status quo.

Xi Jinping is pretty clear and has set out what he wants.

What are Xi’s best qualities as a leader and statesman in your opinion?

He is pretty clear and has set out what he wants. He is clearly formidable as a domestic politician. And while most western leaders have been floored by dealing with Trump, Xi has largely been competent – taking Trump’s position as president seriously, and understanding that the man is not what they are dealing with. It is the office they are facing, and which they have to craft a response to.

Some are frustrated that China wants to go its own way

On the other side of the coin, what are his main shortcomings?

That he is clear! In the past, Chinese leaders could be ambiguous and amorphous, and avoid making commitments. Hu Jintao typified this. No one really knew where he was coming from. Xi has at least answered the questions about what China wants, what its vision is – but in doing that, of course, he has aroused a lot of criticism in the US and elsewhere simply because the idea of China having its own agency and wants is something that offends a lot of its critics – especially having invested so much into seeing how economic engagement would lead to political change, something that of course has so far never happened, and which has caused the frustration and anger of the Trump era.

 I could not conclude this interview without asking if you are working on an upcoming book and, if so, what it will be about?

I have a book on Chinese modern history coming out with Polity Press on 1st July.  I am working on another proposal for a book about the global future and a dual track world where China and the US somehow, despite their differences, manage to get on with each other.

Many sincere thanks again Professor for the generosity of your time. I’m looking forward to reading your upcoming articles about Xi Jinping and Chinese politics.

*********************************************************************************** 

Version française

Le rôle et l’image de la Chine à l’ère de la Covid-19

À la lumière de la crise actuelle en lien avec la Covid-19, le professeur Kerry Brown, spécialiste internationalement reconnu de la Chine, biographe de Xi Jinping et directeur de la Lau China Institute du King’s College London a accepté de répondre à mes questions. Voici le contenu de cette entrevue écrite.

Professeur Brown: Je vous remercie sincèrement d’avoir accepté de répondre aux questions suivantes pour mon blogue.

J’ai lu le fascinant article que vous avez écrit avec Ruby Congjiang Wang au sujet de la Chine et de la Covid-19 dans la revue Asian Affairs. C’est un sujet extrêmement d’actualité ces jours-ci.

Une chose que nous avons apprise dans cette situation chaotique actuelle, c’est que nous devons tous être beaucoup plus à l’écoute et informés les uns des autres, avant de nous invectiver et ainsi aggraver les choses.

Dans l’article, vous écrivez que l’image de la Chine est vilipendée en Occident. Pas plus tard qu’aujourd’hui (13 mai), un sondage canadien a été publié selon lequel « plus de quatre Canadiens sur cinq (85%) sont d’avis que le gouvernement chinois n’a pas été honnête au sujet de ce qui s’est passé dans son propre pays. » Puisque la Chine veut être considérée et respectée en tant que puissance mondiale, elle ne peut tolérer que son prestige soit terni. Que fera Pékin pour corriger cette situation? Pensez-vous qu’on pourrait tenter de lancer une campagne de relations publiques ou toute autre opération de sensibilisation pour inverser cette tendance?

Ce type de situation sera toujours difficile pour un pays doté d’un système politique comme celui de la Chine, en plus de ses différences culturelles, sociales et historiques avec le monde extérieur. Et sa vision du monde assez spécifique articulée selon sa propre histoire complexe et souvent fragmentée fait en sorte qu’il n’est pas facile d’interagir facilement avec le monde à un moment où son économie prend de plus en plus d’importance. La Covid-19 vient de rendre ce défi encore plus difficile. La pandémie a accentué certains des problèmes qui existaient déjà et a illustré qu’aux États-Unis, au Canada, etc., une combinaison alliant la méconnaissance de la Chine à la rapidité avec laquelle la Chine a retenu l’attention des gens s’est révélée pour le moins déroutante. Cela est exacerbé par la manière dont la Chine elle-même livre le message – une méthode souvent brutale et mal adaptée au type de public occidental auquel celui-ci est destiné. Tout le monde doit repenser l’évolution des choses. Les messages de Pékin doivent changer fondamentalement – c’est probablement la raison pour laquelle le gouvernement a accepté à un moment donné la tenue d’une enquête sur la propagation de la pandémie et que l’accent a été mis, à la fin mai, sur la nécessité d’une coopération lors du Congrès national du peuple. Mais à mesure que le monde s’attaque à l’impact économique massif du virus, on doit passer de la parole aux actes et voir quel type de collaboration et de coopération seront possibles. Une chose que nous avons apprise dans cette situation chaotique actuelle, c’est que nous devons tous être beaucoup plus à l’écoute et informés les uns des autres, avant de nous invectiver et ainsi aggraver les choses.

Les critiques doivent maintenant être attribuées de manière plus équilibrée. La Chine a bien fait certaines choses et d’autres moins bien – mais ce fut le cas pour tout le monde aussi.

L’article illustre très bien que la Chine a rapidement collaboré avec d’autres pays et institutions, après que les « autorités sanitaires chinoises eurent officiellement identifié la nouvelle souche de la Covid-19». Pourquoi n’est-ce pas davantage reconnu?

Pour plusieurs, le récit en dehors de la Chine au début du mois de janvier était à l’effet que ce serait une répétition du SRAS et que, comme le SRAS d’il y a vingt ans, il s’agirait en grande partie d’un problème chinois et régional. Les gouvernements occidentaux étaient complaisants et les critiques portaient principalement sur l’échec de la gouvernance chinoise. Lorsque le virus s’est propagé et qu’il a commencé à s’accompagner de problèmes énormes pour les gouvernements européens et nord-américains, une partie de leur réponse fut de jeter le blâme sur la Chine. Il y a certainement des choses que la Chine aurait pu mieux faire en janvier lorsque les premiers problèmes sont apparus. Mais il y a aussi des choses que tout le monde aurait pu mieux faire. Les critiques doivent maintenant être attribuées de manière plus équilibrée. La Chine a bien fait certaines choses et d’autres moins bien – mais ce fut le cas pour tout le monde aussi.

La Chine veut prendre des responsabilités de manière collégiale, pas seule.

En ce qui a trait à l’avenir, vous évoquez que le régime de Xi pourrait adopter un agenda plus nationaliste et coercitif. Cela ne serait-il pas contre-productif, étant donné que la Chine cherche à élargir son attrait au monde en tant que concurrent des États-Unis comme leader mondial? Si Pékin va dans cette direction, serait-ce un recul, relativement à tout le travail accompli au cours des dernières années et décennies?

La Chine pourrait devenir plus nationaliste, en raison des défis économiques auxquels elle est confrontée et des contrecoups du monde extérieur. Le gouvernement Xi a toujours été assez nationaliste. Mais il comprend également l’importance de la coopération et de la collaboration. Cela ne disparaîtra pas. Le principal risque est qu’avec le leadership américain si compromis et confus en ce moment, et avec l’Europe toujours en ébullition et désorientée, la Chine doit opérer dans un vide où elle doit prendre le leadership sur des questions qui ne figurent pas vraiment dans ses intérêts propres et à propos desquelles elle pourrait ne pas bien performer, parce que personne d’autre n’est en mesure de le faire. Elle n’est tout simplement pas prête pour ce rôle et, pour tout dire, elle n’y est probablement pas adaptée – et elle le sait. Elle veut prendre des responsabilités de manière collégiale, pas seule.

Les dirigeants chinois sont réalistes. Ils comprennent leurs limites. Ils savent que leur pouvoir et leur importance constituent un problème majeur pour plusieurs.

Le pragmatisme n’est pas beaucoup au menu de l’administration Trump en ce qui concerne la Chine, car ce pays est considéré comme étant « un énorme concurrent stratégique ». Une élection étant inscrite au calendrier de 2020, la Covid-19 pourrait être avantageuse pour la campagne Trump si celle-ci peut convaincre les électeurs que Pékin est responsable de tout cela. Le locataire de la Maison-Blanche fonctionne parfaitement dans un climat d’« hostilité manifeste » que vous évoquez dans l’article. Étant donné que la politique mondiale est un énorme jeu d’échecs et d’après votre connaissance du dirigeant chinois, quelle sera la réponse de Xi Jinping face à tout cela? A-t-il ce qu’il faut, en termes de qualités de joueur d’échecs, pour affronter Trump sur l’échiquier mondial?

En termes de realpolitik, il s’en trouve plusieurs en Chine pour penser que la réélection du président américain actuel en novembre serait une bonne nouvelle, puisqu’il continuerait de fomenter des divisions, à éroder le rôle mondial des États-Unis et à affaiblir leur importance mondiale. Mais il s’en trouve d’autres qui comprennent qu’une telle détérioration soudaine et dramatique de la situation n’est pas bonne pour la Chine ou le monde, et qu’une Amérique qui semble afficher des divisions internes qui semblent ingérables n’est pas une bonne chose. Les dirigeants chinois sont réalistes. Ils comprennent leurs limites. Ils savent que leur pouvoir et leur importance constituent un problème majeur pour plusieurs. Ils n’ont tout simplement pas trouvé la bonne manière d’essayer d’exprimer cet état de fait. La manière utilisée pour mettre en œuvre leur agenda à Xinjiang, à Hong Kong et bien sûr à Taiwan n’a pas aidé non plus. Sur ces questions, ils ont le sentiment catégorique qu’il s’agit de politique intérieure et, par conséquent que les autres n’ont pas à s’en mêler. Le problème est que, bien entendu, les affaires intérieures chinoises ont désormais un impact sur le monde extérieur. Par défaut, cela fait en sorte qu’elles deviennent l’affaire des autres. La Covid-19 ne fait que mettre l’emphase là-dessus.

Comme d’autres pays, les Britanniques doivent faire un choix dénué d’ambiguïté. Abandonner les enjeux économiques ou s’aliéner ceux où priment la sécurité.

À la dernière page de l’article, vous évoquez l’attitude de la Grande-Bretagne envers la Chine. Dans ce jeu à somme nulle entre Washington et Pékin, quelle sera selon vous la posture adoptée par Whitehall dans l’avenir? Quel est l’état d’esprit du Premier ministre Boris Johnson à propos de cette rivalité?

Johnson est un praticien de l’approche « le beurre et l’argent du beurre », et il pense que la Grande-Bretagne peut continuer à équilibrer les bonnes relations économiques avec la Chine et ses relations étroites avec les États-Unis sur le plan sécuritaire. Bien entendu, la Covid-19 a rendu cet équilibre presque impossible. La Grande-Bretagne durcit sa position sur Huawei, ainsi que sur la façon dont elle filtre les investissements chinois. La question est toutefois de savoir comment – lorsqu’elle quittera l’union douanière de l’UE à la fin de cette année, et qu’elle sera potentiellement confrontée à la pire crise économique des temps modernes et qu’elle négociera avec les États-Unis qui pourraient être dans une situation similaire – pourrait-elle trouver de nouvelles sources de croissance. La Chine est la plus viable à l’heure actuelle. Les Britanniques doivent faire un choix dénué d’ambiguïté, soit abandonner les enjeux économiques ou s’aliéner ceux où priment la sécurité.

Il ne s’agit donc pas d’un simple cas où les démocraties prouveraient que leur prise de décision serait meilleure et que les régimes autocrates sont un échec. La Grande-Bretagne a enregistré de nombreux décès, mais Taïwan, qui est aussi une démocratie, affiche un très faible taux de décès – toujours à moins de 10%.

Les opposants de Xi au sein du PCC (parti communiste chinois) pourraient être tentés de profiter de la crise pour déstabiliser et compromettre son règne. Quelles sont les principales sources d’opposition à Xi à l’heure actuelle?

C’est très difficile à dire. Il y a eu peu de signes de désaccord face au pouvoir de Xi depuis un certain nombre d’années. Des divisions auraient pu se faire jour avec ce genre de crise, même si ce n’était qu’un problème chinois. Cela a cependant illustré que le reste du monde représente un environnement assez hostile à l’égard de la Chine en ce moment, éliminant de ce fait le scénario selon lequel le largage de Xi faciliterait les choses au niveau des relations avec le monde qui les entoure pour quiconque à l’échelle nationale. Il est également manifeste que même si de nombreux Chinois peuvent penser que leur gouvernement n’a pas accompli un excellent travail dans le dossier de la Covid-19, ils peuvent constater que d’autres pays affichent une gestion aussi mauvaise, sinon pire. Il ne s’agit donc pas d’un simple cas où les démocraties prouveraient que leur prise de décision serait meilleure et que les régimes autocrates sont un échec. La Grande-Bretagne a enregistré de nombreux décès, mais Taïwan, qui est aussi une démocratie, affiche un très faible taux de décès – toujours à moins de 10%. Dans une situation confuse comme celle-ci, il n’est pas étonnant que la majorité des Chinois optent pour le statu quo.

La clarté est la marque de commerce de Xi Jinping et il sait ce qu’il veut.

Selon vous, quelles sont les principales qualités de Xi en tant que leader et homme d’État?

La clarté est sa marque de commerce et il sait ce qu’il veut. Il est manifestement formidable en tant que politicien national. Alors que la plupart des dirigeants occidentaux ont été bousculé en traitant avec Trump, Xi a été communément chevronné – prenant la position de Trump au sérieux en tant que président et mesurant qu’il ne s’agit pas simplement d’un homme. C’est plutôt la fonction envers laquelle on doit articuler une politique.

Certains sont frustrés que la Chine ait ses propres aspirations

 À l’inverse, quelles sont ses principales lacunes?

Sa clarté, justement! Dans le passé, les dirigeants chinois pouvaient se montrer ambigus et amorphes, évitant ainsi de prendre des engagements. Hu Jintao en est un exemple typique. Personne ne savait vraiment où il se situait. Xi a au moins répondu aux questions au sujet des aspirations de la Chine, quelle est sa vision. En faisant cela, il a naturellement suscité beaucoup de critiques aux États-Unis et ailleurs simplement parce que l’idée que la Chine ait sa propre identité et aspirations offusque plusieurs de ses détracteurs – en particulier après avoir tant investi pour voir comment les relations économiques conduiraient à un changement politique, un scénario qui, bien sûr, ne s’est jamais produit jusqu’à présent, et qui a provoqué la frustration et la colère qui se manifestent dans la période Trump.

Je ne pourrais pas conclure cette entrevue sans vous demander si vous travaillez sur un livre à venir et, dans l’affirmative, quel sera le sujet abordé?

Je viens de terminer un livre au sujet de l’histoire contemporaine de la Chine qui sera publié par Polity Press le 1er juillet. Je travaille également sur une autre proposition de livre portant sur l’avenir du monde et un système international à deux vitesses où la Chine et les États-Unis parviennent à une forme d’entente, et ce, malgré leurs différences.

Je vous remercie encore infiniment, Professeur, pour la générosité de votre temps. Je suis impatient de lire vos prochains articles à propos de Xi Jinping et de la politique chinoise.

Israël veut procurer la technologie laser à ses Forces armées – Entrevue exclusive avec le rédacteur en chef du Jerusalem Post

YaakovKatzOfficial
Yaakov Katz (courtesy of himself)

THE ENGLISH VERSION FOLLOWS

Yaakov Katz, rédacteur en chef du grand quotidien The Jerusalem Post et auteur de deux livres à succès consacrés aux affaires militaires israéliennes a récemment accepté de répondre à quelques questions exclusives pour ce blogue. Voici donc le contenu de notre échange, pour lequel je lui suis d’ailleurs très reconnaissant.

Je suis d’avis que les bons auteurs s’inspirent de grands livres. Accepteriez-vous de partager avec mes lecteurs quel est le meilleur livre que vous ayez lu?

J’ai lu plusieurs excellents livres. Celui qui a vraiment influencé mon style d’écriture et de narration s’intitule Thirteen Days in September (13 jours en septembre) par Lawrence Wright. C’est un livre fantastique au sujet des pourparlers de paix de Camp David entre Israël et l’Égypte, mais ce que Wright fait d’étonnant, c’est de donner aux lecteurs le sentiment qu’ils sont dans la pièce avec Begin, Sadate et Carter. Je le recommande vivement.

À l’heure actuelle, l’un des grands objectifs est la technologie laser pouvant intercepter potentiellement des missiles et des tirs de mortiers ennemis en approche. Imaginez ce que cela signifierait pour Israël.

Après avoir lu votre excellent livre The Weapon Wizards (écrit avec Amir Bohbot), je me demandais si vous pouviez me dire quelle nouvelle innovation / invention israélienne pourrait faire son apparition dans un avenir prochain – si vous êtes autorisé à en parler?

Le secteur de la défense et les Forces de défense israéliennes (IDF) sont constamment à la recherche de nouvelles capacités et technologies. À l’heure actuelle, l’un des grands objectifs est la technologie laser pouvant être utilisée à différentes fins, mais avant tout pour intercepter potentiellement des missiles et des tirs de mortiers ennemis en approche. Imaginez ce que cela signifierait pour Israël. Quelques systèmes laser déployés le long de ses frontières pourraient potentiellement libérer le pays de ces missiles qui représentent une menace. Pensez aussi à l’aspect économique de cela – si un intercepteur de type Iron Dome coûte environ 100 000 dollars, un tir laser ne coûterait presque rien.

WeaponWizardsDans The Weapon Wizards, on retrouve un chapitre fascinant intitulé « Les armes diplomatiques », à l’intérieur duquel vous faites référence au développement des relations d’Israël avec la Chine. Que diriez-vous sur l’état de cette relation aujourd’hui (où elle en est actuellement)?

Les relations entre Israël et la Chine ont commencé par des ventes d’armes. C’est l’histoire fantastique d’un petit pays qui s’est servi de sa technologie d’armement pour nouer des relations diplomatiques avec plusieurs pays, dont certains plus grands, à travers le monde. Israël entretient aujourd’hui de vastes liens économiques et commerciaux avec la Chine, mais rien dans le domaine de la défense. Cette décision a été prise il y a une quinzaine d’années, pour éviter toute tension avec les États-Unis.

Même si Vladimir Poutine a accepté qu’Israël mène des opérations en Syrie, cette position pourrait changer demain.

Comment envisagez-vous les relations d’Israël avec la Russie dans un avenir proche?

Israël et la Russie entretiennent des relations étroites, principalement en raison de la forte présence de la Russie en Syrie et dû au fait qu’Israël souhaite conserver la capacité d’opérer sur ce territoire contre l’Iran et le Hezbollah comme il se doit. Jusqu’à présent, la Russie a bien compris cet enjeu, mais je ne pense pas que les Israéliens caressent l’illusion que la Russie se soucie véritablement du danger qui plane au-dessus d’Israël. Au bout du compte, les responsables de la défense et du gouvernement savent que le président Poutine ne pense qu’à la Russie et que même s’il a accepté qu’Israël mène des opérations en Syrie, cette position pourrait changer demain.

L’une de mes parties préférées dans le livre fut lorsque j’ai appris que les personnes autistes servent dans l’armée israélienne et y occupent un rôle très crucial. Est-ce que des personnes souffrant d’autres handicaps peuvent également servir dans les rangs? Un diabétique comme moi pourrait-il porter l’uniforme et servir le pays si j’étais Israélien?

L’armée israélienne a des critères très stricts pour savoir qui peut et qui ne peut pas porter l’uniforme. Règle générale, les personnes souffrant de sérieux problèmes médicaux préexistants ou qui ont été atteints d’une maladie grave mettant leur vie en danger dans le passé bénéficient d’une exemption médicale. Ils peuvent toujours se porter volontaires pour le service militaire. C’est ce qui se passe pour les soldats handicapés.

Envisagez-vous d’écrire bientôt un autre livre et, si oui, de quoi s’agira-t-il?

Je pense toujours à de nouveaux sujets pour un livre. Vous devrez être patient 😊

Si le Premier ministre Netanyahou peut rester en fonction et subir son procès simultanément, il le fera.

Pensez-vous que Benjamin Netanyahu peut survivre en tant que Premier ministre? Si oui, pourquoi?

Si Benjamin Netanyahou peut rester en fonction et subir son procès simultanément, il le fera.

Il existe de nombreux scénarios, mais en voici un: que se passe-t-il s’il est acquitté par le tribunal et reconnu innocent de corruption? Fondamentalement, je pense qu’il s’accrochera aussi longtemps qu’il le pourra. S’il peut rester en fonction et subir son procès simultanément, il le fera.

Benny Gantz est un homme sérieux, mais ce n’est pas un politicien et ça se voit.

J’ai toujours été impressionné par l’entrée de personnalités issues du secteur militaire israélien dans la vie publique. Pensez-vous que Benny Gantz dispose des qualités d’un Moshe Dayan ou d’un Yitzhak Rabin?

Le temps nous le dira. Gantz est un homme sérieux qui, je n’en doute pas, se soucie profondément de l’État d’Israël. Mais ce n’est pas un politicien et ça se voit.

***********************

ShadowStrikeYaakov Katz, Editor-in-Chief of The Jerusalem Post and author of two acclaimed books about Israeli military affairs recently agreed to respond to a few exclusive questions for this blog. Here is the content of our exchange, for which I’m very grateful.

It is my opinion that good authors are inspired by great books. Would you agree to share with my readers what is the greatest book you read?

I’ve read many great books. One that I can say that really influenced my style of writing and storytelling is called Thirteen Days in September by Lawrence Wright. It is a fantastic book about the Camp David peace talks between Israel and Egypt but what Wright does amazingly is give readers the feeling that they are inside the room with Begin, Sadat and Carter. I strongly recommend it.

One big focus right now is laser technology that can be notably used to potentially intercept incoming enemy missiles and mortars. Imagine what this would mean for Israel.

Following my reading of your excellent book The Weapon Wizards (written with Amir Bohbot), I was wondering if you could tell me what new Israeli innovation / invention might be coming out in the near future – if you are allowed to talk about it?

The defense establishment and IDF are constantly looking at new capabilities and technology. One big focus right now is laser technology that can be used for an assortment of purposes but first and foremost to potentially intercept incoming enemy missiles and mortars. Imagine what this would mean for Israel. A few laser systems deployed along its borders would potentially rid the country of this missile threat. Think also about the economics of this – if an Iron Dome interceptor costs around $100,000, a laser shot would cost almost nothing.

In The Weapon Wizards, there is a fascinating chapter titled “Diplomatic Arms”, in which you are referring to the development of Israel’s relations with China. What would you say about this relationship today (where it stands now)?

Israeli ties with China started through arms deals. It’s a great story of how this tiny country used its weapons technology to forge and open diplomatic relations with different and much larger countries around the world. Today, Israel has vast economic and trade ties with China but nothing in the realm of defense. This was decided about 15 years ago to avoid any tension with the United States.

President Putin is okay today with Israel operating in Syria, but that could change tomorrow.

How do you see Israel’s relationship developing with Russia in the near future?

Israel and Russia have a close relationship primarily because of Russia’s large presence in Syria and the fact that Israel wants to retain the ability to operate there against Iran and Hezbollah as it needs to. Russia has understood this until now, but I don’t think that people in Israel are living an illusion that Russia genuinely cares about the danger to Israel. Ultimately, defense and government officials know that President Putin is thinking solely about Russia and that while today he is okay with Israel operating in Syria, that could change tomorrow.

One of my favorite part in the book was when I learnt that autistic people are serving in the IDF in a very crucial role. Are there other people with disabilities who can serve in the ranks? Could a diabetic like me wear the uniform and serve the country if I was Israeli?

The IDF has very strict criteria for who can and who cannot serve in uniform. In general, people with serious preexisting medical conditions or people who have had a serious life-threatening disease in the past, are given a medical exemption. They can still volunteer for military service. That is what happens in the case of soldiers with disabilities.

Do you think of writing another book soon and, if so, what will it be about?

I am always thinking of new topics for a book. You will have to wait and see 😊

If Prime Minister Netanyahu can stay in office and run his trial at the same time, he will.

Do you think Benjamin Netanyahu can survive as Prime Minister? If so, why?

There are many scenarios but here is one – what happens if he is acquitted by the court and found innocent of corruption charges? Basically, my point is that he will try to hold on for as long as he can. If he can stay in office and run his trial at the same time, he will.

Benny Gantz is a serious politician, but he is not a politician and it shows.

I’ve always been impressed with Israeli military figures entering public life. Do you think Benny Gantz has the qualities of a Moshe Dayan or a Yitzhak Rabin?

Time will tell. Gantz is a serious person who I have no doubt, cares deeply for the State of Israel. But, he is not a politician and it shows.

De Gaulle et les grands

DeGaulleEtLesGrandsMa fascination envers le Général de Gaulle est une vocation tardive. Pour tout dire, j’ai commencé à m’intéresser à lui un beau jour de septembre 2014, alors que je me trouvais dans un salon de barbier londonien et que j’ai fait la rencontre d’un anglais francophile dont la mère avait été la secrétaire du grand homme pendant la Seconde Guerre mondiale. Cette agréable discussion a déposé en moi un grain qui allait germer au fil du temps.

À l’approche du 50e anniversaire de la disparition de l’homme du 18 juin, les publications à son sujet ne manquent pas et les éditions Perrin nous choient avec plusieurs titres aussi invitants les uns que les autres.

À cet égard, le sympathique journaliste et historien Éric Branca a piqué ma curiosité avec son dernier livre, De Gaulle et les grands. Parce qu’il campe le Général dans ses relations avec les autres grandes pointures de l’histoire contemporaine. Admirateur de Ben Gourion et de Kennedy, fasciné par Mao, toujours curieux de lire ce que les auteurs ont à dire au sujet de Roosevelt et Staline et irréductible de Churchill, je ne pouvais laisser ce livre trop longtemps sur ma liste de titres « à lire ». Y plonger était une gourmandise à laquelle je ne voulais pas résister.

Les relations internationales faisant partie de mes sujets de prédilection, Éric Branca m’a permis de relever à quel point de Gaulle était un réaliste (le terme revient à plusieurs reprises entre les couvertures), un pragmatique dans tous les sens du terme. À témoin, la citation suivante : « J’aime mieux voir à la tête du Parti communiste, un homme qui gardera toujours accrochée aux fesses la casserole de sa désertion plutôt qu’un authentique résistant […]. » J’ai trouvé ça délicieux.

DeGaulleNixon
Le Général de Gaulle et le Président Nixon en 1969 (Source: Richard Nixon Foundation)

Mais de Gaulle était aussi un anticonformiste déclaré et assumé. C’est ainsi que l’homme d’État demeurait de glace devant les approches de Tito, puisque celui-ci était un usurpateur profitant des actions posées par « le vrai héros national », Draža Mihailović (que Tito fera liquider), celui « […] qui a fait perdre deux ou trois mois à la Wehrmacht au printemps 1941 (en utilisant les méthodes de la guérilla). Il a empêché les Allemands d’atteindre Moscou et Leningrad avant l’hiver. C’est peut-être lui qui a causé la perte de Hitler », selon le Général.

Ou encore la réponse du Général à son ambassadeur à Washington qui lui recommande de ne pas rencontrer le candidat à l’investiture républicaine en 1968, Richard Nixon, puisqu’on accorde à ce dernier bien peu de chances d’arriver premier au fil d’arrivée. Sur le télégramme apportant ce conseil, de Gaulle griffonne : « Je le recevrai donc. »

Je mentionne une dernière anecdote, probablement la plus savoureuse selon moi, au sujet de l’intervention du président français dans l’élection du successeur du pape Pie XII. Dès le lendemain du décès de celui-ci, il envoie l’avion présidentiel chercher l’ambassadeur français à Rome pour déterminer quel candidat répondra le mieux aux intérêts de l’Hexagone. C’est sur le patriache de Venise, le cardinal Roncalli, que se jette le dévolu de l’Élysée. Au dixième tour de scrutin, le parti français au Conclave parvient à faire pencher le résultat en faveur de celui qui deviendra le pape Jean XXIII. À lui seul, le chapitre consacré à la relation de de Gaulle avec l’initiateur du Concile Vatican II mériterait certainement un livre entier.

Chacun des chapitres du livre est rempli d’anecdotes similaires, qui viennent soutenir les affirmations de l’auteur quant aux principes géopolitiques et dispositions personnelles du Général.

Puisque ce pays effectue son ascension au rang de grande puissance, la relation entre de Gaulle et Mao représente un très grand intérêt actuellement. Je sais bien qu’il n’est pas évident de faire abstraction de la Covid-19, mais il serait peut-être approprié, en envisageant le long terme, de méditer ces paroles visionnaires du Général : « Un jour ou l’autre, peut-être plus proche qu’on ne croit, la Chine sera une grande réalité politique, économique et même militaire… » 50 ans plus tard, force est d’admettre que celui qui a couché cette formule sur papier avait très bien compris que les idéologies, qu’elles soient politiques ou commerciales, constituent une entrave à ce réalisme qui permet aux relations internationales de vivre dans un équilibre dont le monde a grand besoin. Plus que jamais.

Ce livre figure d’ores et déjà dans mon classement des meilleurs livres d’histoire. Parce qu’il dévoile comment un homme qui a toujours su que « le vrai courage est d’affronter les malheurs » a pris place parmi les grands. Incontestablement, de Gaulle figure parmi les grands, j’avancerais même parmi les plus grands.

Puisque le pragmatisme, le réalisme et le progressisme (à la Nixon et de Gaulle) sont des valeurs qui me rejoignent, Éric Branca a probablement fait naître un gaulliste en moi en nous offrant ce livre exceptionnel et opportun.

Sur ce, je vais maintenant placer L’ami américain : Washington contre de Gaulle 1940-1969 – un précédent livre de cet auteur – sur la liste des livres que je lirai prochainement. Je suis déjà impatient.

________

Éric Branca, De Gaulle et les grands : Churchill, Hitler, Roosevelt, Staline, Tito, Adenauer, Jean XXIII, Houphouët-Boigny, Kennedy, Ben Gourion, Nasser, Nixon, Franco, Mao…, Paris, Perrin, 2020, 432 pages.

Je tiens à remercier sincèrement les Éditions Perrin de m’avoir offert un exemplaire du livre et pour leur amical soutien envers ce blogue.

De l’importance de la Chine

OlivieriChine
Photo prise le 6 mars 2020 à la Librairie Oliveri de Montréal.

La librairie Olivieri de Montréal est l’une de mes favorites. Il est pratiquement impossible d’en ressortir les mains vides. Je suis passé par cette vénérable institution du chemin de la Côte-des-Neiges hier soir et je fus agréablement surpris de constater que les questions relatives à la Chine (histoire, diplomatie, philosophie et diplomatie) y occupent une place prépondérante. La photo que j’ai prise de la table sur laquelle sont posés les titres offerts à la clientèle à cette fin pourra vous en convaincre.

Comme quoi, l’Empire du Milieu occupe non seulement un positionnement dominant dans la géopolitique mondiale, mais aussi dans les préférences de lecture de plusieurs. Ce qui constitue un très bon signe, selon moi. Puisque, comme le disait si bien l’ancien président français François Mitterrand, « savoir, c’est pouvoir. »

On entend beaucoup parler de la Chine ces temps-ci dans les médias en raison de la crise du Coronavirus et des tragédies qui y sont associés (comme cet hôtel reconverti en site de quarantaine qui s’est effondré), mais il serait réducteur et néfaste de confiner notre champ de vision à ce seul sujet. Ce pays revêt une importance beaucoup plus significative pour la géopolitique mondiale. Et un jour se lèvera où le virus aura pris place dans les pages de l’histoire, mais la grande question de la place de Pékin dans le monde subsistera et elle devra continuer de se retrouver au coeur de nos réflexions et de nos actions.

J’ai l’intention de passer quelques heures le nez plongé dans le dernier livre de Jean-Pierre Raffarin, Chine, le grand paradoxe, dans les prochains jours. J’ai d’ailleurs l’intention de le recenser sur ce blogue dans les prochaines semaines.

Je vous laisse avec ce proverbe chinois selon lequel « Un ami, c’est une route, un ennemi, c’est un mur. » (lu au début du livre Les défis chinois de Éric de la Maisonneuve). Y trouverions-nous un résumé de la philosophie devant nous guider dans notre compréhension de cette contrée fascinante mais méconnue?

De la puissance militaire chinoise

59285914_885111425160899_3410779249404018688_nEn parcourant les données partagées par le Stockholm International Peace Research Institute, je me suis particulièrement intéressé aux données relatives aux dépenses militaires de la Chine. J’ai donc pu observer que, depuis 2005, le budget militaire de Pékin a triplé. L’Empire du Milieu est donc devenu une puissance militaire en pleine expansion et cela dans la logique du fait que “l’internationalisation de la Chine conduit nécessairement le pays à protéger ses intérêts grandissants à l’étranger, mais aussi à assurer la statute internationale du pays, notamment, et de plus en plus, par le biais de son outil militaire”, pour citer le chercheur Antoine Bondaz dans un excellent chapitre publié dans le livre La Chine dans le monde. Comme les eaux tranquilles d’un fleuve, les lieutenants de Xi Jinping se jettent dans les mers tumultueuses de la politique internationale appuyés d’un “outil militaire moderne et opérationnel”.

Le budget militaire russe rétrécit

Top5DepensesMilitairesJe lisais cette semaine dans mon quotidien britannique favori que la Russie ne fait plus partie du top 5 des pays qui dépensent le plus dans le domaine de la défense.

Accusant une diminution de 3,5% du budget consacré dans cette catégorie en 2018, le pays de Vladimir Poutine a également reculé de deux places au palmarès par rapport à l’année dernière, permettant ainsi à la France d’accéder au top 5.

De là à prétendre que la Russie est en phase d’abandonner la posture résolument militarisme qui lui permet de manifester son influence sur la scène internationale, il y a un pas qu’il faudrait se garder de franchir. On peut notamment se questionner à savoir si ce positionnement est volontaire ou tributaire du contexte entourant les sanctions occidentales et les prix plus bas du pétrole.

Parmi les autres conclusions qu’il est possible de tirer des données dévoilées par le Stockholm International Peace Research Institute (SIPRI), on apprend également que le budget militaire de la Pologne a enregistré une croissance de 8,9%. Ce développement s’inscrit naturellement dans le contexte des tensions qui subsistent entre Varsovie et Moscou, notamment à propos de la question ukrainienne.

La Grande-Bretagne, de son côté, se classe en 7position derrière la Russie. Le britannophile que je suis ne pouvait s’empêcher de le souligner…

Quant au Canada, son classement au palmarès demeure stable en 14eplace.

Dans la tête de Xi Jinping

DansLaTetedeXiJinpingIl y a quelques années, je me souviens avoir vu une photo du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, prise dans l’avion alors qu’il se rendait en Chine. Sur sa table se trouvait le livre d’Henry Kissinger On China. J’avais alors été impressionné par la hauteur de vue du dirigeant israélien, boulimique de lecture et avide de connaissances à propos de cet Empire du Milieu avec lequel il souhaitait resserrer les liens.

Je suis peut-être trop sévère, mais je suis d’avis que les Nord-américains ont trop tendance à prétendre que le monde tourne autour des États-Unis et de l’Europe. À preuve, l’intérêt dominant consacré à la politique américaine (et à Donald Trump) quand on aborde la politique internationale.

Au-delà de cette étroitesse de vue, il y a le reste du monde. Et nous passons à côté de l’ascension de la 2epuissance mondiale, une « […] Chine qui se flatte d’être la seule puissance capable de tenir tête culturellement, économiquement, militairement aux États-Unis », pour reprendre les mots de François Bougon dans son livre Dans la tête de Xi Jinping.

Parce qu’il faut bien le dire, le président chinois est le principal architecte de la posture internationale actuelle de son pays. De la nouvelle route de la soie aux opérations en mer de Chine méridionale, en passant par la progression du fleuron technologique chinois Huawei aux quatre coins du monde, l’homme fort de Pékin alterne entre un usage judicieux du hard power (force militaire) et du soft power(rayonnement culturel) pour avancer ses pions sur l’échiquier mondial, enfilant les habits du chef de file de l’alternative au modèle occidental, « la fatigue démocratique [gagnant] un peu partout. »

Pour bien mesurer le socle du positionnement de la Chine dans le monde, il est essentiel de bien et mieux connaître la personnalité et la pensée de celui qui en préside les destinées. C’est justement ce à quoi s’emploie l’auteur dans un (trop) court ouvrage visant à faire prendre conscience au lecteur et à la lectrice que, même si Xi Jinping ne figure pas parmi les leaders mondiaux les plus sulfureux ou polarisants (nous avons bien quelques exemples en tête…), il n’en demeure pas moins que « Xi est l’homme qui rompt avec cette doctrine du profil bas, donnant ainsi des gages aux jeunes et moins jeunes générations de nationalistes. »

En jouant sur la corde nationaliste, le Secrétaire général du Parti communiste chinois fait la synthèse de l’histoire plurimillénaire de son pays et c’est bien là l’un des atouts les plus importants dans son jeu. Xi Jinping ne deviendra jamais un Gorbatchev (on reproche au second d’avoir été le fossoyeur d’un empire – un destin qu’abhorrent les locataires du Zhongnanhai (quartier général du PCC)), mais il ne rechignera pas à utiliser tous les atouts à sa disposition – qu’ils s’appellent Confucius, Sun Tzu ou Mark Zuckerberg – pour mener le combat.

Que cela plaise ou non, la Chine est déjà en train d’écrire les pages de son avenir et du nôtre par la même occasion. « Pour lui [Xi Jinping], l’avenir est dans le passé », nous dévoile François Bougon. Avec son sourire gêné et sa démarche discrète, Xi Jinping s’avance donc sur la scène mondiale avec l’assurance d’un empereur soutenu par 5000 ans d’histoire. Et nous aurions tort de ne pas consacrer autant d’efforts à découvrir son parcours et sa pensée qu’à s’en méfier.

________________

François Bougon, Dans la tête de Xi Jinping, Arles, Actes Sud, 2017, 220 pages.