Vladimir Putin, Defender of Russia’s Interests

VladimirPutin
President Vladimir Putin, participates in a wreath laying ceremony at the Tomb of Unknown Soldier in Moscow, Russia, on June 22, 2020 (Source: Spokesman.com)

Cliquez ici pour la version française

In just a couple hours, the heart of Russia will vibrate to the sound of patriotic military music. People will celebrate Victory Day and the 75th anniversary of the defeat of Nazi Germany – a feat that would have been impossible without Soviet contribution. President Vladimir Putin will be the host of the ceremony that will unfold in Moscow. Since he has been at the helm of Russia for 20 years and because it is realistic to think that he will carry on beyond the end of his current mandate in March 2024, I thought it might be interesting to conduct an interview about the President of the Federation with a leading expert of this country. Dr. Dmitri Trenin, author of many insightful books on the subject (I recently reviewed his captivating book about the history of Russia) and Director of the Carnegie Moscow Center, has generously accepted to answer my questions. Here is the content of our exchange.

Putin has broken the American monopoly in world affairs.

Entire forests have been used to print analysis and op-eds condemning President Putin and portraying him as a threat to the world’s stability. On the other side, your book about the history of Russia presents him as a leader who wants his country to be respected. What is his worldview and agenda?

DmitriTrenin
Dr. Dmitri Trenin

What you say depends on where you sit. For those defending the current – post-Cold War – order of unprecedented dominance of the United States and the liberal and democratic norms that the U.S. has established – upholds and polices, Vladimir Putin is a dangerous disruptor. Since his Munich speech of 2007, he has been publicly challenging U.S. global hegemony and since 2008 (pushing back against Georgia’s attempt to recover breakaway South Ossetia) and 2014 (intervening in Crimea and Eastern Ukraine) has been pushing back against Western geopolitical expansion. Putin has broken U.S. de facto monopoly on intervening in the Middle East by sending forces into Syria in 2015. The following year, Russia interfered with its information resources in U.S. domestic politics which stunned many Americans who are not used to foreigners seeking to influence them. Russia has also strengthened partnership with China, America’s principal challenger of the day. Moscow has energy assets in Venezuela, whose leadership Washington seeks to topple; it has a relationship with Iran and contacts with North Korea, two minor enemies of the United States. Above all, however, Russia, under Putin, has veered off the West’s political orbit; returned to the global scene as a great power; and rebuilt its military might. Russia, which had been relegated to yesterday’s news, an international has-been, a regional power at best (Obama) and a filling station masquerading as a country (McCain), made a stunning comeback.

I am a private Russian citizen and an analyst. I have no reason to mourn the passing of the post-Cold War order, which was built on the illusion that a single country’s and one universalist ideology’s global dominance would long remain unchallenged, although I brace myself for the conflicts that any world order change brings with it. As a Russian, I appreciate the country’s international comeback and it is becoming again a subject, rather than object, of world politics. Putin wants Russia respected internationally. Fine, I accept that. In my own view, however, self-respect is even more important. I would worry less about others’ views of the country, but care a lot about what Russians themselves think of their country, its leadership and its people. There, I think, we still have a long way to go to build an economy, a scientific and technological base, and national solidarity that we can be proud of. Completing this task takes Russia way beyond Putin’s time, even if he stays in power through 2036.

The world has changed enormously since the 1980s. The Cold War won’t happen again.

What do you say to those who claim that Russia and the West are currently living a new Cold War?

I would say that there has been one and only Cold War. It will not be repeated. If one uses the historical analogy to describe the current situation, one would be expecting things to happen that won’t, and missing the things that will. The world has changed enormously since the 1980s. This does not however minimize the depth and breadth of the conflict between Russia and the United States, and the stand-off between Russia and the rest of the West. With the U.S., Russia has been in confrontation since 2014. The Cold War was also a confrontation, but a different one. Today, the two powers confront each other in a global economy, within a global information space, and without an Iron Curtain or a Berlin Wall. The ideological conflict is greatly muted, at least on the Russian side. And the U.S.-Russia conflict is no longer central to the world system. With the rest of the West, Russia is not in confrontation. I would call this sorry state of affairs alienation or estrangement.

In your book about the history of Russia, you write that “It is a safe bet to say that Russia is unlikely to elect a version of liberal capitalism and agree to some form of political capitulation to the West. (p. 183)” What are the ingredients to be a good and efficient Russian statesman?

A Russian statesman needs to hold the country’s interests above any private considerations. He or she has to be a servant of the country. Ideology, money, or outside praise should not influence his/her actions. He or she needs to have a feel for the bulk of Russian people, be able to reach out to the vast majority of them, feel their needs, speak their language, listen to them, defend/protect them from bureaucratic or plutocratic abuse. Such a statesman has to have full command of those working under him, carefully select his senior aides, and when necessary be ruthless with them, for the sake of the good country and the rule of law. The Russian political system is not so much about division of power – this leads to chaos in a country like Russia – but about a division of responsibilities. The head of state is ultimately responsible for everything that goes on, but he/she serves under law. The various departments – the legislature, the executive branch, and the courts – have their own specific responsibilities. What is crucially important for Russia is an independent judiciary. The rule of law rather than the free play of competing interests presenting itself as a democracy should be the foundation of a stable Russian political regime. Right now, Russia is extremely far from this.

I have read somewhere that Peter the Great once was a source of inspiration for President Putin. In your opinion, what figure from the past is his favorite model and why?

Hard to say. You’ve got to ask him. Putin certainly respects peter the Great, but as a ruler he is very far from that model. The system he has built is more like that of Alexander III (1881-1894), a conservative autocrat, a Russian patriot, and a promoter of capitalist economic growth with the state’s active role. Alexander’s was a quiet reign, but his son proved unable to manage the country’s many internal contradictions and lost the throne, the country, and his own and his family’s lives. Russian history is often tragic.

The silent majority is still wedded to Putin as the leader they know.

Do you foresee that the Covid-19 will affect his prospects, in relation with a modification to the constitution permitting him to stay at the helm of the state?

It is hard to foresee third- or fouth-tier consequences of the COVID pandemic. In the near term, I do not see many problems for Putin inside the country. So far, they have rather managed the emergency than mismanaged it. The new constitutional amendment allowing Putin to run for presidency in 2024 and potentially stay in office till 2036 has actually many more supporters in the country than opponents. The silent majority is still wedded to Putin as the leader they know. This does not come with the job (look at the fate of Gorbachev and Yeltsin) and will not always be this way. That said, I do not think that the years leading to the 2024 elections will be uneventful. The country is changing, demographically, socially, mentally. Leadership change in the Russian system is always a crisis. Putin had an option of engineering it gradually, and under his own supervision, but in the end decided against it. This might be a fateful decision.

A significant part of Israel’s population appreciates that the Red Army physically saved many European Jews from sure death at the hands of the Nazis.

You have written about the presence of Russia in the Middle East. Historically, there has been difficult times in the relationship between Moscow and Jerusalem. I notably think about the aftermath of the Six-Day War and the Cold War. Things have taken a different course under President Putin. I would therefore be curious to know what are your opinions and analysis about the developing relationship between the two countries?

Putin is the most pro-Jewish, pro-Israeli leader in Russian history. This has to be personal. We know that some of his best friends, his favorite teacher of German were Jewish. With the abandonment of superpower role and ambitions Russia has become a very different international character, including in the Middle East. It is driven by its own interests, and seeks no clients, which usually come at a price. Israel offers Russia a population which is 20% or so Russian-speaking – and unlike so many other emigres from Russia – not anti-Russian. These people appreciate that the Red Army physically saved many European Jews from sure death at the hands of the Nazis. Today, both Russia and Israel face the threat from Islamist radicals / extremists. There is mutual empathy. In more practical terms, Israel as a technologically advanced country has much to offer to Russia. Israel is the only place in the Middle East where Russians can have a candid conversation using the common language of Realpolitik and fully understand their interlocutors, while not necessarily completely agreeing with them – say, on Iran. I do not think this relationship will grow much thicker than now – Israel, after all, is a close ally of the United States – but I believe it will stay decent and productive.

What is Israel’s importance in Russia’s geopolitical agenda?

It is an important factor that is not being ignored – whether on Syria or Iran. Fortunately, Russia does not have a geopolitical agenda for the region. It is out there in pursuit of its own interests. Not just Russia, but the United States, the nominal security guarantor, is leaving the Middle East largely to its own devices.

Do you think the relationship between the two countries will expand in the coming years?

It might – on the margins, but not much. Or it may contract a bit.

Benjamin Netanyahu’s political longevity is worthy of Vladimir Putin’s respect.

How could you describe the relationship between President Putin and Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu?

Putin evidently sees foreign affairs as a game of leaders. Netanyahu has managed to stay at the top of Israeli politics longer than all prime ministers after David Ben Gurion. That is an accomplishment, and it is worthy of Putin’s respect. Putin himself has been in power even longer. As two men, Putin and Netanyahu speak plainly to each other, well understand the other’s point of view, do not leak, and keep their promises. All this cements the relationship.

President Putin seems to have a very good relationship with Crown Prince Mohammed bin Salman of Saudi Arabia. Is Saudi Arabia becoming a key ally of Russia in the Middle East?

No, Saudi Arabia will not become Russia’s ally. Moscow does not have allies in the traditional (i.e., Cold War) sense of the word, only partners. Putin has been able to reach out to Mohammed bin Salman and do some deals with him. Yet, this relationship is unlikely to have the candor and clarity of the Putin-Netanyahu bond. No worries. Putin will be using what is available to further Russian interests (oil price, geopolitics re Syria, Iran, Libya, Egypt, others). The short price war of Spring 2020 between Saudi Arabia and Russia has been part of the learning process. I think both Moscow and Riyadh have more reasons for working together than against each other.

The best book about Vladimir Putin has not been written yet.

What would be your suggestion about the best book to read (in English) about President Putin?

The best book – a more objective, dispassionate study – is yet to be written. What is available on the market is written with an eye to the market, which demands books that confirms the established view rather than challenges it. It is not surprising that the Germans ever coined a phrase “Putinversteher” – “one who understands Putin” – to label those who are deemed to diverge too far from the cliché. This is telling. Understanding under these conditions will only come much later.

If you are at liberty to share it with our readers, are you working on another book and, if so, what will it be about?

I am trying to write an analysis of the lessons learned – or which need to be learned – by Russia’s foreign policy from Gorbachev to Putin, which in turn would lead me to suggest what kind of foreign policy would be best for Russia in the years and decades to come.

Many thanks Dr. Trenin for accepting to answer these questions.

*****************************

Version française

Vladimir Poutine, défenseur des intérêts de la Russie

Dans quelques heures, le cœur de la Russie vibrera au son de la musique militaire patriotique. La population célèbrera le Jour de la victoire et le 75e anniversaire de la défaite de l’Allemagne nazie – un dénouement qui aurait été impossible sans la contribution soviétique. Le président Vladimir Poutine sera l’hôte de la cérémonie qui se déroulera à Moscou. Étant donné qu’il est aux commandes du pays depuis 20 ans et qu’il est réaliste de penser que son règne se poursuivra au-delà de la fin de son mandat actuel en mars 2024, j’ai pensé qu’il serait intéressant d’effectuer une entrevue à propos du Président de la Fédération de Russie avec l’un des meilleurs experts de ce pays. Le Dr. Dmitri Trenin, auteur de plusieurs livres instructifs sur le sujet (j’ai récemment recensé sa captivante histoire de la Russie) et Directeur du Carnegie Moscow Center, a généreusement accepté de répondre à mes questions. Voici le contenu de notre échange.

Merci beaucoup d’avoir accepté mon invitation à répondre à quelques questions, Dr. Trenin. Je suis sûr que mes lecteurs seront ravis de lire cette entrevue.

Poutine a mis fin au monopole des États-Unis dans les affaires internationales.

Des forêts entières ont été consacrées à imprimer des analyses et des articles d’opinion condamnant le président Poutine, le décrivant comme une menace pour la stabilité du monde. De l’autre côté de la médaille, votre livre sur l’histoire de la Russie le présente comme un leader qui veut que son pays soit respecté. Quelle est sa vision du monde et quel est son agenda?

Ce que vous dites dépend de l’endroit où vous vous situez. Pour ceux qui défendent l’ordre actuel – de l’après-guerre froide – d’une domination sans précédent des États-Unis et des normes libérales et démocratiques que les États-Unis ont établies, respectées et appliquées – Vladimir Poutine est un perturbateur dangereux. Depuis son discours de Munich de 2007, il conteste ouvertement l’hégémonie mondiale des États-Unis et, depuis 2008 (en repoussant la tentative de la Géorgie de récupérer l’Ossétie du Sud séparatiste) et 2014 (l’intervention en Crimée et en Ukraine orientale) a repoussé l’expansion géopolitique occidentale. Dans les faits, Poutine a mis fin au monopole des États-Unis avec l’intervention au Moyen-Orient en envoyant des forces en Syrie en 2015. L’année suivante, la Russie a fait intrusion dans la politique américaine avec ses ressources d’information, ce qui a stupéfait de nombreux Américains qui ne sont pas habitués à ce que des étrangers cherchent à les influencer. La Russie a également renforcé son partenariat avec la Chine, principal compétiteur actuel des États-Unis. Moscou possède des actifs énergétiques au Venezuela, dont Washington cherche à renverser la direction; elle entretient une relation avec l’Iran et des contacts avec la Corée du Nord, deux ennemis mineurs des États-Unis. De manière plus importante, la Russie, sous Poutine, a dévié de l’orbite politique occidental. Elle est revenue sur la scène mondiale en tant que grande puissance et elle reconstruit sa puissance militaire. La Russie, qui avait été reléguée dans la section des vieilles nouvelles, une ancienne puissance mondiale, devenue au mieux un acteur régional (Obama) et une station-service déguisée en pays (McCain), a effectué un retour en force.

Je suis un simple citoyen russe et un analyste. Je n’ai aucune raison d’être chagriné par la fin de l’ordre de l’après-guerre froide, qui a été construit sur l’illusion que la domination mondiale d’un seul pays et d’une idéologie universaliste resterait longtemps incontestée, bien que je me prépare aux conflits que tout changement de l’ordre mondial peut susciter. En tant que Russe, j’apprécie le retour du pays sur la scène mondiale et le fait qu’il redevienne un sujet, plutôt qu’un objet, de la politique internationale. Poutine veut que la Russie soit respectée au niveau international. Très bien, je l’accepte. À mon avis, cependant, le respect de soi est encore plus important. J’ai tendance à moins me soucier de l’opinion des autres au sujet du pays, mais je me préoccupe beaucoup de ce que les Russes eux-mêmes pensent de leur pays, de ses dirigeants et de son peuple. À cet égard, je crois, nous avons encore un long chemin à parcourir pour bâtir une économie, un socle scientifique et technologique et une solidarité nationale dont nous pouvons être fiers. Pour la Russie, l’achèvement de ce projet dépassera l’ère Poutine, et ce, même s’il reste au pouvoir jusqu’en 2036.

Le monde a énormément changé depuis les années 1980. La Guerre froide ne se reproduira pas.

Que répondez-vous à ceux qui prétendent que la Russie et l’Occident vivent actuellement une nouvelle Guerre froide?

Je dirais qu’il n’y a eu qu’une seule et unique Guerre froide. Elle ne se reproduira pas. Si l’on utilise l’analogie historique pour décrire la situation actuelle, on devrait s’attendre à des développements qui ne se concrétiseront pas, et à négliger ce qui se passera. Le monde a énormément changé depuis les années 1980. Cela ne minimise cependant pas la profondeur et l’ampleur du conflit entre la Russie et les États-Unis, et l’impasse entre la Russie et le reste de l’Occident. Avec les États-Unis, la Russie est en confrontation depuis 2014. La Guerre froide était également une confrontation, mais de nature différente. Aujourd’hui, les deux puissances s’affrontent dans une économie mondiale, dans un espace global de l’information, sans rideau de fer ni mur de Berlin. Le conflit idéologique est très discret, du moins du côté russe. Et le conflit américano-russe n’est plus au centre du système mondial. La Russie ne vit pas dans un état de confrontation avec le reste de l’Occident. Je dirais donc que cette triste situation en est une d’aliénation, d’éloignement.

Dans votre livre sur l’histoire de la Russie, vous écrivez qu’ « on risque peu à dire qu’il est peu probable que la Russie élise un président adepte du capitalisme libéral et qui accepte une forme de capitulation politique à l’Occident. (p. 183) » Quels sont les ingrédients pour être un homme d’État russe compétent et efficace?

Un homme d’État russe doit faire passer les intérêts du pays au-dessus de toute considération privée. Il ou elle doit être un serviteur du pays. L’idéologie, l’argent ou les éloges extérieurs ne devraient pas influencer ses actions. Il / elle doit avoir à cœur l’intérêt de l’ensemble de la population russe, être en mesure de rejoindre la grande majorité d’entre eux, de ressentir leurs besoins, de parler leur langue, de les écouter, de les défendre et de les protéger contre les abus bureaucratiques ou ploutocratiques. Un tel homme d’État doit avoir le plein contrôle de ceux et celles qui travaillent sous ses ordres, sélectionner soigneusement ses principaux collaborateurs et, si nécessaire, être impitoyable avec eux, dans l’intérêt du bien du pays et de l’État de droit. Le système politique russe ne repose pas tant sur la division du pouvoir – cela conduirait au chaos dans un pays comme la Russie – mais sur la répartition des responsabilités. Le chef de l’État est en fin de compte responsable de tout ce qui se passe, mais il / elle sert le pays en vertu de la loi. Les différents paliers – législatif, exécutif et judiciaire – ont leurs responsabilités spécifiques. Ce qui est d’une importance cruciale pour la Russie, c’est un système judiciaire indépendant. La primauté du droit plutôt que le libre jeu d’intérêts concurrents se présentant comme une démocratie devrait être le fondement d’un régime politique russe stable. À l’heure actuelle, la Russie est extrêmement loin de cela.

J’ai lu quelque part que Pierre le Grand fut une source d’inspiration pour le président Poutine. À votre avis, quelle figure du passé est son modèle préféré et pourquoi?

Difficile à dire. Il faudrait que vous lui demandiez. Poutine respecte certainement Pierre le Grand, mais en tant que dirigeant, il est très loin de ce modèle. Le système qu’il a construit ressemble plus à celui d’Alexandre III (1881-1894), un autocrate conservateur, un patriote russe et un promoteur de la croissance économique capitaliste assortie d’un rôle actif de l’État. Le règne d’Alexandre fut tranquille, mais son fils s’est avéré incapable de gérer les nombreuses contradictions internes du pays et a perdu le trône, le pays ainsi que sa propre vie et celle de sa famille. L’histoire russe est souvent tragique.

La majorité silencieuse est toujours attachée à Poutine en tant que dirigeant connu.

Prévoyez-vous que la Covid-19 affectera ses perspectives d’avenir, en relation avec une modification de la constitution lui permettant de rester à la barre de l’État?

Il est difficile de prévoir les conséquences au troisième ou au quatrième niveau de la pandémie de la COVID. À court terme, je ne vois pas beaucoup de problèmes pour Poutine à l’intérieur du pays. Jusqu’à présent, la crise a été plutôt bien gérée. Le nouvel amendement constitutionnel permettant à Poutine de briguer les suffrages en 2024 et de rester potentiellement en fonction jusqu’en 2036 suscite dans les faits beaucoup plus de partisans que d’opposants dans le pays. La majorité silencieuse est toujours attachée à Poutine en tant que dirigeant connu. Cela n’est cependant pas automatique (regardez ce qui s’est produit avec Gorbatchev et Eltsine) et il n’en sera pas toujours ainsi. Cela dit, je ne pense pas que les années menant aux élections de 2024 seront sans surprises. Le pays change, démographiquement, socialement, psychologiquement. Un changement de leadership dans le système russe est toujours une crise. Poutine avait la possibilité de le concevoir progressivement et sous sa propre supervision, mais il a finalement décidé de ne pas le faire. Cela pourrait être une décision cruciale.

Un segment important de la population israélienne reconnait le fait que l’Armée rouge a physiquement sauvé de nombreux Juifs européens d’une mort certaine aux mains des Nazis.

Vous avez écrit au sujet de la présence de la Russie au Moyen-Orient. Historiquement, les relations entre Moscou et Jérusalem ont été houleuses. Je pense notamment aux conséquences de la guerre des Six Jours et de la Guerre froide. Les choses ont pris une tournure différente avec le président Poutine. Je serais donc curieux de savoir quelle est votre opinion et votre analyse sur le développement des relations entre les deux pays?

Poutine est le dirigeant le plus pro-juif et pro-israélien de l’histoire de la Russie. Il s’agit nécessairement d’une disposition personnelle. Nous savons que certains de ses meilleurs amis, sa professeure favorite d’Allemand, étaient Juifs. Avec l’abandon du rôle et des ambitions de superpuissance, la Russie est devenue un acteur international très différent, y compris au Moyen-Orient. Elle est motivée par ses propres intérêts et ne recherche aucun client, ce qui s’accompagne généralement d’un prix à payer. 20% de la population israélienne est russophone – et contrairement à tant d’autres émigrés russes – ils et elles n’entretiennent pas d’animosité envers le pays. Ces gens reconnaissent le fait que l’Armée rouge a physiquement sauvé de nombreux Juifs européens d’une mort certaine aux mains des Nazis. Aujourd’hui, la Russie et Israël font face à la menace des islamistes radicaux et extrémistes. Il y a donc une empathie mutuelle. En termes plus pratiques, Israël, en tant que pays technologiquement avancé, a beaucoup à offrir à la Russie. Israël est le seul endroit au Moyen-Orient où les Russes peuvent avoir une conversation franche, en utilisant le langage commun de la Realpolitik et comprendre pleinement leurs interlocuteurs, sans nécessairement être entièrement d’accord avec eux – par exemple, au sujet de l’Iran. Je ne pense pas que cette relation deviendra beaucoup plus étroite qu’elle ne l’est actuellement – après tout, Israël est un proche allié des États-Unis – mais je pense qu’elle restera décente et productive.

Quelle est l’importance d’Israël dans l’agenda géopolitique de la Russie?

C’est un facteur important qui pèse dans la balance – que ce soit en Syrie ou en Iran. Heureusement, la Russie n’a pas d’agenda géopolitique pour la région. Elle se situe à cet égard au niveau de la poursuite de ses propres intérêts. À l’instar des États-Unis, qui sont les garants nominaux de la sécurité régionale, la Russie laisse généralement les acteurs du Moyen-Orient décider eux-mêmes de leur destin.

Pensez-vous que les relations entre les deux pays s’accentueront au cours des prochaines années?

En périphérie, cela pourrait se produire, mais pas beaucoup. Les relations pourraient même se contracter un peu.

La longévité politique de Benjamin Netanyahou suscite le respect de Poutine.

Comment décririez-vous la relation entre le président Poutine et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu?

Vladimir Poutine perçoit évidemment les affaires étrangères comme étant affaire de dirigeants. Netanyahu est parvenu à demeurer au pouvoir en Israël plus longtemps que tous les premiers ministres après David Ben Gourion. C’est un accomplissement qui mérite le respect de Poutine. Poutine lui-même est au pouvoir depuis plus longtemps encore. En tant qu’hommes, Poutine et Netanyahu se parlent clairement, comprennent bien le point de vue de l’autre, ne font pas de coulage d’information et tiennent leurs promesses. Tout cela cimente la relation.

Le président Poutine semble entretenir de très bonnes relations avec le prince héritier Mohammed bin Salman d’Arabie saoudite. L’Arabie saoudite devient-elle un allié clé de la Russie au Moyen-Orient?

Non, l’Arabie saoudite ne deviendra pas l’alliée de la Russie. Moscou n’a pas d’alliés au sens traditionnel (c’est-à-dire de la Guerre froide), seulement des partenaires. Poutine est parvenu à établir des relatons avec Mohammed bin Salman et conclure des accords avec lui. Il est cependant peu probable que cette relation soit assortie de la franchise et de la clarté du lien Poutine-Netanyahu. Il n’y a pas à s’inquiéter. Poutine fera ce qui est possible pour faire progresser les intérêts russes (prix du pétrole, géopolitique concernant la Syrie, l’Iran, la Libye, l’Égypte, etc.). La courte guerre des prix du printemps 2020 entre l’Arabie saoudite et la Russie a fait partie du processus d’apprentissage. Je pense que Moscou et Riyad ont plus de raisons de travailler ensemble que l’un contre l’autre.

Le meilleur livre au sujet de Vladimir Poutine n’a pas encore été écrit.

Quelle serait votre suggestion sur le meilleur livre à lire (en anglais) au sujet du président Poutine?

Le meilleur livre – une étude plus objective et impartiale – n’a pas encore été écrit. Ce qui est disponible sur le marché est écrit en tenant compte justement du marché, ce qui exige des livres qui confirment la vision établie plutôt que de s’y soustraire. Il n’est pas surprenant que les Allemands aient inventé le terme “Putinversteher” – « celui ou celle qui comprend Poutine » – pour étiqueter ceux et celles qui s’écartent trop de ce cliché. C’est assez révélateur. Dans ces conditions, la compréhension plus objective ne viendra que beaucoup plus tard.

Si vous êtes en mesure de le partager avec nos lecteurs, travaillez-vous présentement sur un autre livre et, si oui, quel sujet abordera-t-il?

J’essaie de produire une analyse des leçons apprises – ou qui doivent être apprises – de la politique étrangère de la Russie de Gorbatchev à Poutine, ce qui m’amènerait à suggérer le type de politique étrangère qui serait la meilleure pour la Russie au cours des années et des décennies à venir.

Merci Dr. Trenin d’avoir répondu à ces questions.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.