Wellington was not an easy figure to build into a romantic hero

The Duke of Wellington (source: National Army Museum)
(Cliquez ici pour la version française)

I recently had the tremendous pleasure of exchanging with internationally renowned author and historian Alan Forrest about his book on the Battle of Waterloo. Here is the content of our discussion.

Professor Forrest, it’s been a real treat for me to read and review your amazing book on this blog. Many thanks for accepting to answer a few questions for our readers.

I have always nourished a deep interest and admiration about the Duke of Wellington (the first name of my blog was Wellington.World). But he clearly lacked the “romantic poignancy” of his French opponent in the battlefield. Do you feel he has been mistreated / misjudged by history?

I do not think there is any reason to feel that Wellington has been misjudged. He enjoys a high reputation as a military commander, careful in his preparations for battle and alert to the threat of enemy attack. His record in the Peninsular campaign – where he did not, of course, have to face Napoleon – is impressive; and at Waterloo his use of the terrain and his tactics in the face of repeated French attacks have been widely praised. He was, it is true, a more defensive tactician than Napoleon, but I don’t think that that has led to his military qualities being undervalued, and certainly not in Britain.  On the other hand, he was not an easy figure to build into a romantic hero, in contrast to Napoleon who did so much to create his own romantic narrative and who fascinated even those who had no reason to support his ambitions (Walter Scott, for instance, or Goethe, or Byron). 

What is your global appreciation of the Iron Duke? Has he been overrated?

I should emphasize that I am not a military historian in the traditional sense of that term; my interest is much more in the place of war in national memory than in the detail of manoeuvres on the battlefield. But there is little reason to believe that his tactical qualities have been overrated. Indeed, he is almost universally regarded as one of the greatest generals of his generation. But beyond the battlefield, I would perhaps be more cautious.  It is clear that, while he was respected by his troops, it was primarily because he brought them victories (and thus saved their lives); he could be ruthless, even brutal, and was certainly more feared than loved. Moreover, unlike Napoleon, who ended the wars as Britain’s prisoner on St Helena – with all the romantic pathos which that could evoke – he went on to have a prominent diplomatic and political career after 1815, at the Congress of Vienna, then as a conservative politician at home, becoming one of the most reactionary Prime Ministers of the nineteenth century. I do not feel that these later achievements add greatly to his reputation, though, of course, he continued to be seen as a national hero because of Waterloo: huge crowds turned out in London to his state funeral in 1852.

Tons of paper and ink have been devoted to the lieutenants (Marshals) of Napoleon. In your opinion, which one of Wellington’s lieutenants is the most interesting and why?

I would probably go for Thomas Picton, who served Wellington courageously in the Peninsular Campaign, in which he was wounded during the siege of Badajoz. Recalled in 1815, he was the most senior British officer to be killed at Waterloo. His bravery is not in question, but he is a not uncontroversial figure. Like the Duke, Picton had a career beyond the military. He had been a serving member of parliament. He had also been Governor of the Caribbean Island of Trinidad, where he had a reputation for brutality and did not hesitate to advocate the use of torture to extract information from the slave population. This led to his arrest and to an extended criminal trial, and though he was not finally convicted, the case raised questions about his humanity and left a stain on his reputation.

On the other side of the battlefield, which one of Napoleon’s Marshals is your favorite and why?

Napoleon promoted men of talent, especially in the early years of the Wars, when a number of his marshals were outstanding commanders; in the later period some of his marshals were less able, and some – like Michel Ney – were notoriously liable to error and to ill-advised acts of bravado in the heat of battle. One of the notable features of the Empire, indeed, was Napoleon’s unconcern for the social or political backgrounds of the men who served him: he believed in meritocracy and he sought to reward ability and loyalty to the imperial cause. Among his marshals were men of extremely humble origins, the sons of stable hands and barrel makers who impressed by their bravery and utter dedication. Napoleon himself once remarked that the marshal he most trusted was Jean Lannes, who started life apprenticed to a dyer in his hometown of Lectoure in the Gers. Lannes had little formal education and began his military career as a volunteer in the revolutionary army in the 1790s; appointed one of the first marshals of the Empire in 1805, he went on to serve Napoleon unquestioningly in successive campaigns before being killed in action at Aspern-Essling in 1809. I see no good reason to question Napoleon’s judgement here; Lannes, or the Duc de Montebello as he became, is a splendid example of social mobility under the Empire.

In 2011, you published a very interesting biography of Napoleon (which I intend to read again soon). Which one, between the French warlord and the Duke of Wellington, do you believe was the most agreeable to be around?

It would surely depend on who you were and on the circumstances of the encounter. Wellington might provide good company for a lady at the Duchess of Richmond’s ball; and he was at home in regimental dinners and in the company of aristocrats; but he could be terribly aloof and dismissive of others, especially those he deemed his social inferiors. As for Napoleon, ‘agreeable’ seems a rather tepid word! We know that he was notoriously prone to flashes of anger, yet he was also somewhat charismatic in company, and he had a more remarkable range of experience on which to draw for conversational gambits. He could also be wildly inventive – with the consequence that you could never be quite sure what to believe.  But that, of course, may just make things more interesting!

Having lived in Scotland for several months a few years ago (the best times of my life), my fascination with Scottish military lore has grown ever since. Which Scottish regiment has left the greatest mark on the battlefield in your opinion?

After Waterloo Wellington would insist that the battle was his victory and that of the British army, rather than the joint triumph of the Allies that was hailed in much of the rest of Europe. This highly patriotic narrative was widely adopted in Britain, not least by the military. Uniquely, every soldier who fought at Waterloo received a medal, and individual regiments were quick to incorporate Waterloo among their battle honors. Among them were the Scots Greys and three of the Highland regiments, making for a considerable Scottish presence, though not a dominant one, as has sometimes been suggested: English and Irish regiments played their part, too. But for posterity – and not least for the Romantic age that followed – the kilted Highlander had an unrivalled presence: and the charge of the Scots Greys became an iconic image, as captured in Lady Butler’s painting.

As a historian and academic, you have developed a unique perspective at observing the cycles of history. Taking into account how things evolved in the last 50 years about the historiography of Waterloo, how do you think people will remember the battle, Napoleon, and Wellington 50 years from now?

This will depend a lot on what questions historians are asking in fifty years’ time, which in turn will reflect the concerns of society then.  We only have to think of the changes we have seen over the last fifty years, with the growth, for instance, of women’s and gender history, global history, postcolonial studies, or the history of ecology, to see how much things have changed. Predicting how the world will be in fifty years is never easy, though one might suppose that we will be more and more interested in China and Asia more generally, and perhaps less concentrated on our European past. In that perspective, Waterloo may lose some of its topicality. However, I can’t see that our memory of Napoleon or of the events of the Napoleonic Wars will change dramatically. There is no living or communicative memory of a period of history that is now two centuries old, and each nation, including Britain, has incorporated them into its collective memory.  And it is that representation that is most widely available to the general public – in films and novels, in school textbooks, in periodic commemorations.

Are you working on another book and, if so, what would it be about?

Since publishing Napoleon, I have written a couple of other books: Waterloo (Oxford University Press, 2015) is a comparative study of how the battle is remembered in the different countries whose soldiers fought there; and The Death of the French Atlantic (Oxford University Press, 2020) discusses the role of trade, war, and slavery in the decline of France’s eighteenth-century Atlantic Empire. I am currently preparing, as general editor, a three-volume Cambridge History of the Napoleonic Wars, which should be published in 2022.

__________________

Alan Forrest’s remarkable book on Waterloo was republished by The Folio Society as the inaugural publication of the Great Battles collection in 2020.

I’d like to express again all my gratitude to Cathleen Williamson for generously offering me a copy for review purposes.

version française

Wellington n’était pas un personnage facile à transformer en héros romantique

J’ai récemment eu le grand plaisir de m’entretenir avec l’historien et auteur de réputation internationale Alan Forrest à propos de son livre sur la bataille de Waterloo. Voici donc le contenu de notre discussion.

Professeur Forrest, ce fut un réel plaisir pour moi de lire et de recenser votre excellent livre sur ce blogue. Je vous remercie beaucoup d’avoir accepté de répondre à quelques questions pour nos lectrices et lecteurs.

J’ai toujours nourri un vif intérêt et une admiration profonde envers le duc de Wellington (l’ancien nom de mon blog était d’ailleurs Wellington.World). Mais son caractère n’était pas assorti du « romantisme poignant » de son adversaire français sur le champ de bataille. Pensez-vous qu’il a été maltraité / mal jugé par l’histoire?

Je ne pense pas qu’il y ait de raison de penser que Wellington a été mal jugé. Il jouit d’une grande réputation en tant que chef militaire, prudent dans ses préparatifs de bataille et alerte à la menace de toute offensive ennemie. Son bilan dans la campagne péninsulaire – où il n’a bien sûr pas eu à affronter Napoléon – est impressionnant; et à Waterloo, son utilisation du terrain et sa tactique face aux attaques françaises répétées ont été largement saluées. Il était, il est vrai, un tacticien plus défensif que Napoléon, mais je ne pense pas que cela ait conduit à une sous-évaluation de ses qualités militaires, et certainement pas en Grande-Bretagne. D’un autre côté, il n’était pas une figure facile à transformer en héros romantique, contrairement à Napoléon qui a tant fait pour créer sa propre narrative romantique et qui fascinait même ceux qui n’avaient aucune raison de soutenir ses ambitions (Walter Scott, pour exemple, ou Goethe, ou Byron).

Quelle est votre appréciation globale du duc de fer? Sa réputation a-t-elle été surfaite?

Je dois souligner que je ne suis pas un historien militaire au sens traditionnel du terme. Je m’intéresse beaucoup plus à la place de la guerre dans la mémoire nationale qu’au détail des manœuvres sur le champ de bataille. Mais il y a peu de raisons de croire que ses qualités tactiques ont été surestimées. En effet, il est presque universellement considéré comme l’un des plus grands généraux de sa génération. Mais au-delà du champ de bataille, je serais peut-être plus prudent. Il est clair que s’il était respecté par ses troupes, c’est principalement parce qu’il leur a apporté des victoires (et leur a ainsi sauvé la vie); il pouvait être impitoyable, voire brutal. Il était certainement plus craint qu’aimé. De plus, contrairement à Napoléon qui a mis fin aux guerres en devenant prisonnier des Britanniques à Sainte-Hélène – avec tout le pathos romantique que cela pouvait évoquer – il a poursuivi une carrière diplomatique et politique de premier plan après 1815, au Congrès de Vienne, puis en tant que politicien conservateur au pays, devenant l’un des premiers ministres les plus réactionnaires du XIXe siècle. Je ne pense pas que ces réalisations ultérieures ajoutent beaucoup à sa réputation, même s’il a naturellement continué à être considéré comme un héros national en raison de Waterloo: des foules immenses se sont déplacées à Londres pour ses funérailles d’État en 1852.

Des tonnes de papier et d’encre ont été consacrées aux lieutenants (maréchaux) de Napoléon. À votre avis, lequel des lieutenants de Wellington est le plus intéressant et pourquoi?

J’opterais probablement pour Thomas Picton, qui a courageusement servi Wellington durant la campagne péninsulaire, au cours de laquelle il a été blessé pendant le siège de Badajoz. Rappelé en 1815, il était le plus ancien officier britannique à tomber au champ d’honneur à Waterloo. Sa bravoure est incontestable, mais il n’est pas une figure dénuée de controverse. Comme le duc, Picton a eu une carrière au-delà de la vie militaire. Il a servi en tant que député et en tant que gouverneur de l’île caribéenne de Trinidad, où il avait la réputation de brutalité et n’hésitait pas à préconiser le recours à la torture pour extraire des informations de la population esclave. Cela a conduit à son arrestation et à un procès criminel prolongé, et bien qu’il n’ait pas été condamné en bout de ligne, l’affaire a soulevé des questions sur son sens de l’humanité et entaché sa réputation.

De l’autre côté du champ de bataille, lequel des maréchaux de Napoléon est votre préféré et pourquoi?

Napoléon promut des hommes de talent, surtout durant les premières années des guerres, quand un certain nombre de ses maréchaux étaient des commandants exceptionnels. Durant la période ultérieure, certains de ses maréchaux étaient moins chevronnés. Certains – comme Michel Ney – étaient notoirement sujets à l’erreur et à des actes de bravade malavisés dans le feu de l’action sur le champ de bataille. L’une des caractéristiques notables de l’Empire était en effet l’indifférence de Napoléon pour les antécédents sociaux ou politiques des hommes qui le servaient: il croyait en la méritocratie et cherchait à récompenser la capacité et la loyauté envers la cause impériale. Parmi ses maréchaux se trouvaient des hommes d’origines extrêmement modestes, des fils de garçons d’écurie et de tonneliers qui l’impressionnèrent par leur bravoure et leur dévouement absolu. Napoléon lui-même a fait remarquer un jour que le maréchal en qui il avait le plus confiance était Jean Lannes, qui a débuté sa vie comme apprenti chez un teinturier dans sa ville natale de Lectoure dans le Gers. Lannes avait peu d’éducation formelle et a amorcé sa carrière militaire comme volontaire dans l’armée révolutionnaire dans les années 1790; nommé l’un des premiers maréchaux de l’Empire en 1805, il servit sans hésiter Napoléon dans les campagnes successives avant de tomber au combat à Aspern-Essling en 1809. Je ne vois pas de raison valable de remettre en question ici le jugement de Napoléon. Lannes, qui prit ensuite le titre de duc de Montebello, est un magnifique exemple de mobilité sociale sous l’Empire.

En 2011, vous avez publié une biographie très intéressante de Napoléon (que j’ai l’intention de relire bientôt). Entre le chef de guerre français et le Duc de Wellington, lequel croyez-vous était le plus agréable à côtoyer?

Cela dépendrait sûrement de qui vous étiez et des circonstances entourant la rencontre. Wellington pourrait être de bonne compagnie pour une dame invitée au bal de la duchesse de Richmond; et il était dans son élément dans les dîners régimentaires et en compagnie des aristocrates. Mais il pouvait être terriblement distant et méprisant envers les autres, en particulier ceux qu’il considérait comme ses inférieurs sociaux. Quant à Napoléon, « agréable » m’apparaît comme étant un mot plutôt tiède! Nous savons qu’il était notoirement enclin à des accès de colère, mais il était aussi quelque peu charismatique en personne, et il avait une expérience plus remarquable sur laquelle s’appuyer pour engager la conversation. Il pouvait également avoir beaucoup d’imagination – avec pour conséquence que vous ne pouviez jamais être certain de la vérité. Mais, bien sûr, cela peut simplement rendre les choses plus intéressantes!

Ayant vécu en Écosse pendant plusieurs mois il y a quelques années (les meilleurs moments de ma vie), ma fascination pour les traditions militaires écossaises n’a cessé de croître depuis. À votre avis, quel régiment écossais est ressortie du le champ de bataille avec les meilleurs états de service?

Après Waterloo, Wellington insisterait sur le fait que la bataille était sa victoire et celle de l’armée britannique, plutôt que le triomphe conjoint des Alliés qui a été salué dans une grande partie du reste de l’Europe. Ce récit hautement patriotique a été largement adopté en Grande-Bretagne, notamment par l’armée. Fait unique, chaque soldat ayant combattu à Waterloo s’est vu décerner une médaille et les régiments individuels ont rapidement incorporé Waterloo parmi leurs honneurs de bataille. Parmi eux, on retrouvait les Scots Greys et trois des régiments des Highlands, ce qui constituait une présence écossaise considérable, mais pas dominante, comme cela fut parfois avancé. Les régiments anglais et irlandais ont également fait leur part. Mais pour la postérité – et non des moindres pour la période romantique qui a suivi – le Highlander arborant son kilt incarnait une présence inégalée. Et la charge des Scots Greys est devenue une image emblématique, comme l’illustre bien le tableau de Lady Butler.

En tant qu’historien et universitaire, vous avez développé une perspective unique pour observer les cycles de l’histoire. Compte tenu de l’évolution des choses au cours des 50 dernières années au sujet de l’historiographie de Waterloo, comment les gens se souviendront-ils de la bataille, de Napoléon et de Wellington dans 50 ans selon vous?

Cela dépendra beaucoup des questions que les historiens se poseront dans cinquante ans, lesquelles refléteront à leur tour les préoccupations de la société d’alors. Il suffit de penser aux changements que nous avons observé au cours des cinquante dernières années, avec l’évolution, par exemple, de l’histoire des femmes et du genre, de l’histoire mondiale, des études postcoloniales ou de l’histoire de l’écologie, pour constater à quel point les choses ont évolué. Prédire ce que sera le monde dans cinquante ans n’est jamais facile, même si l’on peut supposer que nous nous intéresserons de plus en plus à la Chine et à l’Asie plus généralement, nous serons peut-être moins concentrés sur notre passé européen. Dans cette perspective, Waterloo risque de perdre un peu de son intérêt. Cependant, je ne crois pas que notre mémoire de Napoléon ou des événements reliés aux guerres napoléoniennes subiront des déplacements radicaux. Il n’existe aucune mémoire vivante ou communicative de cette période de l’histoire qui date maintenant de deux siècles et chaque nation, y compris la Grande-Bretagne, les a incorporées dans sa mémoire collective. C’est cette représentation qui est la plus largement accessible au grand public – dans les films et les romans, les manuels scolaires et les commémorations périodiques.

Travaillez-vous sur un autre livre actuellement et, si oui, sur quoi portera-t-il?

Depuis la publication de Napoleon, j’ai écrit quelques autres livres: Waterloo (Oxford University Press, 2015) est une étude comparative de la manière dont on se souvient de la bataille dans les différents pays y ayant pris part. De son côté, The Death of the French Atlantic (Oxford University Press, 2020) examine le rôle du commerce, de la guerre et de l’esclavage dans le déclin de l’Empire atlantique de la France au XVIIIe siècle. En tant que rédacteur en chef, je prépare actuellement une Histoire des guerres napoléoniennes (Cambridge History of the Napoleonic Wars) en trois volumes qui devrait être publiée en 2022.

_______________

Le remarquable ouvrage sur la bataille de Waterloo par Alan Forrest a été republié par The Folio Society à titre de publication originale de la collection des Grandes batailles en 2020.

Je tiens à exprimer de nouveau toute ma reconnaissance à Cathleen Williamson pour m’en avoir généreusement offert un exemplaire aux fins de recension.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.