Biden cares about people other politicians would ignore

Evan Osnos besides a picture of his excellent biography of President Joe Biden (source: The Aspen Institute).

(version française)

Few days before the US presidential election of November 3rd, I reviewed the biography of then-Democratic presidential candidate Joe Biden by acclaimed author and journalist Evan Osnos.

Those of you who watched CNN during the last couple of weeks have certainly seen him, since he notably commented the inauguration of the 46th President.

Despite a hectic schedule, Mr. Osnos kindly accepted to answer a few exclusive questions for this blog. I’m very happy to share this insightful interview which sheds light on the personality of the new resident of the White House.

Here is the content of our exchange.

I was amazed to see that President Biden installed a bust of President Harry S. Truman in the Oval Office. How does this former President inspire him? 

Biden has fond memories of Truman because of his grandfather’s political influence on him. He recalls visiting his “Grandpop” Ambrose Finnegan, in Scranton, and all the Irishmen in the neighborhood were blue-collar “Truman Democrats.” “That’s the thing they liked about Harry Truman: no artifice,” Biden wrote in his first memoir. “He knew where he stood, and he wasn’t afraid to say it.”

President Biden has always had a history of reaching across the aisle. Apart from John McCain, who are his best Republican friends and allies?

McCain was his true Senate soul-mate. The truth is there has been a lot of turnover in the Congress since he left in 2009, and he is less familiar with the new generation. He overlapped for many years, of course, with McConnell [Mitch, the Republican Minority Leader in the Senate], who was the only Republican senator to attend Beau Biden’s funeral in 2015. But Biden has realistic – modest — expectations of what that could yield.

In the realm of foreign policy – and I know this is one of your specialty – what can we expect from the incoming administration in regards with China?

They are convinced that it’s entered a phase of competition, over cooperation. And they don’t see it going back to the old days. But they also think the Trump administration made mistakes by shifting too far toward confrontation, leaving little room for substantive negotiation.

In your excellent biography, the values of empathy, compassion and loyalty are clearly evident in the character of President Biden. I suspect he might also be a very generous person… His emphasis on combatting food insecurity is a clear manifestation of that in my opinion. Would you have an anecdote to share about his personal generosity?

For someone at his level of leadership, the most precious asset is time. And I’ve been struck that he is willing to invest time in people who might not, in the normal political calculation, rise to the attention of other senior leaders. He lingers on the rope line with people in crisis, kids who stutter, anyone who seems like they really want to meet him. 

Would it be fair to assume that history plays an important part in his values, vision and agenda?

Yes, it’s crucial. Part of the reason he is always quoting his parents, and his mentors, and former US leaders is that he sees himself as part of a continuum of lessons learned, mistakes endured, and, he hopes, wisdom handed down. 

After reading your book, in which you make a few mentions of books he read, I wonder what are his reading habits? Does he read a lot? Is he the type to always have a book on hand?

He is not like Obama, who grew up as an inveterate reader, who was shaped by literature. For Biden, it’s more practical and functional; he usually reads with purpose, to fill a gap in his awareness, but he’s always reading. 

Would you happen to know what are his favorite books – the ones that left a mark on him – like the LBJ biography by Robert A. Caro?

I don’t have more details on that, I’m sorry to say.

Do you plan to write a sequel book about President Biden or the last campaign and his path to the White House?

We’ll see. I only want to write another book if I think I have something distinctive to say. Otherwise, there will be no shortage of people eager to profile the president. In general, I try to find topics that I think are undercovered for what they deserve. As a candidate, Biden met that description in dramatic ways.

If you are interested in US politics and you haven’t read Evan Osnos biography of President Biden, I warmly suggest you grab or order a copy soon. You won’t regret, notably because you will understand why a majority of Americans marked their ballots for the current President.

_________________________________________

(version française)

Biden s’intéresse à des gens que les autres politiciens évitent

Quelques jours avant les élections présidentielles américaines du 3 novembre 2020, je recensais la biographie de Joe Biden, qui était alors le porte-étendard du Parti démocrate par l’auteur et journaliste renommé Evan Osnos.

Ceux et celles d’entre vous qui ont regardé CNN durant les dernières semaines l’ont certainement entendu puisqu’il y a notamment commenté l’inauguration du 46e président.

Malgré un horaire des plus chargés, M. Osnos a cependant eu la grande amabilité d’accepter de répondre à quelques questions exclusives pour ce blogue. Et il me fait plaisir de partager aujourd’hui cet échange très éclairant sur la personnalité du nouveau locataire de la Maison Blanche.

Voici le contenu de notre entretien.

J’étais impressionné de voir que le président Biden avait installé un buste du président Harry S. Truman dans le Bureau Ovale. De quelle manière l’ancien président l’inspire-t-il?

Biden conserve de très bons souvenirs de Truman, en raison de l’influence politique qu’a eu son grand père sur lui. Il se souvient de ses visites à son « Grandpop » Ambrose Finnegan, et du fait que tous les Irlandais du quartier étaient des cols bleus appartenant à la mouvance des « Démocrates de Truman ». « C’est ce qu’ils aimaient de Truman : il n’y avait pas d’artifice », comme l’écrivait Biden dans son premier mémoire. « Il était à l’aise avec ce qu’il était et ne craignait pas de l’affirmer. »  

Le président Biden s’est toujours démarqué par sa capacité à dépasser les paramètres partisans. Mis à part John McCain, qui sont ses meilleurs amis et alliés chez les républicains?

McCain était sa véritable âme sœur au Sénat. En vérité, il y a eu beaucoup de roulement au Congrès depuis son départ en 2009 et il est moins familier avec la nouvelle génération. Évidemment, il a eu beaucoup de rapports, durant plusieurs années, avec McConnell [Mitch, leader de la minorité républicaine au Sénat], lequel fut d’ailleurs le seul sénateur républicain à assister aux funérailles de son fils, Beau, en 2015. Mais Biden entretient des attentes réalistes – modestes – envers ce que cela pourrait donner comme résultat.

Au niveau de la politique étrangère – et je sais qu’il s’agit de l’un de vos domaines de prédilection – à quoi pouvons-nous nous attendre de la nouvelle administration par rapport à la Chine?

Ils sont persuadés que nous sommes entrés dans une phase de compétition, en lieu de coopération. Et ils ne pensent pas que nous pourrons revenir comme auparavant. Cela dit, ils sont aussi d’avis que l’administration Trump a fait des erreurs en allant trop loin dans la confrontation, laissant peu de place à une négociation substantielle.

Dans votre excellente biographie, les valeurs d’empathie, de compassion et de loyauté sont manifestement évidentes dans la personnalité du président Biden. J’imagine qu’il doit être un personnage très généreux… L’emphase qu’il met à combattre l’insécurité alimentaire en est une manifestation évidente à mon avis. Y a-t-il une anecdote que vous pourriez partager, à propos de sa générosité personnelle?

Pour quelqu’un à son niveau de leadership, le temps est la denrée la plus précieuse. Et j’ai été frappé par sa volonté de consacrer du temps à des personnes qui, selon les calculs politiques normaux, ne retiendraient pas l’attention d’autres hauts dirigeants. Il s’attarde pourtant dans les bains de foule à discuter avec des personnes vivant des situations de crises, des enfants qui bégaient, ceux qui donne vraiment l’impression de vouloir le rencontrer.

Serait-il justifié de prétendre que l’histoire joue un rôle important dans ses valeurs, sa vision, son programme?

Oui, c’est crucial. L’une des raisons pour lesquelles il cite toujours ses parents, ses mentors et les anciens dirigeants du pays est qu’il se voit lui-même comme faisant partie du continuum des leçons apprises, des erreurs encaissées, et, il le souhaite, de la sagesse que l’on peut transmettre.

Après la lecture de votre livre, à l’intérieur duquel vous référez à quelques reprises aux livres qu’il lit, je me demande quelles sont ses habitudes de lecture. Lit-il beaucoup? Est-il du genre à toujours avoir un livre sous la main?

Il n’est pas comme Obama, qui est devenu un lecteur invétéré en grandissant et qui a été façonné par la littérature. Pour Biden, c’est plus pratique et fonctionnel. Il lit généralement pour une raison, pour combler une lacune dans ses connaissances, mais il est toujours en train de lire.

Sauriez-vous par hasard quels sont ses livres favoris – ceux qui l’ont marqué – comme par exemple la biographie de LBJ par Robert A. Caro?

Je suis désolé, mais je ne dispose pas de plus amples informations à ce sujet.

Planifiez-vous une suite à votre biographie du président Bident ou encore un livre consacré à la dernière campagne ou son parcours jusqu’à la Maison Blanche?

Nous verrons. J’écrirai seulement un autre livre à son sujet si je pense que j’ai quelque chose à apporter de manière significative. Sinon, nous ne serons pas en déficit d’auteur.e.s fringant.e.s de brosser le portrait du président. De manière générale, je m’efforce de trouver des sujets que j’estime avoir été peu couverts par rapport à ce qu’ils méritent comme attention. En tant que candidat, Biden correspondait à ce critère de manière radicale.

Si vous nourrissez de l’intérêt envers la politique américaine, mais n’avez pas encore lu la biographie consacrée au président Biden par Evan Osnos, je vous recommande fortement de vous la procurer. Vous ne le regretterez pas, puisque vous serez à même de comprendre pourquoi une majorité d’Américains ont exprimé leur préférence envers le président actuel dans l’isoloir.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.